La Ville veut trou­ver un ter­rain d’en­tente

La Tribune - - SPORTS - Sé­BAS­TIEN LA­JOIE se­bas­tien.la­joie@la­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE — Maxi­mi­ser l’uti­li­sa­tion du ter­rain syn­thé­tique de l’école se­con­daire du Trio­let. Voi­là l’une des prio­ri­tés du pré­sident du co­mi­té du sport et du plein air Vincent Bou­tin en vue de la sai­son ex­té­rieure 2019. Une en­tente entre la Ville et la Com­mis­sion sco­laire de la Ré­gion-de-Sher­brooke (CSRS) pour­rait ain­si évi­ter des dé­penses in­utiles, comme ce fut le cas ré­cem­ment pour le dé­rou­le­ment des sé­lec­tions des équipes de soc­cer AA et AAA, entre autres.

Inau­gu­ré en oc­tobre 2017, le Stade RBC si­tué sur le ter­rain de la CSRS, tout près du Trio­let, a été réa­li­sé grâce à une sub­ven­tion du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial et à l’ap­port fi­nan­cier de la CSRS et de cer­tains par­te­naires pri­vés.

Con­trai­re­ment, par exemple, au ter­rain syn­thé­tique si­tué sur le che­min Ste-Ca­the­rine, la Ville n’a pas par­ti­ci­pé fi­nan­ciè­re­ment au pro­jet, ce qui si­gni­fie qu’il n’y a pas d’en­tente de co­ges­tion pour l’in­fra­struc­ture.

Le ter­rain est donc uti­li­sé ex­clu­si­ve­ment, ou presque, par la CSRS et ses écoles.

À la fin de la der­nière sai­son de soc­cer ex­té­rieure, des pa­rents d’une équipe fé­mi­nine de soc­cer du Mis­tral de Sher­brooke ont même loué le Stade RBC pour qu’y soit dis­pu­té un match des sé­ries de fin de sai­son, plu­tôt que de jouer la ren­contre sur l’un des ter­rains ex­té­rieurs de la Ville, soit ce­lui du parc Bel­vé­dère, ju­gé en mau­vaise condi­tion.

Et tout ré­cem­ment, la te­nue des sé­lec­tions des équipes fé­mi­nines AA et AAA du Mis­tral de Sher­brooke a dû être dé­pla­cée au Centre mul­ti­sport Ro­land-Dus­sault ; une si­tua­tion cau­sée par la fer­me­ture pré­ven­tive des ter­rains na­tu­rels du parc Cen­tral, dans l’ar­ron­dis­se­ment de Rock Fo­rest.

Et pen­dant ce temps, le Stade RBC était in­uti­li­sé.

Vincent Bou­tin, qui oc­cupe le poste de pré­sident par in­té­rim à la tête du co­mi­té sport et plein air, en rem­pla­ce­ment de Pierre Trem­blay, confirme que d’en ar­ri­ver à une en­tente avec la CSRS est une prio­ri­té. M. Bou­tin était membre du co­mi­té sport et plein air pen­dant la pré­si­dence de M. Trem­blay.

« C’est un dos­sier que je suis de près ; on loue dé­jà des heures d’uti­li­sa­tion au Trio­let, et comme il n’y a pas d’en­tente, on paie le prix ré­gu­lier. Cet hi­ver, on doit s’as­seoir avec nos dif­fé­rents clubs et pro­cé­der à l’éva­lua­tion de nos be­soins », a-t-il in­di­qué.

« J’ai dé­jà eu des dis­cus­sions pré­li­mi­naires avec Jean-Be­noît (Ju­bin­ville, di­rec­teur ad­joint aux 1er et 2e cycles du pro­gramme sport-études, et res­pon­sables des in­fra­struc­tures spor­tives au Trio­let) et il est ou­vert à nous ac­cor­der un bon ta­rif et un bloc d’heures suf­fi­sant à nos be­soins. »

« À la Ville, on a ap­puyé le pro­jet au Trio­let, mais on n’est pas co­pro­prié­taire et il n’y a pas d’en­tente spé­ci­fique pour son uti­li­sa­tion. Il a une vo­ca­tion pu­blique, mais il sert d’abord la CSRS et le Trio­let. Je suis confiant d’en ar­ri­ver à une en­tente pour l’an pro­chain. »

Cette pro­blé­ma­tique sur­vient alors que la Ville a dû fer­mer au moins deux ter­rains na­tu­rels, l’été der­nier. Les sur­faces du parc Bu­reau et celle du parc Ma­rin ont dû être re­faites.

« On a mis sur pied un plan de ré­fec­tion des ter­rains, en 2014, qui doit s’éche­lon­ner sur sept ans. Et il y a en­core du tra­vail à faire. Nos ter­rains sont dé­jà fer­més, et on les ouvre de plus en plus tard. L’uti­li­sa­tion n’est que de 15 ou 20 heures par se­maine, alors que le syn­thé­tique peut en prendre beau­coup plus. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.