M25 re­fuse de prendre sa re­traite

La Terre de chez nous - - LA UNE - PIERRE-YVON BÉ­GIN py­be­gin@ la­terre.ca

Do­tée d’un charme fou, elle fait de l’oeil à tous les vi­si­teurs et aux em­ployés. Elle ac­cepte même vo­lon­tiers de les voir grim­per sur son dos. À 10 ans, M25 est de­ve­nue l’at­trac­tion de la Ferme Ri­vière Fer­rée, à Saint-Roch-des-Aul­naies. Cette sym­pa­thique vache re­fuse de prendre sa re­traite.

« C’est comme un gros chat avec un pis », té­moigne avec af­fec­tion son pro­prié­taire, Ch­ris­tian Jon­cas. Ce pro­duc­teur de lait bio­lo­gique ne par­vient pas à se ré­soudre à se dé­bar­ras­ser de cette Jer­sey croi­sée Hol­stein, même si son pis est de­ve­nu trop bas.

« Il fau­drait la mon­ter sur des blocs pour ar­ri­ver à la traire », dit-il avec amu­se­ment, bien conscient qu’il grève ain­si sa ren­ta­bi­li­té. Mais l’ar­gent ne fait pas tou­jours le bon­heur!

« Elle contri­bue à la bonne hu­meur de tout le monde », constate avec plai­sir Ch­ris­tian Jon­cas.

Les terres de l’éle­veur sont tra­ver­sées par la ri­vière Fer­rée, dont le nom pro­vient pro­ba­ble­ment de son eau fer­reuse. De­puis le dé­but de l’été, on y vient de France, de Suisse et même de pays arabes pour y faire du kayak. Le pro­prié­taire est donc heu­reux de pou­voir comp­ter sur cette at­ta-

« C’est comme un gros chat avec un pis. »

chante mas­cotte. Elle ra­vit et surprend les en­fants par ses af­fec­tueux coups de langue ru­gueuse.

« Elle est pas mal ra­tou­reuse, ajou­tet-il. Elle a le tour de se faire don­ner un peu d’en­si­lage ou de cé­réales, même si elle n’y a pas droit, en prin­cipe. »

M25 est un bi­zarre de nom quand même pour une vache. Ch­ris­tian Jon­cas en convient, in­ca­pable de re­trou­ver son vé­ri­table nom d’ori­gine. On a donc sim­ple­ment ajou­té un M au nu­mé­ro 25 qu’elle por­tait au cou. « On trouve ça plus drôle parce que ça nous fait pen­ser à M dans les films de James Bond », ex­plique-t-il. Ch­ris­tian Jon­cas fait de la pro­duc­tion de lait bio­lo­gique de­puis 28 ans avec un trou­peau de 60 vaches. Il était de la pre­mière co­horte bio de l’Ins­ti­tut de tech­no­lo­gie agroa­li­men­taire de La Po­ca­tière. À ses yeux, M25 était une ex­cel­lente bête, avec une pro­duc­tion res­pec­table de 8 000 litres et un taux de gras et de pro­téines proche de 5 %.

« Elle est gâ­tée pour­rie, concède Ch­ris­tian Jon­cas. On l’a sor­tie der­niè­re­ment avec les vaches ta­ries. Elle s’est mo­quée des clô­tures de broche et est re­ve­nue à l’étable. C’est elle qui dé­cide. »

Après tout, pour­quoi les re­trai­tées n’au­raient-elles pas droit à cer­tains pri­vi­lèges?

À la Ferme Ri­vière Fer­rée, de Saint-Roch-des-Aul­naies, M25 re­fuse de prendre sa re­traite.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.