L’UPA de­mande du ca­pi­tal pa­tient pu­blic

La Terre de chez nous - - RELÈVE -

« Mal­heu­reu­se­ment, La Fi­nan­cière agri­cole du Qué­bec est devenue sur­tout un as­su­reur qui tend à li­mi­ter ses dé­penses. Ce­la ne lui per­met pas de jouer son rôle de dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur agri­cole », a lan­cé le pré­sident de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA). Ce der­nier a rap­pe­lé que son père avait ob­te­nu en 1968 un prêt sur 29 ans à 2 % d’in­té­rêt et qui était trans­fé­rable.

Le pré­sident de l’UPA a aus­si dit sou­hai­ter que les dé­taillants « po­si­tionnent » mieux nos pro­duits, no­tam­ment les fro­mages, qui au­ront bien­tôt plus de com­pé­ti­tion d’Eu­rope. De plus, Mar­cel Gro­leau dé­plore qu’Ali­ments du Qué­bec ob­tienne un financement beau­coup moins éle­vé que son équi­valent on­ta­rien.

Mar­cel Gro­leau, pré­sident de l’UPA, af­firme que les fonds d’in­ves­tis­se­ment pri­vés ont une « pa­tience li­mi­tée » et que la FADQ doit jouer un plus grand rôle dans le dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur agri­cole.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.