Doit-on craindre une ex­plo­sion de gaz en chaîne ?

La Tribune - - ANNONCES CLASSÉES - MOR­GAN LOWRIE

MON­TRÉAL — Les ex­perts af­firment que des ex­plo­sions en chaîne de gaz na­tu­rel, comme celles qui ont frap­pé jeu­di trois pe­tites villes de la ban­lieue de Bos­ton, risquent peu de se pro­duire au Ca­na­da.

Le di­rec­teur de l’Ins­ti­tut des po­li­tiques éner­gé­tiques et en­vi­ron­ne­men­tales à l’Uni­ver­si­té Queen’s en On­ta­rio, War­ren Ma­bee, sou­tient que ce type d’ex­plo­sions mul­tiples est ex­trê­me­ment rare.

Même si la cause des ex­plo­sions dans la ré­gion de Bos­ton n’est tou­jours pas confir­mée, il semble que le sys­tème de dis­tri­bu­tion de gaz ait été sou­mis à une sur­pres­sion pen­dant des tra­vaux de ré­pa­ra­tion, ce qui au­rait pro­vo­qué des fuites dans plu­sieurs bâ­ti­ments et des ex­plo­sions.

Une porte-pa­role de la com­pa­gnie qué­bé­coise de gaz na­tu­rel Éner­gir, qui des­sert près de 205 000 clients, a dit dou­ter qu’une tra­gé­die si­mi­laire se pro­dui­rait au Ca­na­da, mais il est im­pos­sible de ju­ger sans sa­voir ce qui a cau­sé les ex­plo­sions. « Le même gaz na­tu­rel cir­cule dans nos tuyaux et à Bos­ton », a sou­li­gné Ca­the­rine Houde. « Ce­pen­dant, nous n’ef­fec­tuons pas les tra­vaux de maintenance de la même ma­nière, notre ré­seau est éga­le­ment plus jeune et nous n’avons pas les mêmes me­sures de sé­cu­ri­té en place », ajoute-t-elle.

Se­lon Mme Houde, Éner­gir uti­lise des ma­té­riaux dif­fé­rents dans ses tuyaux que ceux uti­li­sés à Bos­ton. Le sys­tème qué­bé­cois dis­pose aus­si de nom­breuses me­sures de pro­tec­tion pour pré­ve­nir et ré­pondre aux rup­tures et aux ac­cu­mu­la­tions de pres­sion.

Les me­sures de sé­cu­ri­té com­prennent un test des ca­na­li­sa­tions pour s’as­su­rer qu’elles peuvent sup­por­ter une pres­sion beau­coup plus éle­vée que pré­vu; une sur­veillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7; et des vannes de ré­duc­tion de pres­sion qui se dé­clenchent au­to­ma­ti­que­ment lorsque des ano­ma­lies sont dé­tec­tées.

La so­cié­té traite en­vi­ron 500 fuites de gaz par an­née, presque toutes cau­sées par des équipes de construc­tion qui creusent à proxi­mi­té des tuyaux, pré­cise la porte-pa­role.

Mal­gré ce­la, elle af­firme qu’il n’y a pas eu d’in­ci­dent ma­jeur de­puis 2005.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.