Les dra­gons sé­duits par les saules de Fran­cis

La Terre de chez nous - - HORTICULTURE ORNEMENTALE - PIERRE-YVON BÉGIN py­be­gin@la­terre.ca

En 2008, rien ne tour­nait rond pour Fran­cis Al­lard. Le pro­duc­teur de saules à crois­sance ra­pide pour la bio­masse se heur­tait au choc pé­tro­lier avec un ba­ril à 140 $ et l’ex­plo­sion des gaz de schiste.

« Les astres n’étaient pas ali­gnés », se sou­vient-il de cette époque. Avec son as­so­cié Oli­vier Payette, il de­vait obli­ga­toi­re­ment trou­ver d’autres dé­bou­chés pour son en­tre­prise, Agro Éner­gie.

L’ac­qui­si­tion d’une tech­no­lo­gie da­noise al­lait re­pré­sen­ter leur planche de sa­lut. Ils ont vite tour­né le dos au sec­teur de l’éner­gie verte et ont ef­fec­tué un vi­rage à 180 de­grés vers l’hor­ti­cul­ture or­ne­men­tale et les pro­duits à va­leur ajou­tée. Une nouvelle com­pa­gnie qu’ils ont créée en 2010, Les Écrans Verts, trans­forme ain­si les mêmes arbres en murs an­ti­bruit ou en clô­tures vé­gé­ta­li­sées. On re­trouve no­tam­ment leurs pro­duits en bor­dure de l’au­to­route 20 à Bou­cher­ville et de la 10 près du quar­tier Dix30, ou en­core dans la ré­gion de Qué­bec dans le sec­teur Val-Bé­lair.

« La tech­no­lo­gie da­noise nous a don­né de la cré­di­bi­li­té, ad­met Fran­cis Al­lard. On a ac­quis une ex­per­tise en pro­ve­nance d’un pays dont le cli­mat res­semble beau­coup au nôtre. »

En ex­pan­sion

C’est fort de ce suc­cès que les jeunes en­tre­pre­neurs se sont pré­sen­tés le 8 mai à l’émis­sion Dans l’oeil du dra­gon. Les cinq dé­ci­deurs ont tous été sub­ju­gués par l’at­trait et les pos­si­bi­li­tés de dé­ve­lop­pe­ment de l’en­tre­prise. Les as­so­ciés ont choi­si de conclure une en­tente avec Serge Beau­che­min. Ce­lui-ci, qui de­vait ef­fec­tuer une pre­mière vi­site de l’ex­ploi­ta­tion la se­maine der­nière, ar­rive au bon mo­ment. Les pro­duc­teurs de saules veulent prendre de l’ex­pan­sion et lorgnent le mar­ché amé­ri­cain.

« Au-de­là de l’ar­gent, note Fran­cis, nous sommes al­lés cher­cher quel­qu’un d’ex­pé­rience. Il faut aus­si ad­mettre que la té­lé­vi­sion nous a don­né une bonne vi­si­bi­li­té. C’est le gros rush main­te­nant et on ne four­nit plus. »

De­puis, le té­lé­phone ne dé­rou­git pas et les en­tre­pre­neurs re­çoivent de nom­breuses de­mandes de sou­mis­sions. L’en­tre­prise compte au­jourd’hui une ving­taine d’em­ployés et re­cherche déses­pé­ré­ment des tech­ni­ciens agri­coles et une main-d’oeuvre spé­cia­li­sée. Avis aux in­té­res­sés.

Du che­min

Si­tués à Saint-Roch-de-l’Achi­gan, dans La­nau­dière, Les Écrans Verts sont éta­blis sur une terre de 130 ha. Il s’agit de la ferme fa­mi­liale qui était au­tre­fois consa­crée à la culture ma­raî­chère. Le père de Fran­cis Al­lard, Mario, et son as­so­cié, Do­mi­nique Le­clerc, se spé­cia­li­saient dans la culture des ca­rottes et des na­vets. Comme le fils ne sou­hai­tait pas par­ti­cu­liè­re­ment prendre la re­lève dans ce sec­teur, il s’est alors tour­né vers la culture de saules. Fran­cis Al­lard a d’ailleurs me­né une lutte épique pour être re­con­nu en tant que pro­duc­teur agri­cole.

« Les gens de l’UPA nous ont beau­coup ai­dés; Marc-An­dré Cô­té, no­tam­ment », af­firme-t-il, re­con­nais­sant.

Oli­vier Payette et son as­so­cié Fran­cis Al­lard ont réus­si à sub­ju­guer tous les dra­gons lors de leur pré­sen­ta­tion du 8 mai der­nier.

Pré­cur­seur dans la pro­duc­tion de bio­masse agri­cole, Fran­cis Al­lard avait fait l’ob­jet d’un re­por­tage dans La Terre de chez nous en 2009. Il at­tire main­te­nant l’at­ten­tion avec les mêmes saules, mais uti­li­sés comme clô­tures vé­gé­ta­li­sées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.