Le prix des grains sous pres­sion

La Terre de chez nous - - GRANDES CULTURES - MAR­TIN MÉ­NARD mme­nard@la­terre.ca

Les der­niers chiffres du dé­par­te­ment de l’Agri­cul­ture des États-Unis (USDA) ont secoué les mar­chés, no­tam­ment ceux du blé et du maïs, qui em­pruntent une ten­dance bais­sière.

Les Amé­ri­cains ont se­mé près d’un mil­lion d’acres de blé de plus que pré­vu ce prin­temps pour un to­tal d’en­vi­ron 50 mil­lions d’acres. Ajou­tons à ce­la des stocks plus éle­vés que l’an pas­sé et des tem­pé­ra­tures fa­vo­rables aux cul­tures et nous ob­te­nons des prix avoi­si­nant les 160 $ US la tonne (t); le plus bas ni­veau de­puis 2007.

Au Qué­bec, Fré­dé­ric Ha­mel men­tionne un prix de 220 $/t pour du blé li­vré chez l’ache­teur. « J’ai même vu un pro­duc­teur li­vrer du blé tendre pour 208 $/t. Le blé n’est vrai­ment pas cher! » re­con­naît ce né­go­ciant en grains de Se­mi­can. Idem dans l’orge. « Ce n’est pas évident pour les pro­duc­teurs qui veulent vi­der leurs si­los de cé­réales. Dans l’orge, il n’y a pas d’ache­teurs en ce mo­ment et les prix of­ferts sont ri­di­cu­le­ment bas », ex­plique-t-il. Les ré­coltes de blé on­ta­riennes s’an­noncent bonnes. Les pro­duc­teurs de l’Ouest ca­na­dien aus­si pro­fitent de condi­tions fa­vo­rables pour ob­te­nir des ren­de­ments éle­vés. Rien pour ai­der...

Le faible prix du blé et les ré­coltes im­por­tantes de blé d’au­tomne qui s’an­noncent risquent d’ac­croître la com­pé­ti­tion dans les grains.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.