On fait tous par­tie de la re­cette!

La Terre de chez nous - - ÉDITORIAL - MAR­CEL GRO­LEAU Pré­sident gé­né­ral de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles

Se nour­rir, se vê­tir et se lo­ger sont des be­soins de base. Lorsque ceux-ci sont com­blés, il est alors pos­sible de pen­ser à autre chose, de li­bé­rer sa créa­ti­vi­té vers les arts, les af­faires ou la re­cherche. La plus grande avan­cée dans l’his­toire de l’hu­ma­ni­té a été l’agri­cul­ture. Grâce à la sé­cu­ri­té ali­men­taire, les so­cié­tés se sont éman­ci­pées, la qua­li­té de vie s’est amé­lio­rée et le com­merce s’est dé­ve­lop­pé. Sans l’agri­cul­ture, rien de ce que nous connais­sons au­jourd’hui ne se­rait pa­reil. La maî­trise de la na­ture par le biais de ce champ de spé­cia­li­sa­tion a été fon­da­men­tale dans l’évo­lu­tion de l’hu­ma­ni­té. La crois­sance de la pro­duc­ti­vi­té agri­cole a ac­com­pa­gné l’aug­men­ta­tion de la po­pu­la­tion et l’évo­lu­tion du ré­gime ali­men­taire. Cette hausse de pro­duc­ti­vi­té a même per­mis de ré­duire le coût des dé­penses ali­men­taires des bud­gets fa­mi­liaux, lorsque celles-ci sont com­pa­rées au re­ve­nu moyen des fa­milles. Les sommes ain­si li­bé­rées ont pu être in­ves­ties dans d’autres centres d’in­té­rêt et sou­te­nir, pour le meilleur ou pour le pire, la so­cié­té de consom­ma­tion dans la­quelle nous vi­vons. Pour une grande par­tie de la po­pu­la­tion, se nour­rir est très fa­cile, voire ba­nal. Bien se nour­rir est peu­têtre plus com­pli­qué, mais sou­le­ver la ques­tion sup­pose que ce choix existe dans nos so­cié­tés. Un luxe que tous n’ont pas. Les chefs cui­si­niers et les spé­cia­listes de l’ali­men­ta­tion sont les nou­velles stars des mé­dias. Ils ont leurs ma­ga­zines et leur ma­té­riel pro­mo­tion­nel. Ils sont po­pu­laires parce qu’ils ré­pondent à cet in­té­rêt gran­dis­sant des consom­ma­teurs pour l’ali­men­ta­tion. Se nour­rir au­jourd’hui, c’est faire des choix pour sa san­té, se faire plai­sir, dé­cou­vrir et vivre de nou­velles ex­pé­riences sen­so­rielles et cultu­relles. Les agri­cul­teurs qué­bé­cois font beau­coup d’ef­forts pour ré­pondre à cette di­ver­si­té de la de­mande ali­men­taire. L’offre de pro­duits du ter­roir aug­mente d’an­née en an­née. Une plus grande di­ver­si­té de pro­duits exo­tiques est culti­vée chez nous pour com­bler les be­soins des com­mu­nau­tés eth­niques. Les en­tre­prises de trans­for­ma­tion, qu’elles soient d’en­ver­gure lo­cale, na­tio­nale ou mul­ti­na­tio­nale, mul­ti­plient l’offre de nou­veaux pro­duits pour pro­po­ser des ali­ments in­no­vants, qui ré­pondent à toutes les spé­ci­fi­ci­tés du mar­ché. Tous ces ef­forts des pro­duc­teurs, des trans­for­ma­teurs, des dis­tri­bu­teurs et de nos chefs n’ont qu’un seul but : ré­pondre aux at­tentes des consom­ma­teurs. Quelque 65 % des Qué­bé­cois se disent concer­nés par l’ac­tua­li­té tou­chant le sec­teur ali­men­taire ( La Presse+, fé­vrier 2017). C’est énorme. Mais quelle pro­por­tion au­rait ré­pon­du oui si la ques­tion avait por­té sur l’in­té­rêt pour l’agri­cul­ture? Sans doute beau­coup moins. Pour­tant, la fi­lière agroa­li­men­taire a be­soin de tous ses maillons. C’est la rai­son pour la­quelle l’Union a lan­cé la se­maine der­nière une nou­velle cam­pagne de va­lo­ri­sa­tion de la pro­fes­sion agri­cole sous le thème « On fait tous par­tie de la re­cette », qui rap­pelle l’im­por­tance de l’agri­cul­ture et des pro­duc­teurs dans l’ali­men­ta­tion. Cette cam­pagne se­ra dé­ployée sur les pan­neaux rou­tiers les plus vi­sibles. Elle se­ra en­suite dé­cli­née de mul­tiples fa­çons tout au long de l’an­née, par dif­fé­rents types d’af­fi­chage et dans nos fermes dès le mois de juin. Des ob­jets pro­mo­tion­nels et du ma­té­riel nu­mé­rique pour le Web et les mé­dias sociaux, no­tam­ment, sont aus­si pré­vus. Dans la mou­vance de Pou­voir nour­rir, pou­voir gran­dir, la cam­pagne On fait tous par­tie de la re­cette réunit les consom­ma­teurs, les dis­tri­bu­teurs, les trans­for­ma­teurs, les pro­duc­teurs et les pro­mo­teurs de notre agri­cul­ture et de nos ali­ments. Elle met à l’avant-scène la fierté des agri­cul­teurs qué­bé­cois de faire par­tie de la re­cette, celle qui fait sa­li­ver les gens au­tour d’une belle table, qui fa­vo­rise des éco­no­mies ré­gio­nales fortes et qui contri­bue à la re­con­nais­sance de notre cul­ture et de notre ter­roir par­tout sur la planète.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.