Le Qué­bec mul­ti­plie les ini­tia­tives pour se pro­té­ger

La Terre de chez nous - - FRAUDE ALIMENTAIRE - MAR­TIN MÉ­NARD

La confiance des consom­ma­teurs est dé­sor­mais ébran­lée. Des exemples de fraude ali­men­taire comme ceux-ci ont fait la man­chette der­niè­re­ment : du veau ven­du à gros prix alors qu’il s’agis­sait plu­tôt de porc, et des em­bal­lages de to­mates, de concombres et de poi­vrons sur les­quels on pou­vait lire qu’ils avaient été pro­duits au Ca­na­da alors qu’ils pro­ve­naient du Mexique. Si les cas de fraude sont nom­breux (voir autre texte), n’al­lons sur­tout pas croire que le sec­teur agroa­li­men­taire et agri­cole qué­bé­cois reste les bras croi­sés pour au­tant.

Plu­sieurs ini­tia­tives

Des groupes d’agri­cul­teurs qué­bé­cois ont ins­tau­ré des sys­tèmes de tra­ça­bi­li­té qui per­mettent aux consom­ma­teurs de dé­ter­mi­ner pré­ci­sé­ment quel ar­ti­san a pro­duit tel ali­ment. Plu­sieurs se sont aus­si confor­més à des pro­grammes de sa­lu­bri­té ali­men­taire comme Ca­na­daGAP.

En 2006, le gou­ver­ne­ment qué­bé­cois a mis en place le Conseil des ap­pel­la­tions ré­ser­vées et des termes va­lo­ri­sants. Il en­tend ac­croître la sur­veillance afin de pro­té­ger cer­tains pro­duits cer­ti­fiés comme le Fro­mage de vache de race Ca­na­dienne ou les pro­duits bio­lo­giques, sans ou­blier Ali­ments du Qué­bec, qui contrôle l’ori­gine qué­bé­coise de plus de 22 000 pro­duits. « Nous vé­ri­fions les four­nis­seurs, les listes d’in­gré­dients et nous vi­si­tons des en­tre­prises pour nous as­su­rer que les pro­duits ayant le sceau Ali­ments du Qué­bec sont confec­tion­nés à par­tir d’in­gré­dients du Qué­bec [se­lon les cri­tères en place]. Jus­qu’à main­te­nant, à part des er­reurs d’éti­que­tage, nous n’avons pas dé­ce­lé d’uti­li­sa­tion illé­gale in­ten­tion­nelle de la marque », in­dique la di­rec­trice Ma­rie Beau­dry.

Le nombre de pro­duits qui ar­borent le lo­go Ali­ments du Qué­bec aug­mente chaque an­née. L’in­dice de no­to­rié­té de cette marque a éga­le­ment grim­pé au­près des Qué­bé­cois et at­teint 97 %, men­tionne la di­rec­trice. « La marque Ali­ments du Qué­bec prend de la va­leur et des frau­deurs pour­raient être ten­tés de l’uti­li­ser. De­puis fé­vrier der­nier, nous avons donc ren­for­cé le ni­veau de contrôle et de sur­veillance », ajoute Mme Beau­dry.

En ter­mi­nant, men­tion­nons le dé­ve­lop­pe­ment de cir­cuits courts où l’achat di­rect au­près du pro­duc­teur de­meure, pour plu­sieurs, une so­lu­tion de choix pour contrer la fraude ali­men­taire.

La grande no­to­rié­té de la marque Ali­ments du Qué­bec peut at­ti­rer les frau­deurs. Les me­sures de sur­veillance et de contrôle ont été ren­for­cées ces der­niers mois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.