Une ges­tion équi­li­brée pour maxi­mi­ser les pro­fits

La Terre de chez nous - - AGROMÉTÉO - Vé­ro­nique Ouel­let, Do­ris Pel­le­rin, Si­mon Bing­ge­li et Édith Char­bon­neau, de l’Uni­ver­si­té La­val, et Gilles Bé­lan­ger, Gaë­tan Trem­blay, Mar­tin Chan­ti­gny et Guillaume Jé­go, d’Agri­cul­ture et Agroa­li­men­taire Ca­na­da

Le nombre de coupes des cul­tures four­ra­gères ain­si que le mo­ment où elles sont réa­li­sées in­fluencent di­rec­te­ment leur ren­de­ment, leur va­leur nu­tri­tive et leur per­sis­tance. Ain­si, la ges­tion des coupes est un as­pect im­por­tant à consi­dé­rer dans les fermes lai­tières.

Nous avons com­pa­ré deux types de ges­tion de coupe d’un mé­lange lu­zerne/fléole des prés au moyen de la mo­dé­li­sa­tion. La ges­tion de la qua­li­té vi­sait l’ob­ten­tion d’une va­leur nu­tri­tive éle­vée par l’en­tre­mise de coupes plus fré­quentes ef­fec­tuées au stade dé­but bou­tons de la lu­zerne avec une coupe au­tom­nale. La ges­tion équi­li­brée ci­blait plu­tôt la per­sis­tance et de hauts ren­de­ments, tout en main­te­nant une va­leur nu­tri­tive adé­quate par le biais de coupes moins fré­quentes ef­fec­tuées au stade dé­but flo­rai­son, et ce, sans coupe à l’au­tomne.

Notre ob­jec­tif consis­tait à dé­ter­mi­ner la­quelle des deux ges­tions per­met d’ob­te­nir le meilleur pro­fit dans une ferme lai­tière re­pré­sen­ta­tive de la ré­gion du Bas-Saint-Laurent, qui compte 63 vaches Hol­stein pro­dui­sant en moyenne 8 608 kg de lait/vache/an, et dans une autre ex­ploi­ta­tion re­pré­sen­ta­tive de la ré­gion de la Mon­té­ré­gie, com­po­sée de 71 Hol­stein qui donnent 9 102 kg de lait/vache/an.

Se­lon nos si­mu­la­tions, les pro­fits se­raient de 10 990 $/an su­pé­rieurs dans la ferme du BasSaint-Laurent et de 10 680 $/ an plus éle­vés dans celle de la Mon­té­ré­gie lorsque la ges­tion équi­li­brée est prio­ri­sée plu­tôt que la ges­tion de la qua­li­té. Ces ré­sul­tats s’ex­pliquent prin­ci­pa­le­ment par les ren­de­ments plus éle­vés ob­te­nus avec la ges­tion équi­li­brée, ce qui per­met de li­bé­rer plus d’hec­tares pour les cul­tures ven­dues à l’ex­té­rieur de la ferme.

Ain­si, la ges­tion équi­li­brée a fait croître les pro­fits liés à la vente de ré­coltes de 6 236 $/ an pour la ferme du Bas-SaintLaurent et de 15 494 $/an pour celle de la Mon­té­ré­gie. Nos ré­sul­tats sug­gèrent donc qu’il est plus pro­fi­table pour un pro­duc­teur lai­tier de miser sur une ges­tion de coupe axée sur la per­sis­tance et les ren­de­ments plu­tôt que sur une ges­tion maxi­mi­sant la va­leur nu­tri­tive de ses cul­tures four­ra­gères. Nos re­cherches se pour­suivent afin de vé­ri­fier s’il y a des contextes pou­vant faire va­rier ces conclu­sions.

Ce pro­jet est fi­nan­cé par la Grappe de re­cherche lai­tière d’Agri­cul­ture et Agroa­li­men­taire Ca­na­da en col­la­bo­ra­tion avec Les Pro­duc­teurs lai­tiers du Ca­na­da.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.