Pe­tits mo­ments de calme

La Terre de chez nous - - LA UNE - CH­RIS­TEL GROUX Agrimom

« Je me trouve choyée de pou­voir vivre ça, et en plus, c’est gra­tis! Pas be­soin de payer un abon­ne­ment pour des ac­ti­vi­tés zen! »

Avec le re­tour des vaches au site d’hi­ver­ne­ment et les pe­tits ma­tins gla­ciaux, ma rou­tine ma­ti­nale a re­pris. Une fois les deux grandes par­ties à l’école, la ben­ja­mine chez sa gar­dienne, j’en­file mes com­bines et mes ha­bits d’hi­ver et j’em­prunte notre pe­tit sen­tier pour al­ler cas­ser la glace sur l’abreu­voir des ani­maux. Une jo­lie marche d’en­vi­ron 1 000 pieds à tra­vers le bois.

La der­nière an­née a été tel­le­ment oc­cu­pée avec l’achat de l’abat­toir et de la bou­che­rie, que j’aime en­core plus ce mo­ment; c’est tel­le­ment calme. La neige qui re­couvre les arbres, les rayons de so­leil qui pé­nètrent dans le bois, des vaches qui mangent tran­quille­ment, les veaux tou­jours cu­rieux qui viennent me voir, le chien qui me suit, c’est re­po­sant. Par­fois, une per­drix qui me fait faire le saut en s’en­vo­lant me sort de mes rê­vas­se­ries. Je me trouve choyée de pou­voir vivre ça, et en plus, c’est gra­tis! Pas be­soin de payer un abon­ne­ment pour des ac­ti­vi­tés zen!

Des clients et amis nous de­mandent com­ment on fait, car ils ont l’im­pres­sion que l’on n’ar­rête ja­mais : la fa­mille, la ferme, le com­merce, la route, car la bou­che­rie est si­tuée à 70 km de la ferme. Pour moi, ces pe­tits ma­tins de plé­ni­tude sont am­ple­ment suf­fi­sants pour re­char­ger la bat­te­rie.

De re­tour à la mai­son, je suis prête pour ma jour­née. Di­rec­tion Évain, pour la bou­che­rie où un feu rou­lant d’ac­tions m’at­tend.

Bonne jour­née!

Lors des ma­tins gla­ciaux, j’en­file mes com­bines et mes ha­bits d’hi­ver et j’em­prunte notre pe­tit sen­tier pour al­ler cas­ser la glace sur l’abreu­voir des ani­maux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.