Por­trait de la cir­cons­crip­tion de Saint-Fran­çois

La Tribune - - ACTUALITÉS - SI­MON ROBERGE

Sous la ban­nière li­bé­rale pen­dant 31 des 33 der­nières an­nées, la cir­cons­crip­tion de Saint-Fran­çois pour­rait pour la pre­mière fois de son his­toire être re­pré­sen­tée par un autre par­ti que le PQ ou le PLQ. C’est que la CAQ ob­tient beau­coup de suc­cès dans les son­dages. La cir­cons­crip­tion de Saint-Fran­çois, qui com­prend tout l’est de Sher­brooke, l’ar­ron­dis­se­ment de Bromp­ton, Len­nox­ville et des mi­lieux plus ru­raux tels que Comp­ton et Coa­ti­cook, pro­met donc une lutte sans mer­ci entre cinq can­di­dats. Les voi­ci. CHARLES POULIN AI­DER LES ÉCOLES

Le li­bé­ral Charles Poulin s’est en­ga­gé de fa­çon claire dans le do­maine de l’édu­ca­tion dans la cir­cons­crip­tion. Il a dé­jà as­su­ré son sou­tien pour l’ajout d’un gym­nase au pa­villon La­porte de l’école des Ave­nues et pour l’agran­dis­se­ment de l’école pri­maire Louis-Saint-Laurent de Comp­ton.

« C’est très im­por­tant pour nous de par­ler de vi­ta­li­té dans la ru­ra­li­té », sou­ligne-t-il. La cir­cons­crip­tion com­prend plu­sieurs ins­ti­tu­tions qui sont im­por­tantes pour l’en­semble de la ré­gion et je mets mes connais­sances, mes ca­pa­ci­tés et tous mes ef­forts pour sup­por­ter ces ins­ti­tu­tions. »

M. Poulin s’en­gage à tra­vailler avec le Cé­gep de Sher­brooke pour ob­te­nir le fi­nan­ce­ment pour son centre d’ex­per­tise en for­ma­tion avec des man­ne­quins-si­mu­la­teurs

M. Poulin cible éga­le­ment l’agri­cul­ture comme un en­jeu im­por­tant.

« Il y a plu­sieurs dé­fis dans le do­maine de l’agri­cul­ture et le sec­teur bé­né­fi­cie­ra d’in­ter­ven­tion à la hau­teur des dé­fis aux­quels il fait face. »

Charles Poulin a éga­le­ment an­non­cé son in­ten­tion de construire une nou­velle fer­meé­cole à la fine pointe de la tech­no­lo­gie pour for­mer la re­lève agri­cole au Centre d’ini­tia­tives en agri­cul­ture de la ré­gion de Coa­ti­cook.

GE­NE­VIÈVE HÉ­BERT À L’ÉCOUTE DES GENS

Ge­ne­viève Hé­bert, can­di­date de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec, es­time que les po­li­ti­ciens doivent être à l’écoute de la po­pu­la­tion.

« Que ce soit dans le mi­lieu hos­pi­ta­lier ou dans le sys­tème d’édu­ca­tion, les gens vivent des pro­blèmes au quo­ti­dien et on ne les a pas as­sez écou­tés, on leur a im­po­sé des choses. Sou­vent, ils ont des pistes de so­lu­tion qui ne sont pas com­pli­quées ou dis­pen­dieuses. »

Par­mi ses en­ga­ge­ments, Mme Hé­bert veut entre autres à re­voir le mode de fi­nan­ce­ment du Cé­gep de Sher­brooke.

« Il y a aus­si tout ce qui concerne la pis­cine du CAP, ajoute-t-elle. Ça concerne tout l’est de Sher­brooke et les com­mu­nau­tés en­vi­ron­nantes. Tous les cours s’y donnent. C’est es­sen­tiel pour le Cé­gep en plus d’être une source de re­ve­nus. »

Si elle est élue, Ge­ne­viève Hé­bert af­firme qu’elle fe­ra éga­le­ment avan­cer le pro­jet pour avoir des mé­de­cins de fa­mille à la cli­nique de Coa­ti­cook.

« Ils sont très proac­tifs et in­no­vants. Ils font dé­jà tout ce que le sys­tème de san­té leur a re­com­man­dé, mais ils sont blo­qués parce qu’ils passent en deuxième à cause de la cen­tra­li­sa­tion puis­qu’ils sont per­for­mants. C’est une in­jus­tice. »

Mme Hé­bert s’est éga­le­ment en­ga­gée, en com­pa­gnie de Bru­no Va­chon, à sou­te­nir le pro­jet de ré­no­va­tion de l’édi­fice d’Ex­po-Sher­brooke.

SO­LANGE MAS­SON LA FA­MILLE AVANT TOUT

Pour So­lange Mas­son du Par­ti qué­bé­cois, la fa­mille passe en pre­mier dans la cir­cons­crip­tion de Saint-Fran­çois.

