Kim Bou­tin en pleurs

La Tribune - - PYEONGCHANG 2018 | SPORTS - SÉ­BAS­TIEN LA­JOIE se­bas­tien.la­joie@la­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE — C’est avec beau­coup d’émo­tions que la pa­ti­neuse Kim Bou­tin a re­çu sa mé­daille de bronze après la fi­nale du 500 m courte piste, aux Jeux olym­piques de Pyeong­chang. La Sher­broo­koise de 23 ans n’a pu re­te­nir ses larmes en mon­tant sur le po­dium en com­pa­gnie des deux autres ga­gnantes de l’épreuve, Ya­ra van Ker­khof (ar­gent) et Arian­na Fon­ta­na (or).

Rappelons que la Qué­bé­coise Kim Bou­tin a été la cible de pro­pos in­ju­rieux et de me­naces de mort sur les ré­seaux so­ciaux à la suite de sa troi­sième place ac­quise au 500 m du pa­ti­nage de vi­tesse courte piste des Jeux de Pyeong­chang, se­lon ce que rap­portent plu­sieurs médias.

Bou­tin a fran­chi la ligne d’ar­ri­vée en qua­trième place, mais elle a at­teint la troi­sième marche du po­dium. La Sud-Co­réenne Min­jeong Choi, qui avait ter­mi­né deuxième, a été dis­qua­li­fiée pour un ac­cro­chage avec la Qué­bé­coise.

C’est cette dis­qua­li­fi­ca­tion qui au­rait se­mé la co­lère des par­ti­sans sud-co­réens.

Ra­dio-Ca­na­da a rap­por­té que des mil­liers de pro­pos in­ju­rieux avaient été trans­mis sur les comptes de ré­seaux so­ciaux de Bou­tin.

« N’as-tu pas honte d’avoir tri­ché lors des der­niers Jeux olym­piques ? », a écrit un in­ter­naute. « Tu de­vrais être dis­qua­li­fiée. Sais-tu ce­la ? Honte à toi ! », a écrit un autre.

Cer­tains sont al­lés plus loin en­core.

« Si je te trouve, tu vas mou­rir », a lan­cé un autre, a rap­por­té Ra­dioCa­na­da sur son site in­ter­net.

De­puis, Bou­tin a no­tam­ment ac­ti­vé la fonc­tion « pri­vé » sur ses comptes Twit­ter et Ins­ta­gram.

« La santé et la sé­cu­ri­té de tous les membres de notre équipe sont une prio­ri­té et nous tra­vaillons ac­tuel­le­ment en étroite col­la­bo­ra­tion avec Pa­ti­nage de vi­tesse Ca­na­da, notre per­son­nel res­pon­sable de la sé­cu­ri­té et la GRC, a dé­cla­ré à ce su­jet le Co­mi­té olym­pique ca­na­dien par le biais d’une dé­cla­ra­tion sur son compte Twit­ter. Au­cun autre com­men­taire ne se­ra émis à ce su­jet pour per­mettre à Kim de se concen­trer sur ses épreuves à venir. »

Le père de la pa­ti­neuse, Pierre Bou­tin, a confir­mé à Ra­dio-Ca­na­da que la si­tua­tion avait été prise en main par la Gen­dar­me­rie royale du Ca­na­da, le Co­mi­té in­ter­na­tio­nal olym­pique et Pa­ti­nage de vi­tesse Ca­na­da.

« Nous sou­hai­tons que les grandes per­for­mances soient ap­plau­dies, c’est ce qui fait la beau­té des Jeux olym­piques, a dé­cla­ré le porte-pa­role du Co­mi­té in­ter­na­tio­nal olym­pique, Mark Adams. Nous ne contrô­lons pas, et nous ne de­vrions pas contrô­ler, les ré­seaux so­ciaux, mais ce genre d’in­ci­dent peut par­fois ar­ri­ver. C’est mal­heu­reux.

« Je n’ai pas vu les com­men­taires, mais je peux les ima­gi­ner. Ça s’est dé­jà pro­duit lors d’autres Jeux. Tout ce que nous pou­vons faire, c’est nous concen­trer sur ce qui a été une grande per­for­mance et fé­li­ci­ter le Ca­na­da pour sa mé­daille de bronze. J’étais là (lundi soir) et c’était as­sez spec­ta­cu­laire. »

— PHO­TO THE AS­SO­CIA­TED PRESS, PATRICK SEMANSKY

La Sher­broo­koise de 23 ans n’a pu re­te­nir ses larmes en mon­tant sur le po­dium en com­pa­gnie des deux autres ga­gnantes de l’épreuve, Ya­ra van Ker­khof (ar­gent) et Arian­na Fon­ta­na (or).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.