Une crise lai­tière se des­sine en Eu­rope

La Terre de chez nous - - APICULTURE - JU­LIE MER­CIER

Quelques mois après la dis­pa­ri­tion des quo­tas lai­tiers dans l’Union eu­ro­péenne (UE), une crise lai­tière guette le Vieux Continent.

En pré­vi­sion de la fin des quo­tas, le 1er avril der­nier, plu­sieurs pays eu­ro­péens ont aug­men­té leur pro­duc­tion. Ces nou­veaux vo­lumes, ju­me­lés au manque de vi­gueur de la de­mande in­ter­na­tio­nale, ont dé­cu­plé la vo­la­ti­li­té du marché. Les cours mon­diaux des pro­duits lai­tiers viennent d’ailleurs d’at­teindre leur plus bas ni­veau en six ans. Le Co­mi­té des or­ga­ni­sa­tions pro­fes­sion­nelles agri­coles (CO­PA) de l’UE et son co­mi­té gé­né­ral de la co­opé­ra­tion agri­cole (CO­GE­CA) ont aver­ti la Com­mis­sion eu­ro­péenne que la si­tua­tion du marché du lait est cri­tique. « Les prix sont faibles dans l’en­semble de l’Union et les agri­cul­teurs lai­tiers pro­duisent en de­çà des coûts de pro­duc­tion, ce qui en­traîne de graves pro­blèmes de li­qui­di­tés », a af­fir­mé le pré­sident du groupe de tra­vail Lait et pro­duits lai­tiers du Co­pa-Co­ge­ca, Man­sel Ray­mond.

En France, la si­tua­tion des éle­veurs est de­ve­nue in­te­nable alors que les tré­so­re­ries sont dans le rouge, fait va­loir la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des pro­duc­teurs de lait. Se­lon ses cal­culs, il manque 30 €/1 000 L sur le prix du lait, rien que pour com­pen­ser le ni­veau des charges pour les six pre­miers mois de 2015. Pour la Fé­dé­ra­tion, les éle­veurs doivent être sou­te­nus par l’aval de la fi­lière. Le 10 juin, elle a réuni les trans­for­ma­teurs et les dis­tri­bu­teurs afin de trou­ver des so­lu­tions. La grande dis­tri­bu­tion y a ré­af­fir­mé sa vo­lon­té d’agir pour mieux ré­mu­né­rer les pro­duc­teurs de lait. Pour­tant, les dis­tri­bu­teurs fran­çais sont ac­cu­sés d’im­por­ter des pro­duits lai­tiers dans le seul but d’im­po­ser des baisses de prix aux lai­te­ries fran­çaises, in­dique le jour­nal L’Hu­ma­ni­té.

À l’aide

La Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des co­opé­ra­tives lai­tières af­firme être bien cons­ciente des dif­fi­cul­tés des pro­duc­teurs. « La dé­ré­gu­la­tion des mar­chés et les dés­équi­libres ponc­tuels offre/de­mande en­traînent une vo­la­ti­li­té ac­crue et une ex­po­si­tion sans pré­cé­dent des en­tre­prises et des pro­duc­teurs à ses ef­fets, ex­pli­quet-elle. Après plu­sieurs an­nées de hausses des prix du lait et des mar­chés et une an­née 2014 re­cord, 2015 rend ex­sangues les marges de cha­cun des ac­teurs. »

Pour gé­rer l’ur­gence, les co­opé­ra­tives lai­tières ont ten­té de mi­ni­mi­ser les ef­fets de la vo­la­ti­li­té en ap­pli­quant un prix du lait plus éle­vé que ce­lui qui pré­vaut sur les mar­chés ac­tuels dé­gra­dés. Les co­ops ré­clament main­te­nant la mise en place d’ou­tils de pré­ven­tion et de ges­tion de crise, no­tam­ment un sys­tème d’as­su­rance pour sé­cu­ri­ser la marge du pro­duc­teur en cas de crise.

La con­jonc­ture n’est pas plus rose du cô­té de l’éle­vage bo­vin. La se­maine der­nière, des pro­duc­teurs ont blo­qué une quin­zaine d’abat­toirs re­pré­sen­tant en­vi­ron la moi­tié de la ca­pa­ci­té de trans­for­ma­tion de la France. Le mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion a été lan­cé par la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des syn­di­cats d’ex­ploi­tants agri­coles (FNSEA). Tout comme leurs confrères du sec­teur lai­tier, les éle­veurs bo­vins ré­clament un prix cou­vrant leurs coûts de pro­duc­tion.

Lors de la crise lai­tière en 2009, 300 trac­teurs ont dé­ver­sé dans les champs trois mil­lions de litres de lait.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.