Le ta­bac tue un fu­meur sur deux

La Tribune - - ACTUALITÉS - LIA LÉVESQUE

MON­TRéAL — Pour convaincre da­van­tage de gens de ces­ser de fu­mer, la Se­maine pour un Qué­bec sans ta­bac mi­se­ra cette an­née sur le fait qu’un Qué­bé­cois sur deux connaît au moins une per­sonne qui a été at­teinte d’une ma­la­die grave à cause du ta­bac. En fait, ce sont 46 pour cent des Qué­bé­cois qui connaissent ain­si au moins une per­sonne qui souffre pré­sen­te­ment ou a dé­jà souf­fert d’une ma­la­die grave à cause du ta­bac, se­lon un son­dage Lé­ger dont les ré­sul­tats ont été dé­voi­lés mar­di au cours d’une confé­rence de presse.

Le Conseil qué­bé­cois sur le ta­bac et la san­té a sou­li­gné, à l’oc­ca­sion du lan­ce­ment de la Se­maine pour un Qué­bec sans ta­bac, qu’en­core au­jourd’hui, 1,4 million de Qué­bé­cois fument.

Le ta­bac tue un fu­meur sur deux et cause une hos­pi­ta­li­sa­tion sur trois au Qué­bec, a sou­li­gné Ma­rio Bu­jold, di­rec­teur gé­né­ral du Conseil.

« Sur 60 000 dé­cès qu’on a connus en 2015 au Qué­bec, 10 400 sont at­tri­buables au ta­ba­gisme », a-t-il sou­li­gné.

Le di­rec­teur na­tio­nal de san­té pu­blique, le doc­teur Ho­ra­cio Ar­ru­da, af­firme que des pro­grès ont été réa­li­sés grâce aux dif­fé­rentes me­sures et ré­gle­men­ta­tions qui ont été adop­tées au fil des ans : des res­tric­tions sur les em­bal­lages, sur les en­droits où il est per­mis de fu­mer, par exemple.

« On est main­te­nant avec une norme so­ciale dif­fé­rente », a no­té le doc­teur Ar­ru­da.

Et il a rap­pe­lé que plu­sieurs pro­grammes et ou­tils existent pour ceux qui veulent ces­ser de fu­mer. « Les fu­meurs, on n’est pas là pour les écoeu­rer; on est là pour les ai­der », a-t-il dit.

La Se­maine pour un Qué­bec sans ta­bac com­men­ce­ra di­manche pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.