1 330 plants de pot dans sa grange!

La Terre de chez nous - - LA UNE - Que pen­sez-vous... des risques de louer vos bâ­ti­ments de ferme? tcn@la­terre.ca MYRIAM LA­PLANTE EL HAÏLI mla­plante@la­terre.ca

Jean-Paul La­roche a payé cher le fait d’avoir loué sa grange à un in­con­nu qui y a culti­vé du pot à son in­su : arrestation, frais d’avo­cat, ré­pu­ta­tion et pro­jet de re­traite rui­nés mal­gré un ac­quit­te­ment.

ES­TRIE — Lorsque Jean-Paul La­roche a pris la dé­ci­sion de louer ses bâ­ti­ments de ferme de Dan­ville au prin­temps 2015, rien ne lais­sait pré­sa­ger qu’il se fe­rait ar­rê­ter et ac­cu­ser au cri­mi­nel. C’est pour­tant ce qui s’est pas­sé.

Les me­nottes aux mains, c’est à la suite de son arrestation en no­vembre 2015 que M. La­roche dit avoir ap­pris que ses lo­ca­taires chi­nois culti­vaient 1 330 plants de can­na­bis dans sa grange. Se­lon les in­for­ma­tions col­li­gées par La Tri­bune à l’époque, au cours de la per­qui­si­tion, la Sû­re­té du Qué­bec a per­qui­si­tion­né les lieux et sai­si 100 lampes ser­vant à la pro­duc­tion, 600 g de co­cottes de can­na­bis et des équi­pe­ments de trans­for­ma­tion de ha­schich. La pe­tite écu­rie amé­na­gée à l’in­té­rieur de la grange avait été trans­for­mée et conte­nait sept salles de pro­duc­tion de ma­ri­jua­na lors de l’in­ter­ven­tion de la po­lice.

Les deux hommes dé­cou­verts dans la grange ont aus­si été tra­duits en jus­tice : Kien Ching Lee a été condam­né à 30 mois de pri­son, tan­dis que son confrère Kim Duong Diep su­bi­ra son pro­cès en juin pro­chain. Le lo­ca­taire de la ré­si­dence, Ma­rio Fil­lion, purge une peine de 18 mois et de­mi de dé­ten­tion. La per­sonne char­gée de payer le loyer à M. La­roche, Du Ke, est tou­jours re­cher­chée par la po­lice.

Avec sou­la­ge­ment, le 6 avril au pa­lais de jus­tice de Sher­brooke, l’an­cien pro­duc­teur a été ac­quit­té des ac­cu­sa­tions de pro­duc­tion et com­mer­cia­li­sa­tion de can­na­bis et de vol d’élec­tri­ci­té qui pe­saient contre lui. Après un an et de­mi de dé­marches de­vant les tri­bu­naux, ses bâ­ti­ments de ferme ont été ven­dus par la jus­tice et sa mésa­ven­ture lui a coû­té 25 000 $ en frais d’avo­cat, mais lui a sur­tout coû­té son pro­jet de re­traite et sa ré­pu­ta­tion.

Fil des évé­ne­ments

Jean-Paul La­roche ne se voyait pas faire autre chose de sa re­traite que de re­ve­nir à la ferme après 27 an­nées pas­sées comme contre­maître et ma­ga­si­nier au Centre de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment sur le bo­vin lai­tier et le porc d’Agri­cul­ture et Agroa­li­men­taire Ca­na­da.

Il a donc ache­té en 2003 une ferme com­pre­nant des bâ­ti­ments et une ré­si­dence, de même que la terre, en 2004, qui lui était ad­ja­cente à Dan­ville. En at­ten­dant de pou­voir l’ex­ploi­ter lui­même, il a dé­ci­dé de louer la mai­son et la grange ser­vant d’en­tre­pôt de ma­chi­ne­rie in­dus­trielle. Les choses se sont com­pli­quées en mars 2015, lorsque M. La­roche a conclu un bail avec Liu Zhen Shuan. Ce der­nier a sous-loué la mai­son à Ma­rio Fil­lion, lui aus­si ac­cu­sé dans cette af­faire.

M. La­roche, qui ré­side à Sher­brooke, ne pas­sait que ra­re­ment à la ferme, si­tuée à en­vi­ron 45 mi­nutes de sa ré­si­dence prin­ci­pale. « Je m’y suis ar­rê­té quelques fois, comme mon as­su­reur me le de­man­dait, et ab­so­lu­ment rien ne me pa­rais­sait anor­mal à la mai­son ou au garage si­tué à gauche de la mai­son, af­firme-t-il. Je ne me suis ja­mais ren­du à la grange ou dans les autres bâ­ti­ments de ferme. » Ce qui lui a va­lu de graves em­bê­te­ments. « J’avais eu une vie im­pec­cable pen­dant 40 ans, au­cun dos­sier cri­mi­nel, et c’est à la re­traite que ça se passe! » a-t-il dé­cla­ré à la Terre.

Jean-Paul La­roche ne sa­vait pas que les lo­ca­taires de sa ferme pro­dui­saient du can­na­bis dans sa grange.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.