Dans la culture de l’en­tre­prise

La Tribune - - LE BAC NOIR EN CURE MINCEUR - Sté­pha­nie GI­RARD stephanie.gi­rard@la­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE — Pour le Del­ta de Sher­brooke, la conscience en­vi­ron­ne­men­tale ne date pas d’hier. Le com­pos­tage y est ins­tau­ré de­puis 2004 et les ini­tia­tives éco­lo­giques n’ont ja­mais ces­sé de se suc­cé­der.

L’hô­tel de Sher­brooke est la preuve qu’avec des em­ployés bien conscien­ti­sés, il est pos­sible d’ins­tau­rer une po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale dans une en­tre­prise d’en­ver­gure. Au Del­ta, en­vi­ron 140 em­ployés, dont une soixan­taine à temps plein, res­pectent les lignes di­rec­trices ins­tau­rées par l’an­cien chef cui­si­ner.

« Le chef de l’époque, Pierre Bol­duc, qui s’oc­cupe main­te­nant de l’Éco­lo Bou­tique à Sher­brooke, a vrai­ment été un lea­der. Il a mis beau­coup d’ef­forts. Il a même ame­né les em­ployés vi­si­ter des centres de tri pour les conscien­ti­ser », sou­ligne Chan­tal Breault, di­rec­trice des fi­nances et res­pon­sable du co­mi­té dé­ve­lop­pe­ment du­rable au Del­ta de Sher­brooke.

En cui­sine, on re­trouve ain­si des bacs pour chaque ma­tière à plu­sieurs en­droits stra­té­giques : com­post, car­ton, plas­tique, conserves… tout a sa place. « On ex­plique tous les prin­cipes lors de la for­ma­tion de nou­veaux em­ployés en cui­sine. Après, c’est une ques­tion d’ha­bi­tude. Qu’on jette dans une pou­belle ou l’autre, suf­fit d’y pen­ser. Mais main­te­nant que c’est dans notre culture, tout est na­tu­rel », es­time le chef ac­tuel, Re­naud Col­li­gnon.

Si se do­ter des ins­tal­la­tions de com­pos­tage et de re­cy­clage est plus coû­teux au dé­but, l’in­ves­tis­se­ment en vaut la chan­delle. « Si on ne le met­tait pas au com­post ou au re­cy­clage, notre vo­lume de dé­chets se­rait plus éle­vé. On fe­rait plus de le­vées, donc en termes de coûts, ça re­vien­drait à peu près au même. »

Les conte­neurs ex­té­rieurs sont tout aus­si bien iden­ti­fiés. Les huiles de fri­ture sont éga­le­ment ré­cu­pé­rées par une en­tre­prise qui les trans­forme en bio­car­bu­rant. Se­lon Mme Breault, la ma­jo­ri­té des ma­tières sont re­cy­clées ou re­va­lo­ri­sées.

Les go­be­lets de crème et de laits ont été rem­pla­cés par des conte­nants réuti­li­sables tout comme pour les condi­ments. La ré­duc­tion à la source fait aus­si par­tie des stra­té­gies adop­tées par le Del­ta.

PO­TA­GER ET BA­ZAR

Comme la ges­tion de ma­tières ré­si­duelles fonc­tionne bien, le co­mi­té de dé­ve­lop­pe­ment du­rable s’at­tarde à trou­ver d’autres moyens pour aus­si op­ti­mi­ser la re­va­lo­ri­sa­tion et la réuti­li­sa­tion.

Cette an­née, les em­ployés du Del­ta bé­né­fi­cient d’un tout nou­veau po­ta­ger. Tous les lé­gumes et fines herbes ré­col­tés servent aux re­pas ser­vis à la ca­fé­té­ria du per­son­nel. Bet­te­raves, to­mates, concombres, épi­nards et ce­rises de terre font par­tie de la ré­colte.

« Si notre ré­colte de­vient plus grande un jour, on ai­me­rait aus­si en don­ner au Free-Go », confie Mme Breault.

Un ba­zar ou­vert aux em­ployés et aux clients a per­mis à plu­sieurs ob­jets de trou­ver une nou­velle vie alors, alors que les items res­tants ont été re­mis à des or­ga­nismes com­mu­nau­taires de la ré­gion.

« Il ne faut pas tout faire en même temps mais y al­ler de fa­çon gra­duelle. Par exemple, en s’as­su­rant que le re­cy­clage fonc­tionne bien puis, quand c’est bien éta­bli et que les em­ployés sont à l’aise, on peut al­ler à une étape de plus », conseille Chan­tal Breault aux en­tre­prises qui sou­haitent amé­lio­rer leurs pra­tiques.

Mé­DIA, RE­Né MAR­QUIS — PHO­TO SPECTRE

Re­naud Col­li­gnon, chef cui­si­nier au Del­ta de Sher­brooke, tra­vaille de­puis des an­nées avec le com­pos­tage et le re­cy­clage in­clus en cui­sine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.