TROIS FEMMES AU CO­MI­TÉ EXÉ­CU­TIF

Le maire Lus­sier s’en­toure d’élus «do­tés d’un ju­ge­ment sûr et d’une grande ou­ver­ture d’es­prit»

La Tribune - - LA UNE - JO­NA­THAN CUSTEAU jo­na­than.custeau@la­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE — Ce n’est plus qu’une ques­tion de jours avant que la Ville de Sher­brooke de­vienne of­fi­ciel­le­ment pro­prié­taire du 92, rue Wel­ling­ton Nord, qui abrite le Stu­dio Sex. Dans un ju­ge­ment du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif du Qué­bec ren­du le 30 oc­tobre, les in­dem­ni­tés pro­vi­sion­nelles ver­sées par la Ville sont fixées à 631 000 $.

Au conseil mu­ni­ci­pal du 2 oc­tobre, les élus avaient au­to­ri­sé le ver­se­ment de ce mon­tant pour ex­pro­prier le pro­prié­taire du bâ­ti­ment, Di­ver­tis­se­ment HJ inc., et son lo­ca­taire, le Stu­dio Sex. L’en­tente in­ter­ve­nue avec le pro­prié­taire de­vait en­suite être en­té­ri­née par le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif. Seul le conseiller Jean-Fran­çois Rou­leau avait ins­crit sa dis­si­dence à ce mo­ment-là.

Dans le ju­ge­ment ren­du le 30 oc­tobre, on sou­ligne que les par­ties ont conve­nu, d’un com­mun ac­cord, d’une in­dem­ni­té pro­vi­sion­nelle de 381 000 $ pour le pro­prié­taire de l’im­meuble ex­pro­prié et de 250 000 $ pour l’en­tre­prise lo­ca­taire du 85, rue Ther­rien.

Me Fré­dé­ric-An­toine Le­mieux, pro­cu­reur de la par­tie ex­pro­priée, ex­plique qu’il y au­ra trans­fert de pro­prié­té quand la Ville au­ra payé of­fi­ciel­le­ment les in­dem­ni­tés, qu’un re­çu au­ra été dé­li­vré et qu’un dé­lai lé­gal au­ra été res­pec­té. La Ville de­vra tou­te­fois ver­ser une somme sup­plé­men­taire qu’il reste à dé­ter­mi­ner.

« Les ex­perts ne se sont pas en­core ren­con­trés. Nous ne sa­vons pas si le mon­tant de l’in­dem­ni­té fi­nale se­ra dé­bat­tu de­vant un tri­bu­nal ou s’il y au­ra une en­tente », pré­cise Me Le­mieux. L’in­dem­ni­té fi­nale est une somme dans la­quelle se­ra in­cluse la par­tie dé­jà ver­sée en in­dem­ni­tés pro­vi­sion­nelles.

Les pro­prié­taires de Di­ver­tis­se­ment HJ inc. n’ont pas l’in­ten­tion de re­lo­ca­li­ser leur com­merce pour le mo­ment, faute d’en­droit ap­pro­prié. S’ils s’ins­crivent pré­sen­te­ment dans un scé­na­rio de fer­me­ture, ils ne ferment pas la porte à une ré­ou­ver­ture éven­tuelle.

Rap­pe­lons que la Ville pro­cède à l’ex­pro­pria­tion du bâ­ti­ment de la rue Wel­ling­ton Sud dans le cadre du pro­jet Well inc. L’in­ten­tion ini­tiale, avant le mo­ra­toire im­po­sé par le maire Steve Lus­sier, consis­tait à dé­mo­lir le bâ­ti­ment, comme l’Hô­tel Wel­ling­ton, pour éri­ger deux édi­fices. Le pre­mier de­vrait ac­cueillir les or­ga­nismes de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique de la Ville de Sher­brooke alors que le se­cond, en plus d’ac­cueillir des bu­reaux de SherWeb, de­vrait comp­ter des com­merces, des bu­reaux et des ap­par­te­ments.

Il y a un an, l’an­cien maire Ber­nard Sé­vi­gny si­gna­lait que des zones pré­cises sont dé­jà dé­ter­mi­nées dans le sché­ma d’amé­na­ge­ment pour per­mettre la re­lo­ca­li­sa­tion du Stu­dio Sex, dont celle en face du pa­lais de jus­tice. Il existe aus­si des zones de droits ac­quis, à Bromp­ton no­tam­ment.

Les conseillères Ni­cole Ber­ge­ron, Chan­tal L’Es­pé­rance, Da­nielle Ber­thold et le maire Steve Lus­sier

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.