Une nou­velle charge de la droite éco­no­mique

La Terre de chez nous - - APICULTURE - JU­LIE MER­CIER

L’Ins­ti­tut éco­no­mique de Montréal (IEDM) y va d’une autre at­taque contre la ges­tion de l’offre.

À in­ter­valles ré­gu­liers, le groupe de ré­flexion, cam­pé à droite, dé­nonce ce mode de pro­duc­tion. Dans sa plus ré­cente étude, l’Ins­ti­tut af­firme que la ges­tion de l’offre « im­pose un coût ad­di­tion­nel de 339 $/an­née pour les mé­nages les plus pauvres. Il s’agit d’un im­pact né­ga­tif, en pro­por­tion de leurs re­ve­nus, cinq fois plus éle­vé que pour les mé­nages riches. »

L’Ins­ti­tut es­père convaincre le gou­ver­ne­ment ca­na­dien « d’en fi­nir avec le sys­tème de ges­tion de l’offre pour la pro­duc­tion de lait, de pou­let et d’oeufs, une po­li­tique qui consti­tue un su­jet de litige avec nos par­te­naires com­mer­ciaux ». Les né­go­cia­tions en­tou­rant l’ac­cord de Par­te­na­riat trans­pa­ci­fique (PTP) consti­tuent le mo­ment pro­pice pour dé­man­te­ler le sys­tème, sou­tient l’IEDM, sous la plume de You­ri Chas­sin et Ma­rio Du­mais. Ce der­nier a oc­cu­pé les fonc­tions d’éco­no­miste à l’Union des pro­duc­teurs agri­coles et de se­cré­taire gé­né­ral de La Coop fé­dé­rée.

Cette po­li­tique nuit aus­si aux trans­for­ma­teurs en les for­çant à payer leurs ma­tières pre­mières plus cher, ajoute M. Du­mais. Fait à no­ter, de grands trans­for­ma­teurs qué­bé­cois tels qu’Agro­pur et La Coop fé­dé­rée ap­puient fer­me­ment la ges­tion de l’offre.

Plus vert en Aus­tra­lie

L’IEDM sug­gère au gou­ver­ne­ment de s’ins­pi­rer de l’Aus­tra­lie, qui a éli­mi­né la ges­tion de l’offre il y a 15 ans. Les Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec (PLQ) cri­tiquent le manque de pro­fon­deur de la note pu­bliée par l’IEDM, « une rhé­to­rique, qui ne ré­siste pas à l’épreuve des faits », ré­agit le di­rec­teur gé­né­ral de l’or­ga­ni­sa­tion, Alain Bour­beau. L’IEDM es­time que la fin de la ges­tion de l’offre se tra­dui­rait par des éco­no­mies pour les consom­ma­teurs de pro­duits lai­tiers. En fait, l’exemple aus­tra­lien dé­montre tout le contraire, ex­plique M. Bour­beau. Les plus ré­centes sta­tis­tiques aus­tra­liennes in­diquent qu’entre 2000 (l’an­née de la dé­ré­gle­men­ta­tion) et 2014, le nombre de fermes a di­mi­nué de 51 % et la pro­duc­tion de 15 %. Pen­dant que le prix du lait à la ferme chu­tait de 23 %, le prix au consom­ma­teur grim­pait de 36 %.

Une étude du pro­fes­seur Da­nielMer­cier Gouin a éga­le­ment dé­mon­tré que c’est en Aus­tra­lie et en Nou­vel­leZé­lande que l’in­dice du prix des pro­duits lai­tiers a le plus aug­men­té de 1998 à 2011, soit res­pec­ti­ve­ment de 48,6 % et de 50,2 %, con­trai­re­ment à 46 % au Ca­na­da. Les don­nées 2014 de la firme Niel­sen ré­vèlent que les consom­ma­teurs ca­na­diens payent en­vi­ron 1,30 $/litre de lait frais, ce qui se com­pare avan­ta­geu­se­ment à ce que l’on ob­serve en Nou­vel­leZé­lande (1,83 $), en France (1,81 $) et aux États-Unis (1,15 $). À l’échelle du pays, les Pro­duc­teurs lai­tiers du Ca­na­da (PLC) es­timent qu’« une fois de plus, l’Ins­ti­tut est aveu­glé par sa phi­lo­so­phie li­ber­ta­rienne, qua­li­fiant d’ob­so­lète un sys­tème qui per­met de main­te­nir plus de 300 000 em­plois au Ca­na­da, sou­ligne la di­rec­trice gé­né­rale, Ca­ro­line Émond.

Ma­rio Du­mais, cher­cheur as­so­cié à l’Ins­ti­tut éco­no­mique de Montréal, mène une nou­velle charge contre la ges­tion de l’offre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.