An­nie God­bout au provincial ?

La conseillère est ap­pro­chée par les trois prin­ci­paux par­tis à Qué­bec

La Tribune - - ACTUALITÉS - JO­NA­THAN CUSTEAU jo­na­than.custeau@la­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE — La conseillère mu­ni­ci­pale An­nie God­bout fe­rat-elle le saut en politique pro­vin­ciale? À l’ap­proche des élec­tions, pré­vues le 1er oc­tobre, plu­sieurs par­tis po­li­tiques au­raient ap­pro­ché Mme God­bout, mais au­cun ne lui au­rait fait une offre for­melle. « On m’a sol­li­ci­tée pour bri­guer la cir­cons­crip­tion de Rich­mond. En oc­tobre, j’ai ren­con­tré Fran­çois Le­gault. Il y avait une double mis­sion, soit dis­cu­ter du pro­jet Dia­logue + et faire des pre­miers liens pour faire connais­sance de part et d’autre. J’ai ren­con­tré Josée Lévesque (or­ga­ni­sa­trice en chef du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec) hier (mar­di) et je se­rai pa­né­liste dans un col­loque sur les femmes pour l’As­so­cia­tion pé­quiste de l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke la se­maine pro­chaine », rap­porte la prin­ci­pale intéressée.

Rappelons que l’ac­tuelle dé­pu­tée de la cir­cons­crip­tion de Rich­mond, Ka­rine Val­lières, a an­non­cé qu’elle ne sol­li­ci­te­rait pas de nou­veau man­dat en oc­tobre.

— An­nie God­bout

Comment Mme God­bout gè­ret-elle toute cette at­ten­tion? « Ça doit vou­loir dire qu’on trouve que je fais un bon tra­vail comme po­li­ti­cienne. Je ne cache tou­te­fois pas que j’ai beau­coup de plai­sir comme conseillère mu­ni­ci­pale en ce mo­ment. Je trouve ex­trê­me­ment mo­ti­vant de tra­vailler à la pros­pé­ri­té de Sher­brooke. Ma pas­sion pre­mière est de ser­vir les gens et j’avoue avoir été un peu se­couée de cet in­té­rêt. Je ne sais pas à quel point je vais pous­ser la ré­flexion. »

An­nie God­bout rêve de tra­vailler en politique à temps plein. Elle oc­cupe ac­tuel­le­ment la pré­si­dence de Des­ti­na­tion Sher­brooke et a été nom­mée au co­mi­té sur les villes in­tel­li­gentes de l’Union des mu­ni­ci­pa­li­tés du Qué­bec, en plus de re­pré­sen­ter le dis­trict de Rock Fo­rest. « Je ne me suis jamais sen­tie aus­si épanouie. Je sens que ce que je dis est en­ten­du et j’ai des dé­fis à re­le­ver. »

Dans sa ré­flexion, la conseillère mu­ni­ci­pale tien­dra aus­si compte de l’im­pact d’une vic­toire aux élec­tions pro­vin­ciales. Une élec­tion com­plé­men­taire de­vrait alors être or­ga­ni­sée dans Rock Fo­rest. « Ça fait par­tie de l’équa­tion. Jus­qu’à main­te­nant, je n’avais pas d’am­bi­tion pour la scène pro­vin­ciale ou fé­dé­rale. Je ne m’étais jamais po­sé la ques­tion. Je voyais da­van­tage ma route au mu­ni­ci­pal. » An­nie God­bout n’a pour le mo­ment pas d’al­lé­geance pour un par­ti provincial. « Chaque par­ti a ses forces et ses fai­blesses. J’ai dé­jà eu une carte du Par­ti qué­bé­cois lors de l’in­ves­ti­ture d’An­dré Bois­clair. J’ai dé­jà tra­vaillé pour une élec­tion li­bé­rale dans Ho­che­la­ga. Je suis une per­sonne qui fait confiance à des gens avant tout, à des idées, à des pro­jets inspirants. Je ne fais pas de politique par­ti­sane. Je suis là pour ser­vir les ci­toyens et faire évo­luer la so­cié­té. »

Dans Rich­mond, le nom du maire d’As­bes­tos, Hugues Gri­mard, cir­cule éga­le­ment chez les li­bé­raux. À la CAQ, ceux de l’ad­ver­saire d’An­nie God­bout en no­vembre der­nier, Bru­no Va­chon, et d’An­dré Ba­chand ont été évo­qués. Au PQ, le nom du maire de Saint-Ca­mille, Phi­lippe Pa­gé, a été avan­cé.

Ma pas­sion pre­mière est de ser­vir les gens et j’avoue avoir été un peu se­couée de cet in­té­rêt.

FRé­Dé­RIC CôTé — PHO­TO LA TRI­BUNE, AR­CHIVES,

La conseillère An­nie God­bout ad­met qu’il est flat­teur d’être ap­pro­chée par des par­tis po­li­tiques pro­vin­ciaux. « Ça doit vou­loir dire qu’on trouve que je fais un bon tra­vail comme po­li­ti­cienne. Je ne cache tou­te­fois pas que j’ai beau­coup de plai­sir comme conseillère mu­ni­ci­pale en ce mo­ment. Je trouve ex­trê­me­ment mo­ti­vant de tra­vailler à la pros­pé­ri­té de Sher­brooke. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.