Don­ner au sui­vant avec le Dé­fi Chaîne de Vie

La Tribune - - ACTUALITÉS - JU­LIE LUPIEN ju­lie.lupien@la­tri­bune.qc.ca

WINDSOR — Pro­mou­voir le don d’or­ganes et de tis­sus prend tout son sens pour An­nie Lus­sier qui lais­sait sa fille Sa­rah-Eve Fon­taine s’en­vo­ler il y a deux ans main­te­nant. Porte-éten­dard du Dé­fi Chaîne de Vie en Es­trie, la mère de fa­mille ré­pète à qui veut bien l’en­tendre que le concept du « Don­ner au sui­vant » est pri­mor­dial et que d’en par­ler l’est tout au­tant.

« Ma grande fille n’a pas pu don­ner ni d’or­gane ni de tis­su, même si c’est ce qu’elle sou­hai­tait. Sa condi­tion ne le per­met­tait pas. De m’im­pli­quer dans cette cause du don de soi est une conti­nui­té pour moi, une fa­çon de gar­der vi­vante une par­celle de Sa­rah-Eve et de rendre hom­mage à ce qu’elle a vé­cu. Le don d’or­ganes et de tis­sus était une cause qui lui te­nait à coeur tout comme moi », confie An­nie Lus­sier.

La mis­sion de l’or­ga­nisme de bien­fai­sance Chaîne de Vie est de pro­mou­voir le don d’or­ganes en sou­te­nant un pro­jet édu­ca­tif qui en­seigne aux en­fants de 15 et 16 ans l’im­por­tance du don d’or­ganes et de tis­sus par le biais du cours d’an­glais. Le cours de­vient un pré­texte à pro­pa­ger l’in­for­ma­tion concer­nant ce su­jet. Plu­sieurs écoles se­con­daires du Qué­bec offrent ce type de cours, mais beau­coup tardent en­core à em­boî­ter le pas.

« Il faut en par­ler. Ce qui est in­té­res­sant avec la sen­si­bi­li­sa­tion au don dans les cours, c’est que les jeunes de­viennent des am­bas­sa­deurs de la dis­cus­sion en fa­mille. Ils peuvent dé­mys­ti­fier le don d’or­gane et dé­faire les pré­ju­gés et les peurs que peuvent avoir cer­taines per­sonnes », croit An­nie Lus­sier.

Le Dé­fi du di­manche 14 oc­tobre au mont Or­ford sert à ap­puyer ce pro­jet no­tam­ment dans la for­ma­tion des en­sei­gnants. « Suite à leur for­ma­tion, les en­sei­gnants partent avec un genre de cours clé en main in­cluant du ma­té­riel pé­da­go­gique si­gni­fi­ca­tif », af­firme celle qui cha­peaute éga­le­ment l’équipe lo­cale du Pa­pillon au Dé­fi Chaîne de Vie.

« Les jeunes ap­prennent toutes les no­tions né­ces­saires pour prendre leur propre dé­ci­sion par rap­port à leur corps. Ac­tuel­le­ment, il y un pour cent des gens qui ac­ceptent d’être don­neurs qui peuvent l’être alors chaque don est im­por­tant. Phy­si­que­ment, une per­sonne peut sau­ver huit vies et en amé­lio­rer quinze autres en don­nant ses or­ganes lors de son dé­cès », ajoute la porte-éten­dard.

Des fa­milles de gref­fés et de don­neurs ain­si que des en­sei­gnants et des mé­de­cins gra­vi­ront le mont Or­ford côte à côte pour la cause. « Par un ban­deau, cha­cun se­ra iden­ti­fié se­lon sa place dans la chaîne de vie. Par exemple, si une mère de gref­fé dé­sire échan­ger avec une autre per­sonne qui vit la même chose, le contact se­ra plus fa­cile », ex­plique An­nie Lus­sier qui in­vite la po­pu­la­tion à par­ti­ci­per au Dé­fi Chaîne de Vie. Elle in­vite aus­si ceux qui sont plus près de sa fa­mille à agran­dir le cercle de l’équipe du Pa­pillon qui re­pré­sente sa fille Sa­rah-Eve, gref­fée des pou­mons.

Les ins­crip­tions en ligne se font au www.de­fi.chai­ne­de­vie.org. Il est pos­sible de s’ins­crire sur place le ma­tin même dès 9 h. L’as­cen­sion du mont Or­ford dé­bu­te­ra vers 10 h.

— PHo­To La TRI­Bune, Ju­LIe LuPIen

An­nie Lus­sier est la porte-éten­dard du Dé­fi Chaîne de Vie en Es­trie qui au­ra lieu au mont Or­ford ce di­manche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.