La Ville de Qué­bec tou­jours avide de terres agri­coles

La Terre de chez nous - - TERRITOIRE - THIER­RY LA­RI­VIÈRE

La Ville de Qué­bec a dé­po­sé la deuxième ver­sion de son sché­ma d’amé­na­ge­ment, qui pré­voit en­core le dé­zo­nage de terres agri­coles pour construire, cette fois-ci, 28 000 nou­velles uni­tés d’ha­bi­ta­tion, soit 33 500 de moins que pré­vu au dé­part.

Cette ver­sion du 25 avril pla­ni­fie un dé­ve­lop­pe­ment sur 20 ans plu­tôt que sur 30 ans, comme le pré­voyait la pre­mière ver­sion, qui vi­sait la construc­tion de 61 500 nou­velles uni­tés d’ha­bi­ta­tion. Mal­gré cette am­bi­tion plus me­su­rée, le sché­ma pré­voit tou­jours une de­mande de dé­zo­nage de terres agri­coles dans les deux pre­mières an­nées de son plan d’ac­tion, ce qui ir­rite les re­pré­sen­tants de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles. « Le maire La­beaume main­tient sa po­si­tion de vou­loir dé­zo­ner 660 hec­tares comme dans le pre­mier sché­ma », s’in­surge Jacynthe Ga­gnon, pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion de l’UPA de la Ca­pi­ta­leNa­tio­nale–Côte-Nord.

Pour la pré­si­dente, cette de­mande de dé­zo­nage est « pré­ma­tu­rée » puis­qu’il reste des su­per­fi­cies « si­gni­fi­ca­tives » en zone blanche qui peuvent être déve- lop­pées avant de dé­zo­ner. « Des pro­prié­taires nous ap­pellent parce qu’ils veulent dé­ve­lop­per en zone blanche, mais la Ville ta­ponne », in­siste même Jacynthe Ga­gnon. De fait, le Plan mé­tro­po­li­tain d’amé­na­ge­ment et de dé­ve­lop­pe­ment du ter­ri­toire de la Com­mu­nau­té mé­tro­po­li­taine de Qué­bec (CMQ) éva­luait que cette der­nière dis­po­sait de 2 839 hec­tares de su­per­fi­cies va­cantes dis­po­nibles en 2011. Il y avait 836 hec­tares dis­po­nibles dans l’ag­glo­mé­ra­tion comme telle.

Le maire Ré­gis La­beaume tient mor­di­cus à son pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment « in­no­vant » si­tué sur le ter­rain des Soeurs de la Cha­ri­té. « Ce n’est pas une re­li­gion, l’UPA. On veut prendre des terres qui sont en plein mi­lieu de la ville parce qu’on en a be­soin », a dé­cla­ré le maire La­beaume à La Presse. « L’UPA, ce n’est pas une re­li­gion. C’est un re­grou­pe­ment de pro­duc­teurs qui veulent dé­fendre leurs droits », a ré­pon­du Jacynthe Ga­gnon, qui rap­pelle que les 204 hec­tares de terres des Soeurs de la Cha­ri­té sont en culture et sont com­po­sés des meilleurs sols drai­nés. La pré­si­dente qua­li­fie le maire d’« im­pul­sif » dans sa dé­fense du dé­ve­lop­pe­ment de ce sec­teur en par­ti­cu­lier.

Mal­gré plus de 2 800 hec­tares de ter­rains va­cants dis­po­nibles sur le ter­ri­toire de la CMQ, la Ville de Qué­bec sou­haite tou­jours dé­zo­ner des terres agri­coles, dont les 204 hec­tares des Soeurs de la Cha­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.