Prêts pour la cueillette des noi­settes?

La Tribune - - ACTUALITÉS - SONIA BOLDUC sonia.bolduc@la­tri­bune.qc.ca

COOKSHIRE-EATON — C’est le temps de l’au­to­cueillette. Il reste quelques pe­tits fruits par-ci, de la pomme et de la prune par-là, des courges par­tout dans les champs, c’est simple, il n’y au­ra ja­mais suf­fi­sam­ment de jour­nées de beau temps pour faire le plein. Mais il suf­fi­rait d’à peine une pe­tite éclair­cie de plus pour ajou­ter quelques noix à ses ré­coltes de fin d’été.

Ils sont en vé­ri­té peu nom­breux en­core, au Qué­bec, ces au­da­cieux pro­duc­teurs de noix dont fait par­tie Jacques Ouel­lette de Cook­shi­reEa­ton. Sur sa terre du che­min Gilbert, c’est en­vi­ron un mil­lier de noi­se­tiers qu’il a plan­tés de­puis 7 ans, et les pre­miers, quelque 200 d’entre eux, com­mencent à pro­po­ser un ren­de­ment suf­fi­sam­ment in­té­res­sant pour ou­vrir les portes de la plan­ta­tion aux vi­si­teurs.

« On ne peut pas en­core of­frir de l’au­to­cueillette parce qu’on ne veut pas créer des at­tentes et voir des gens re­par­tir les mains vides. Mais on les in­vite à ve­nir pour une pe­tite vi­site d’ini­tia­tion cette fin de se­maine avant de re­par­tir avec un pa­nier de noix », ex­plique Jacques Ouel­lette en dé­am­bu­lant entre les ran­gées de noi­se­tiers, des hy­brides adap­tés aux condi­tions cli­ma­tiques du Qué­bec, du moins des zones 4 b et plus.

« C’est en vi­site en On­ta­rio que j’ai vu là-bas des noi­se­tiers et que j’ai eu l’idée d’en faire la pro­duc­tion ici, ra­conte-t-il. Je ne voyais pas pour­quoi ça ne fonc­tion­ne­rait pas, le cli­mat n’est pas si dif­fé­rent. »

De la di­zaine de va­rié­tés dif­fé­rentes dis­per­sées dans ses champs, Jacques Ouel­lette ob­tient des ren­de­ments va­riés et les es­sais sont tou­jours en cours.

« Il y a vrai­ment peu de pro­duc­teurs au Qué­bec, on en est en­core à l’étape du dé­brous­saillage, no­tet-il. Là, les pre­miers com­mencent à don­ner des noix, les autres vont suivre dans les pro­chaines an­nées. Est-ce que la pro­duc­tion va être égale d’an­née en an­née, com­bien de noix va four­nir chaque arbre de chaque va­rié­té, on ne le sait pas en­core. »

Sur la terre de Cookshire-Eaton, les noi­se­tiers ont été plan­tés sur un ter­rain bien drai­né que l’on a en­tou­ré de clô­ture élec­trique pour te­nir à l’écart les che­vreuils. Les chats s’oc­cupent des écu­reuils. Pour le reste, jus­qu’ici du moins, Jacques Ouel­lette n’a pas eu à uti­li­ser d’in­sec­ti­cide ou de pes­ti­cide.

Le pro­duc­teur a in­té­gré à sa culture des hy­brides amé­ri­cains et eu­ro­péens, et ten­té quelques ex­pé­riences de son cru afin d’ob­te­nir une cer­taine va­rié­té dans sa noi­se­raie.

Mais Jacques Ouel­lette éva­lue qu’il lui fau­dra ajou­ter en­core en­vi­ron 4000 noi­se­tiers à sa plan­ta­tion afin de ré­pondre à la de­mande éven­tuelle. « C’est un pro­duit qui est po­pu­laire au­près des consom­ma­teurs, mais qu’ils connaissent peu, et sur­tout, qu’ils ne savent pas en­core qu’ils peuvent re­trou­ver près de chez eux en au­to­cueillette. »

Les noix peuvent se consom­mer fraî­che­ment cueillies, mais leur goût se­ra un peu plus amère et moins fin que si elles sont sé­chées quelques jours au so­leil, dans leur coque, mais dé­bar­ras­sées du brou (chaire verte) qui les pro­tège.

MÉDIA, FRÉ­DÉ­RIC CÔ­TÉ — PHO­TO SPECTRE

Jacques Ouel­lette s’est lan­cée dans la plan­ta­tion de noi­se­tiers il y a sept ans, et ses pre­miers spé­ci­mens offrent ces jours-ci leur ré­colte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.