Sai­son courte et in­tense

La Tribune - - SPORTS - JEAN-GUY RANCOURT jran­court@latribune.qc.ca

MA­GOG – La der­nière épreuve en car­rière est main­te­nant bel et bien der­rière Xa­vier De­shar­nais. Par­ti­ci­pant au ma­ra­thon de 36 km en eau libre de Ca­pri-Naples, en Ita­lie, De­shar­nais a pris le 5e rang pour sa der­nière com­pé­ti­tion of­fi­cielle.

Un peu plus tôt en Ma­cé­doine pour la der­nière épreuve sur le cir­cuit mon­dial de la FINA, De­shar­nais avait éprou­vé des pro­blèmes gas­triques qui l’avaient fait glis­ser en cin­quième po­si­tion au clas­se­ment fi­nal.

En Ita­lie, le na­geur ori­gi­naire de Sher­brooke ap­pré­hen­dait sa course en rai­son des ca­prices de son sys­tème di­ges­tif. « Fi­na­le­ment, tout se pas­sait bien. J’ai plu­tôt pris du re­tard alors que j’ai eu une en­vie sou­daine pour éva­cuer des be­soins na­tu­rels ur­gents. Le temps de me re­mettre à na­ger, j’avais pris près de trois mi­nutes de re­tard sur le pe­lo­ton de tête. Je n’étais pas au bout de mes peines avec un en­traî­neur qui ne pos­sé­dait pas une vaste ex­pé­rience en nage longue dis­tance qui pre­nait place dans l’em­bar­ca­tion qui m’ac­com­pa­gnait. Il n’ar­ri­vait pas à re­pé­rer les autres na­geurs avec le ré­sul­tat que j’ai na­gé les trois der­nières heures en so­li­taire. À un ki­lo­mètre de l’ar­ri­vée, j’ai com­men­cé à aper­ce­voir d’autres na­geurs et au fi­nal je pen­sais être 10e ou 11e. À ma sur­prise, j’étais cin­quième. J’avais réus­si à re­mon­ter plu­sieurs na­geurs sans m’en rendre compte. Dans les cir­cons­tances, j’étais content de ma po­si­tion », a ré­su­mé De­shar­nais.

EN­TRAέNÉ COMME UN DÉ­MENT

De­shar­nais se sou­vien­dra de 2018 comme une sai­son courte et in­tense, lui dont la sai­son en­tière a été sé­rieu­se­ment me­na­cée en rai­son d’une opé­ra­tion ma­jeure à une épaule. « J’y te­nais à cette der­nière sai­son même en dé­pit de ma bles­sure. L’opé­ra­tion a été un suc­cès et je me suis en­traî­né comme un dé­ment pour re­prendre le temps per­du. J’ai tou­jours cru en mes chances. Je vou­lais sor­tir par la grande porte au lac Saint-Jean. Ce fut le cas et j’au­rais pu me re­ti­rer en pleine gloire. Tou­te­fois, je trou­vais dom­mage de ne pas faire le reste du cir­cuit et d’autres courses au­tour. Ça de­ve­nait ma tour­née d’adieu. J’ai fait d’autres belles courses au Qué­bec et en Eu­rope j’ai aus­si ga­gné la coupe de Bre­tagne en France », a confié ce­lui qui avait été un am­bas­sa­deur de pre­mier plan pour la dé­funte Tra­ver­sée in­ter­na­tio­nale du lac Mem­phré­ma­gog.

DÉ­CI­SION RÉ­FLÉ­CHIE

Dif­fi­cile pour Xa­vier De­shar­nais de s’ima­gi­ner que bien­tôt on en par­le­ra comme un na­geur du pas­sé ? « Je vis bien avec ma dé­ci­sion qui n’a pas été prise sur un coup de tête. Plu­sieurs fac­teurs ont mo­ti­vé ma dé­ci­sion et j’ai hâte d’amor­cer des pro­jets qui me trottent dans la tête. Le plus dif­fi­cile, c’est d’es­sayer de sa­voir qui se­ra Xa­vier De­shar­nais der­rière Xa­vier le na­geur. J’ai quand même confiance en moi et que je par­vien­drai à me dé­brouiller. Je trou­ve­rai bien le moyen de gar­der contact et voya­ger sans me lan­cer à l’eau pour des 30 km », ex­plique De­shar­nais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.