« Pour moi la fa­mille, ça va de la pe­tite en­fance jus­qu’au CHSLD, ex­plique la po­li­to­logue de for­ma­tion. J’ai une vi­sion glo­bale, ce sont les places en gar­de­rie, les condi­tions de vie des tra­vailleurs et le sup­port aux ai­dants na­tu­rels. Il y a beau­coup de pro­blèmes dans le sys­tème de la san­té, mais il y a sur­tout le per­son­nel qui est en dé­tresse psy­cho­lo­gique. »

Con­trai­re­ment à ses ad­ver­saires, So­lange Mas­son se garde bien d’an­non­cer des en­ga­ge­ments dans la cir­cons­crip­tion.

« Je pour­rais bien dire que je veux agran­dir le CHUS, mais ce n’est pas réa­liste, sou­ligne-t-elle. Ce que je m’en­gage à faire par exemple, c’est de faire mon tra­vail de dé­pu­tée. Je vais m’as­su­rer que les res­sources soient dis­tri­buées. Je m’en­gage à por­ter les dos­siers. Je ne peux pas pro­mettre de­main ma­tin qu’on va agran­dir l’école de Comp­ton, mais je pro­mets que je vais ou­vrir les portes qu’il faut ou­vrir et que je vais m’en oc­cu­per. Même chose pour la pis­cine du CAP et l’édi­fice d’Ex­po-Sher­brooke. »

So­lange Mas­son si­gnale fi­na­le­ment l’im­por­tance de la fer­meé­cole du Centre d’ini­tia­tives en agri­cul­ture de Coa­ti­cook pour la ré­gion et en­tend sou­te­nir son pro­jet de ré­no­va­tion.

KÉ­VIN CÔ­TÉ LES PRO­DUITS LO­CAUX

Le can­di­dat so­li­daire Ké­vin Cô­té iden­ti­fie l’achat lo­cal comme l’un de ses che­vaux de ba­taille dans Saint-Fran­çois.

« On veut vrai­ment mi­ser sur les pro­duits lo­caux et le com­merce de proxi­mi­té, ex­plique-t-il. On veut une po­li­tique d’achat pour les or­ga­nismes pu­blics et pa­ra­pu­blics comme les hô­pi­taux, les CPE et les CHSLD pour qu’ils achètent des pro­duits lo­caux. »

M. Cô­té re­vient éga­le­ment sur un su­jet qui a fait énor­mé­ment de bruit dans la der­nière an­née à Sher­brooke.

« On pense qu’il fau­drait re­voir à la baisse le coût des sta­tion­ne­ments au CHUS et à l’Hô­tel-Dieu, éven­tuel­le­ment on vou­drait que ce soit gra­tuit. On veut aus­si ou­vrir les CLSC 24 h sur 24 et 7 jours sur 7. On veut aug­men­ter l’ac­ces­si­bi­li­té au sys­tème de san­té. »

Ké­vin Cô­té, en­sei­gnant à l’école se­con­daire La Fron­ta­lière de Coa­ti­cook, s’est éga­le­ment en­ga­gé à as­su­rer son sou­tien à l’agran­dis­se­ment de l’école Louis-Saint-Laurent à Comp­ton ain­si qu’à la de­mande de fi­nan­ce­ment pour des ré­no­va­tions de la ferme-école du Centre d’ini­tia­tives en agri­cul­ture de Coa­ti­cook.

MA­THIEU MO­RIN PLUS DE CER­TI­FI­CA­TIONS BIO­LO­GIQUES

L’ob­ten­tion d’une cer­ti­fi­ca­tion bio­lo­gique pour les fermes de la ré­gion est pro­blé­ma­tique se­lon Ma­thieu Mo­rin qui se pré­sente pour le Par­ti vert.

« On veut sou­te­nir les fermes fa­mi­liales no­tam­ment dans leur conver­sion vers le bio, ex­plique l’étu­diant en droit. Par­fois les coûts pour ob­te­nir la cer­ti­fi­ca­tion bio­lo­gique peuvent être éle­vés. Cer­tains pro­duc­teurs pro­duisent même dé­jà bio, mais ne sont pas cer­ti­fiés parce que ça coûte trop cher. On veut fa­ci­li­ter le pro­ces­sus et four­nir le fi­nan­ce­ment né­ces­saire pour la tran­si­tion. »

Ma­thieu Mo­rin sou­haite aus­si ré­duire le far­deau fi­nan­cier des fa­milles de la ré­gion.

« Je pense no­tam­ment à la gra­tui­té sco­laire qui in­clu­rait la gra­tui­té des four­ni­tures sco­laires au pri­maire et au se­con­daire, sou­ligne M. Mo­rin. On pro­pose éga­le­ment la di­mi­nu­tion de l’uti­li­sa­tion de l’au­to­mo­bile en so­li­taire. »

Le Par­ti vert a éga­le­ment an­non­cé son in­ten­tion d’ame­ner un train à grande vi­tesse à Sher­brooke.

PAR­TI LI­BÉ­RAL DU QUÉ­BEC

PAR­TI QUÉ­BÉ­COIS

QUÉ­BEC SO­LI­DAIRE

PAR­TI VERT DU QUÉ­BEC

COA­LI­TION AVE­NIR QUÉ­BEC

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.