Le prix du lait perd 3 $

La Terre de chez nous - - LAIT - PIERRE-YVON BÉGIN

Mau­vaise sur­prise pour les pro­duc­teurs de lait. Le prix de l’hec­to­litre à la ferme a chu­té de 3 $ en avril, pour se si­tuer à 67,06 $.

Pour le pro­duc­teur moyen, il s’agit d’une baisse de re­ve­nu d’en­vi­ron 1 250 $ pour le mois, at­tri­buable prin­ci­pa­le­ment au flé­chis­se­ment du prix mon­dial. « Il y en a qui vont dire qu’on ré­pète toujours la même chose, mais c’est le cas et c’est bien sûr très dé­ce­vant », com­mente le pré­sident des Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec (PLQ), Bru­no Le­tendre.

Ce­lui-ci ajoute que les ventes ont di­mi­nué dans les classes payantes, tel le lait de consom­ma­tion. Par contre, la de­mande pour la ma­tière grasse comme le beurre de­meure forte. Rap­pe­lons que les stocks de beurre sont en re­cons­truc­tion et que la cible de­vrait être at­teinte en juillet pro­chain.

« Quand on tou­chait un prix éle­vé, ob­serve Bru­no Le­tendre, on fai­sait moins de beurre et le prix mon­dial était haut. Là, c’est le contraire. »

Les pro­duc­teurs de lait font aus­si va­loir que les prix connaissent his­to­ri­que­ment une di­mi­nu­tion en avril et en juillet. Après Pâques, ex­plique-t-on, le lait de consom­ma­tion en­re­gistre gé­né­ra­le­ment une di­mi­nu­tion. Puis les prix baissent à nou­veau en juillet pour en­tre­prendre une re­mon­tée avec le re­tour en classe.

« Des fluc­tua­tions de prix de 2 à 3 $ d’un mois à l’autre, ce n’est pas nou­veau et on a dé­jà vu jus­qu’à 6 $ », rap­pelle le di­rec­teur gé­né­ral des PLQ, Alain Bour­beau. Ce­lui-ci pré­vient d’ailleurs qu’elles vont se pour­suivre, no­tant que les pro­duc­teurs ont été aver­tis que le prix du lait va de­meu­rer au­tour de 70 $ tout au cours de l’an­née.

L’en­trée en vi­gueur de la stra­té­gie sur les in­gré­dients con­clue avec les trans­for­ma­teurs, note-t-il, per­met de va­lo­ri­ser ces so­lides non gras plu­tôt que de les ba­zar­der à moitié prix pour l’ali­men­ta­tion ani­male. « Au moins, on va main­te­nant cher­cher le prix de la poudre de lait écré­mé sur le mar­ché mon­dial », sou­ligne-t-il, pré­ci­sant qu’il est en­core trop tôt pour me­su­rer les ef­fets réels de cette nou­velle stra­té­gie.

Le di­rec­teur gé­né­ral convient que les pro­duc­teurs de lait n’ap­pré­cient guère ces fluc­tua­tions de prix. Tou­te­fois, ju­get-il, ils com­prennent bien que l’en­vi­ron­ne­ment d’af­faires est un peu plus vo­la­til qu’au­tre­fois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.