Le MCI veille­ra au grain

La Tribune - - ACTUALITÉS - JEAN-FRAN­ÇOIS GA­GNON jean-fran­cois.ga­gnon@la­tri­bune.qc.ca

MA­GOG — Le Mem­phré­ma­gog conser­va­tion inc. (MCI) a la ferme in­ten­tion de s’as­su­rer que le pro­jet d’ex­pan­sion à Owl’s Head n’au­ra qu’un im­pact li­mi­té sur le lac Mem­phré­ma­gog et ses rives.

Co­pré­sident de l’or­ga­nisme, Ro­bert Be­noit es­père de tout coeur que les fu­turs ac­qué­reurs de la sta­tion Owl’s Head, dont fait par­tie l’homme d’af­faires Gilles Bé­lan­ger, ef­fec­tue­ront tous les ef­forts né­ces­saires pour pré­ser­ver la qua­li­té de l’eau du lac et les rives de ce der­nier.

« J’ai l’im­pres­sion que M. Bé­lan­ger est un homme de bonne vo­lon­té et on ne veut pas par­tir en guerre contre lui, sou­ligne M. Be­noit. D’ailleurs, on est prêt à le conseiller ou le ré­fé­rer à des spé­cia­listes qu’on connaît, au be­soin. Mais on l’a tout de même mis en garde pour s’as­su­rer qu’il est conscient des en­jeux. On va être très vi­gi­lant quand le pro­jet de son groupe va com­men­cer à se réa­li­ser. »

Rap­pe­lons que les fu­turs ac­qué­reurs de la sta­tion ont conclu une en­tente avec Fred Kor­man, ac­tuel pro­prié­taire de la mon­tagne, plus tôt cette an­née. La tran­sac­tion ne doit ce­pen­dant pas être concré­ti­sée avant quelques mois en­core. Tel qu’an­non­cé par La Tri­bune en août, le pro­jet sur la table est éva­lué à en­vi­ron 200 mil­lions $.

Ro­bert Be­noit est par ailleurs clair sur un point : le MCI n’en­tend pas me­ner une lutte sem­blable à celle en­tre­prise en 2004 pour s’as­su­rer qu’au­cune terre ap­par­te­nant au parc na­tio­nal du Mont-Or­ford ne se­rait ven­due à des in­té­rêts pri­vés.

« On est bien conscient qu’Owl’s Head et Or­ford, ce n’est pas la même chose. Dans le cas qui nous in­té­resse ac­tuel­le­ment, on parle de terres pri­vées alors qu’il était ques­tion d’un parc na­tio­nal à l’époque. Il ne faut pas faire de pa­ral­lèle entre les deux. C’est bien dif­fé­rent », in­siste-t-il.

« PEU DE DÉ­TAILS »

Si le MCI pro­met de veiller au grain, M. Be­noit ad­met qu’on en connaît peu, pour le mo­ment, sur le pro­jet qu’en­tendent concré­ti­ser les fu­turs ac­qué­reurs. « On a peu de dé­tails, donc c’est dif­fi­cile de com­men­ter long­temps le dos­sier. »

Nou­vel­le­ment élu maire de Pot­ton, Jacques Mar­coux s’in­té­resse éga­le­ment à ce que le groupe pro­jette de réa­li­ser. Il émet le sou­hait que le pro­jet à ve­nir convien­dra à la po­pu­la­tion lo­cale.

« Comme beau­coup de gens à Pot­ton, je suis très ou­vert au dé­ve­lop­pe­ment, ré­vèle M. Mar­coux. Mais je ne vou­drais pas que le pro­jet pro­duise des ef­fets né­fastes, ce qui ris­que­rait d’ar­ri­ver si, par exemple, un pôle com­mer­cial était créé à la mon­tagne et qu’il com­men­çait à concur­ren­cer les com­merces au vil­lage. Di­sons qu’on au­ra be­soin de plus de dé­tails pour ju­ger. »

Pour sa part, Gilles Bé­lan­ger laisse en­tendre qu’il est à l’écoute. « J’ai ren­con­tré le MCI ain­si que plu­sieurs or­ga­nismes de conser­va­tion qui couvrent notre ré­gion, confie-t-il. Je compte tra­vailler avec eux pour trou­ver un équi­libre. On en­vi­sage dé­jà une pro­tec­tion spé­ciale pour une sec­tion pré­cise. L’ob­jec­tif est de conser­ver le charme par­ti­cu­lier d’Owl’s Head, tout en as­su­rant la pé­ren­ni­té des ac­ti­vi­tés mul­ti-sai­sons. »

M. Bé­lan­ger ajoute qu’il a hâte de ren­con­trer Jacques Mar­coux et de dis­cu­ter avec lui de ce que son groupe pro­pose pour re­lan­cer la mon­tagne. « Je dé­sire que le vil­lage et la MRC de Mem­phré­ma­gog en en­tier pro­fitent de re­tom­bées », dé­clare-t-il.

— PHO­TO AR­CHIVES LA TRI­BUNE RE­Né MAR­QUIS

Ro­bert Be­noit

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.