Re­con­naître ses en­ne­mis

La Terre de chez nous - - FORMATION - AU­DREY DES­RO­CHERS

SAINT-AM­BROISE-DE-KIL­DARE La for­ma­tion sur les ra­va­geurs des se­mis en grandes cultures, or­ga­ni­sée par le Centre de re­cherche sur les grains CÉROM, s’est te­nue dans La­nau­dière le 12 juin der­nier. Une quin­zaine d’étu­diants, de pro­duc­teurs et d’autres in­ter­ve­nants agri­coles de la ré­gion sont al­lés y cher­cher des ou­tils pour une meilleure stra­té­gie de lutte aux in­sectes nui­sibles.

As­sis dans un pe­tit han­gar d’une ferme du rang Kil­dare, les étu­diants d’un jour écoutent at­ten­ti­ve­ment l’en­to­mo­lo­giste Ge­ne­viève La­brie. « La base de la lutte in­té­grée, c’est la connais­sance », ex­plique-t-elle. Après avoir consta­té un vide dans les connais­sances sur les ra­va­geurs de sols dans les grandes cultures, la chercheuse du CÉROM a mis sur pied une for­ma­tion d’une jour­née sur la ques­tion qu’elle a of­ferte l’an der­nier à près de 300 in­ter­ve­nants des clubs­con­seils. Cette an­née, Mme La­brie es­père re­joindre 200 per­sonnes de la Mon­té­ré­gie, des Lau­ren­tides, du Centre-du-Qué­bec, de La­nau­dière, de l’Es­trie et de la Chau­dière-Ap­pa­laches. À Saint-Am­broise comme ailleurs, les par­ti­ci­pants ap­prennent à bien iden­ti­fier les dif­fé­rents ra­va­geurs et les dom­mages qu’ils peuvent cau­ser aux plants. Les larves, les ca­rabes, les mille-pattes et autres vers font par­tie de la liste d’in­sectes nui­sibles à re­con­naître. D’autres, comme la ti­pule des prai­ries, ne consti­tuent pas en­core une me­nace pour les champs la­nau­dois, mais Ge­ne­viève La­brie pré­voit leur ar­ri­vée sur la cou­ronne nord de Montréal d’ici quelques an­nées. Cette mouche ori­gi­naire d’Eu­rope cause dé­jà d’im­por­tants dom­mages dans plu­sieurs ré­gions du Qué­bec, di­mi­nuant par­fois de 50 % le ren­de­ment de la pre­mière coupe de cé­réales, se­lon la chercheuse.

Au champ

Après quelques heures sur les bancs d’école im­pro­vi­sés, les en­to­mo­lo­gistes d’un jour se rendent au champ pour mettre en pra­tique leurs nou­velles connais­sances.

Age­nouillés par terre, ils fouillent la ving­taine de pièges à ap­pâts ins­tal­lés quelques jours plus tôt pour y dé­cou­vrir dif­fé­rents types d’in­sectes. « En agri­cul­ture, c’est im­por­tant de connaître ses en­ne­mis, note la chercheuse. Si on ne sait pas contre quoi on se bat, on ne peut pas sa­voir si on a be­soin d’un moyen de lutte, ni quel moyen de lutte uti­li­ser. » Même son de cloche du cô­té de Mar­tine Amyot, du Club agroen­vi­ron­ne­men­tal du Soleil le­vant, qui par­ti­ci­pait à l’évé­ne­ment. « Quand on fait du dé­pis­tage, c’est vrai­ment im­por­tant de connaître le cycle de vie dans les champs », pré­ci­set-elle.

Beau­coup d’in­sectes sont dif­fi­ciles à dé­tec­ter, puis­qu’ils sont en­fouis dans le sol. C’est pour­quoi Ge­ne­viève La­brie pro­pose d’ins­tal­ler des pièges à ap­pâts. Il faut aus­si cher­cher au­tour des pièges, sou­tient-elle, parce que c’est là que se trouvent les plus pe­tits in­sectes.

« Dans la for­ma­tion, je montre com­ment bien éva­luer les in­sectes qui se trouvent dans ces pièges pour que les gens dans les champs puissent prendre les bonnes dé­ci­sions », ré­sume-t-elle. Afin de fa­ci­li­ter le dé­pis­tage, elle conseille de re­pé­rer les ra­va­geurs au stade de deux ou trois feuilles.

En com­plé­ment de cette for­ma­tion, le CÉROM offre gra­tui­te­ment un uti­li­taire Ex­cel, ré­cem­ment mis à jour, qui per­met d’éva­luer la per­for­mance des se­mis et ain­si de mieux pré­voir les ra­vages des in­sectes.

Une quin­zaine de par­ti­ci­pants ont fouillé les pièges à ap­pâts à la re­cherche de ra­va­geurs.

L’en­to­mo­lo­giste d’un jour a fait quelques trou­vailles dans ses pièges à ap­pâts.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.