Dan­ville rend hom­mage à Da­niel John­son

La Tribune - - ACTUALITÉS - STÉ­PHA­NIE GI­RARD ste­pha­nie.gi­rard@la­tri­bune.qc.ca

DAN­VILLE — Le 26 sep­tembre 1968 dé­cé­dait en fonc­tion le 20e pre­mier mi­nistre du Qué­bec, Da­niel John­son. Né à Dan­ville en 1915, il est con­si­dé­ré comme l’un des plus grands hommes de ce vil­lage. C’est pour­quoi la Ville a te­nu à com­mé­mo­rer cet an­ni­ver­saire en grand.

La soi­rée spé­ciale s’est te­nue ven­dre­di à la salle des Che­va­liers de Co­lomb de Dan­ville en pré­sence de deux des quatre en­fants de l’an­cien pre­mier mi­nistre : Da­niel John­son fils et Ma­rie John­son.

« C’est un homme qui en ins­pi­ré plus d’un, dont deux de ses fils, Da­niel et Pierre-Marc, qui ont aus­si été pre­miers mi­nistres du Qué­bec. C’est un fait unique au Qué­bec et au Ca­na­da. Nous sommes fiers qu’il soit un en­fant de Dan­ville », a sou­li­gné le maire de Dan­ville, Mi­chel Plourde.

Rap­pe­lons que Da­niel a vé­cu son en­fance à Dan­ville avant de dé­mé­na­ger à l’âge de 13 ans pour pour­suivre ses études clas­siques au Sé­mi­naire de St-Hya­cinthe.

Étaient aus­si pré­sents pour l’oc­ca­sion cinq ex-dé­pu­tés de l’Union na­tio­nale qui ont sié­gé sous le gou­ver­ne­ment John­son entre 1966 et 1968 : Roch Gard­ner, Jé­rôme Proulx, An­to­nio Fla­mand, Paul Shoo­ner et Ga­briel Lou­bier.

M. Lou­bier a d’ailleurs li­vré un té­moi­gnage par­se­mé d’anec­dotes sur ce­lui qu’il consi­dé­rait comme « le grand frère qu’il n’a ja­mais eu ». « Avec son hu­ma­ni­té ex­tra­or­di­naire, il m’a par­don­né beau­coup de gaffes, mais aus­si fé­li­ci­té pour mes bons coups », note-t-il avec beau­coup d’hu­mour.

De plus, afin de re­con­naître l’im­por­tance de ce per­son­nage mar­quant du monde la po­li­tique, les pan­neaux de rues au nom de Da­niel John­son se­ront dé­sor­mais ac­com­pa­gnés de la men­tion « 20e pre­mier mi­nistre du Qué­bec ». Puis, une plaque ex­pli­ca­tive se­ra ins­tal­lée à l’en­droit de l’an­cienne rue Saint-Ai­mé, lieu de nais­sance de l’an­cien pre­mier mi­nistre. Fi­na­le­ment, la salle des as­sem­blées pu­bliques du con­seil de Ville de Dan­ville por­te­ra le nom de Da­niel John­son.

La cé­ré­mo­nie com­mé­mo­ra­tive s’est conclue avec un ré­cit de la vie de l’homme di­vi­sé en quatre « sai­sons » dis­tinctes, re­la­té sur les airs de Vi­val­di et d’Har­mo­nium. Les textes ont été re­mis à Da­niel John­son fils et à Ma­rie John­son. Ces der­niers ont d’ailleurs re­mer­cié cha­leu­reu­se­ment la Ville de Dan­ville d’avoir cé­lé­bré la vie de leur père par cette soi­rée.

Le Club Sé­lect As­bes­tos-Dan­ville a éga­le­ment pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour ho­no­rer deux per­son­na­li­tés qui ont gra­vi­té au­tour de Da­niel John­son. D’abord son frère, Mau­rice John­son, qui a été dé­pu­té à la Chambre des com­munes du Ca­na­da, puis Ray­nald Fré­chette, dé­pu­té de l’Union na­tio­nale dans Sher­brooke de 1966 à 1970. Ori­gi­naire d’As­bes­tos, il a aus­si été juge à la Cour su­pé­rieure.

— PHO­TO LA TRI­BUNE, STÉ­PHA­NIE GI­RARD

Deux des en­fants de Da­niel John­son, Da­niel John­son fils et Ma­rie John­son, étaient très tou­chés de la soi­rée hom­mage qui a été te­nue à l’oc­ca­sion du 50e an­ni­ver­saire de dé­cès de leur père.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.