Le mid­get AAA, une ligue proac­tive

La Tribune - - 40E ANNIVERSAIRE DES CANTONNIERS - JEAN-GUY RANCOURT jran­court@latribune.qc.ca

MA­GOG – La Ligue mid­get AAA du Qué­bec fran­chi­ra une autre étape de son illustre par­cours avec la pré­sen­ta­tion di­manche après-mi­di à l’aré­na de Ma­gog du 10 000e match de l’his­toire de la ligue. Une par­tie qui op­po­se­ra les Can­ton­niers aux Lions du Lac StLouis (voir autre texte).

Fleu­ron du ho­ckey ama­teur, non seule­ment en sol qué­bé­cois, mais à la gran­deur du pays, la pré­sen­ta­tion de ce 10 000e match du cir­cuit mid­get AAA en dit beau­coup sur la qua­li­té du pro­duit. Ac­tif dans la ligue de­puis 1984, d’abord à titre de di­rec­teur-gé­rant des An­ge­vins de Bou­ras­sa et dans le siège de di­rec­teur gé­né­ral de la ligue de­puis l’an 2000, Georges Ma­rien donne énor­mé­ment de cré­dit aux fon­da­teurs du cir­cuit pour leur vi­sion.

« Les fon­da­teurs avec en tête le pré­sident Ronald Gos­se­lin étaient à la fois vi­sion­naires et am­bi­tieux. Oui ils vou­laient mettre sur la glace le meilleur pro­duit pos­sible, mais ça de­vait sur­tout se faire sans né­gli­ger le dé­ve­lop­pe­ment op­ti­mal de la per­sonne sur le plan sco­laire et so­cial. Il faut aus­si fé­li­ci­ter Ho­ckey Qué­bec et la Ligue ju­nior ma­jeur du Qué­bec qui mon­traient une grande ou­ver­ture d’es­prit en­vers ce nou­vel ac­teur sur la scène du ho­ckey mi­neur qué­bé­cois », a com­men­té Georges Ma­rien.

Des pro­grammes comme la lutte an­ti­do­page, les par­rains po­li­ciers et bien d’autres sont ve­nus se gref­fer au fil des an­nées. « Ce­la va beau­coup plus loin que juste la par­tie de ho­ckey. Toutes les équipes ont adhé­ré à des pro­grammes sport-études, la pre­mière dès 1985 dans le quar­tier St-Mi­chel à Mon­tréal avec les An­ge­vins de Bou­ras­sa », ra­conte Ma­rien

FIER­TÉ

Dans son rôle de DG de la ligue, Ma­rien conti­nue de croire au pré­sent et fu­tur de la ligue qui fait sa fier­té. « La ligue est là pour res­ter. La plu­part des ho­ckeyeurs qué­bé­cois qui ont at­teint la Ligue na­tio­nale ont mis les pieds dans notre ligue à 15 ou 16 ans. Mais ne per­dons pas de vue que c’est seule­ment 2 pour cent de nos ath­lètes qui jouent chez les pros. Au-de­là de cette sta­tis­tique, c’est sur­tout cette belle jeu­nesse que nous voyons à l’oeuvre qui m’in­ter­pelle comme tous les gens en­ga­gés dans la ligue. C’est une ri­chesse in­croyable de réunir sous le même toit ces lea­ders en de­ve­nir. C’est ce qu’ils re­pré­sentent. Nous ne sommes pas les seuls sur leur par­cours, mais notre ligue a son mot à dire. Nous ne rem­pla­çons pas les pa­rents, mais ceux-ci nous font en­tiè­re­ment confiance avec les va­leurs que nous vé­hi­cu­lons. Nous ne sommes pas par­faits et nous pou­vons tré­bu­cher à l’oc­ca­sion, mais je peux vous ga­ran­tir que nous nous re­le­vons ra­pi­de­ment », fait va­loir Georges Ma­rien qui est heu­reux aus­si de voir des an­ciens re­ve­nir dans le gi­ron de la ligue.

« Les an­ciens nous re­mer­cient ré­gu­liè­re­ment pour l’en­ca­dre­ment qu’ils ont re­çu lors de leur pas­sage dans la ligue. On voit de plus en plus d’an­ciens joueurs qui re­viennent à la tête des équipes, no­tam­ment der­rière le banc. Je ne se­rai pas en poste éter­nel­le­ment et les autres di­ri­geants aus­si, mais la re­lève s’an­nonce dé­jà », a conclu Georges Ma­rien.

En ter­mi­nant, il ne faut pas at­tri­buer au ha­sard la pré­sen­ta­tion de ce 10 000e match de la ligue au do­mi­cile des Can­ton­niers di­manche. « En rai­son de leur 40e an­ni­ver­saire et de leur par­ti­ci­pa­tion au der­nier cham­pion­nat ca­na­dien les Can­ton­niers étaient un choix lo­gique pour être les hôtes de cette par­tie his­to­rique », a dé­cla­ré Jean Bris­set, di­rec­teur des com­mu­ni­ca­tions de la ligue.

— PHOTO FOUR­NIE

Georges Ma­rien

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.