Arie Van Win­den est dé­cé­dé

Arie Van Win­den, le fon­da­teur de l’une des plus grandes ex­ploi­ta­tions ma­raî­chères du Qué­bec, Del­fland inc., est dé­cé­dé à Na­pier­ville le 27 jan­vier. Il avait 94 ans.

La Terre de chez nous - - LA UNE - MY­RIAM LA­PLANTE EL HAÏLI mla­plante@ la­terre.ca

Arie Van Win­den a eu de belles fu­né­railles le 3 fé­vrier, ra­conte son ne­veu De­nys, pro­prié­taire de la ferme Pro­duc­tion hor­ti­cole Van Win­den. « Ce n’était pas des fu­né­railles tristes, c’était comme un grand ras­sem­ble­ment des fa­milles Van Win­den », ajoute-t-il.

Rires et pleurs se sont tout de même cô­toyés à l’évo­ca­tion de la mé­moire du pa­triarche et de son his­toire ins­pi­rante. À com­men­cer par son ar­ri­vée de Hol­lande avec sa femme Cis­ca Hooy­mans le 27 avril 1954.

Arie Van Win­den ne se dou­tait pas qu’il éta­bli­rait les bases d’un em­pire agri­cole qué­bé­cois en s’ins­tal­lant à Sher­ring­ton avec ses deux frères Pierre et John. Les frères Van Win­den prô­naient l’en­traide et la col­la­bo­ra­tion à l’époque, en al­lant tra­vailler à la ferme de l’un ou de l’autre et en ven­dant les pro­duc­tions de toutes les en­tre­prises sous une même marque au Mar­ché Bon­se­cours de Mont­réal. « VegP­ro In­ter­na­tio­nal est la conti­nua­tion de cette col­la­bo­ra­tion », in­dique Sté­phane, le fils qui a ache­té les parts d’Arie Van Win­den chez Del­fland en 1991. Le tra­vail co­opé­ra­tif est d’ailleurs le plus gros legs que le pa­triarche a lais­sé à la fa­mille, pense le fils.

À la fin des an­nées 1960, Arie Van Win­den s’est aus­si as­so­cié à plu­sieurs ma­raî­chers du coin pour fon­der des co­opé­ra­tives d’em­bal­lage d’oi­gnons et de ca­rottes, qui existent en­core au­jourd’hui sous la ban­nière OniP­ro.

Même après avoir pris sa re­traite en 1991, Arie Van Win­den a conti­nué à tra­vailler. Son da­da? Les ca­rottes! Il ne fal­lait pas ou­blier de l’ap­pe­ler, si­non il n’était pas content, se rap­pelle Sté­phane. « Au prin­temps, il ve­nait as­sis­ter à la pré­pa­ra­tion des ter­rains et à l’au­tomne, il sui­vait la ré­col­teuse à bord d’un ca­mion pour ra­mas­ser les ca­rottes. C’était sa job », ra­conte Sté­phane. Il l’a fait aus­si long­temps que sa san­té le lui a per­mis, car il a souf­fert il y a une di­zaine d’an­nées d’un ac­ci­dent vas­cu­laire cé­ré­bral qui l’a lour­de­ment han­di­ca­pé.

Rap­pe­lons qu’en 2013, la fa­mille de M. Van Win­den a été lau­réate de la 27e édi­tion du concours de la fa­mille agri­cole de l’an­née. Le couple fê­tait, un an plus tard, son 60e an­ni­ver­saire de ma­riage.

Arie Van Win­den, ac­com­pa­gné de sa femme et d’un de ses fils lors du dé­voi­le­ment de la fa­mille agri­cole de l’an­née 2013 à Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.