Ro­bert Pi­geon, l’in­tou­chable

La Tribune - - ACTUALITÉS - JEAN-FRAN­ÇOIS NÉ­RON jne­ron@le­so­leil.com

QUÉ­BEC— Le di­rec­teur du ser­vice de po­lice de la Ville de Qué­bec a sur­pris tout le monde il y a une se­maine en de­man­dant à ses agents de prendre «l’en­ga­ge­ment mo­ral» de ne ja­mais consom­mer de can­na­bis. En un sens, le chef Pi­geon va plus loin que le cé­lèbre Eliott Ness. Dans le film sur la lutte à la contre­bande d’al­cool pen­dant la pro­hi­bi­tion des an­nées 1920 aux États-Unis, son per­son­nage joué par Sean Con­ne­ry dé­clare qu’il pren­dra un verre une fois l’in­ter­dic­tion le­vée.

À l’in­verse, M. Pi­geon dit qu’il ne consom­me­ra pas de can­na­bis même si le pro­duit est lé­ga­li­sé. Pour lui, c’est une ques­tion de «va­leurs» aux­quelles il sou­haite voir adhé­rer les membres de son ser­vice.

«Les po­li­ciers ont be­soin de tout leur ju­ge­ment pour prendre des dé­ci­sions dans des contextes ex­trê­me­ment am­bi­gus. C’est ce que je leur de­mande [ne ja­mais consom­mer]. C’est ce que je sou­haite pour eux. Je veux des po­li­ciers qui sont sé­cu­ri­taires pour eux, pour leur col­lègue, pour la po­pu­la­tion. Je veux des po­li­ciers qui sont en san­té», a-t-il dé­cla­ré.

M. Pi­geon, in­dique qu’il de­vra y avoir de nou­velles études trai­tant des ef­fets de la consom­ma­tion du can­na­bis sur la ca­pa­ci­té de ju­ge­ment des uti­li­sa­teurs, même un, deux ou trois jours après avoir consom­mé. Évi­dem­ment, la di­rec­tion n’a au­cun pou­voir lé­gal de faire res­pec­ter la consigne. Ain­si, au­cun en­ga­ge­ment écrit ne se­ra si­gné et il ne pour­ra y avoir des tests de dé­pis­tage pour sa­voir si un po­li­cier consomme ou non à l’ex­té­rieur de ses quarts de tra­vail.

Ro­bert Pi­geon

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.