La ver­ti­gi­neuse en­vo­lée des Bolduc-Gri­mard

La Terre de chez nous - - NEWS - CH­RIS­TIAN PA­QUIN Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Ce qui ne de­vait être au dé­part qu’une ac­ti­vi­té d’ap­point est de­ve­nu une vé­ri­table en­tre­prise fa­mi­liale pour le pas­sion­né de plumes Yan­nick Bolduc et sa conjointe Ma­rie-Ève Gri­mard. Leur éle­vage de cailles et pin­tades fas­cine les consom­ma­teurs, qui sont tou­jours plus nom­breux à ve­nir se pro­cu­rer leurs pro­duits à la ferme.

SAINT-AL­BERT — D’aus­si loin qu’il se sou­vienne, Yan­nick Bolduc a tou­jours été cap­ti­vé par les oi­seaux. Sans le sa­voir, il était pré­des­ti­né à de­ve­nir éle­veur de vo­lailles. « Je met­tais des man­geoires un peu par­tout chez ma mère. Ça a tou­jours été plus les plumes que le poil. Pour­tant, j’ai dé­jà eu des la­pins… J’ai tou­jours été at­ti­ré par la nature, par la chasse », ra­conte-t-il. L’ébé­niste nour­rit cette pas­sion à toutes les étapes de l’éle­vage : du pe­tit au pro­duit dans l’as­siette. « C’est très va­lo­ri­sant », af­firme-t-il.

La po­pu­la­ri­té de la Fai­san­de­rie St-Al­bert ne cesse de gran­dir de­puis que le pu­blic en a fait la dé­cou­verte lors de la Ba­lade Gourmande, un évé­ne­ment au­tom­nal pro­po­sant cinq cir­cuits si­gna­li­sés dans les Bois-Francs. « C’est ce qui nous a pro­pul­sés », ra­conte Ma­rie-Ève Gri­mard.

De­vant la de­mande, ils ont grossi l’éle­vage au fil des ans. Ils ont consul­té des chefs pour dé­ve­lop­per leurs propres pro­duits, tels que des su­prêmes, ter­rines et rillettes, dont ils as­surent la trans­for­ma­tion. « On s’est fait prendre un peu… ça prend plus de place », ad­met Ma­rieÈve Gri­mard, qui est aus­si en­sei­gnante. Il faut dire que la ve­nue des deux en­fants (Oly, deux ans, et Ré­mi, cinq ans) tient dé­jà le couple bien oc­cu­pé. « On n’a ja­mais ap­pro­ché des gens pour la vente; ce sont eux qui nous ont contac­tés. On pour­rait vendre plus et al­ler plus loin. On a com­men­cé ça len­te­ment. On veut conti­nuer comme ça », af­firme Yan­nick Bolduc. Ce rythme de crois­sance les a bien ser­vis jus­qu’à pré­sent. Le couple adapte sans cesse ses pra­tiques à la ferme pour tis­ser des liens de proxi­mi­té avec les consom­ma­teurs. « Ce que j’aime ici, c’est que c’est fa­mi­lial. Les gens aiment ça, ve­nir à la ferme, ache­ter les pro­duits. Ils vi­sitent les vo­lières, ils posent des ques­tions à Yan­nick… Avec les oi­seaux, les en­fants trouvent leur compte au­tant que les grands », lance avec en­thou­siasme Ma­rie-Ève Gri­mard.

Ils ont consul­té des chefs pour dé­ve­lop­per leurs propres pro­duits, tels que des su­prêmes, ter­rines et rillettes, dont ils as­surent la trans­for­ma­tion.

Les Bolduc-Gri­mard élèvent en­vi­ron 2 500 pin­tades et 10 000 cailles par an­née.

Ébé­niste de son mé­tier, Yan­nick Bolduc veut consa­crer tout son temps à l’ex­ploi­ta­tion de la ferme l’an pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.