L’an­cienne banque Molson dé­mo­lie

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - SA­MUEL LE­BLANC sa­muel.le­blanc@la­voix­de­lest.ca

BED­FORD — À la sur­prise et au grand dé­plai­sir des ci­toyens qui dé­fen­daient en­core ar­dem­ment le main­tien du ves­tige pa­tri­mo­nial, l’an­cienne banque Molson et l’édi­fice ad­ja­cent ont été dé­mo­lis, ven­dre­di, à Bed­ford. La dé­mo­li­tion de­vait dé­bu­ter lun­di.

Le bâ­ti­ment de­vait dis­pa­raître du coin Prin­ci­pale-Du Pont. L’édi­fice, ain­si que ce­lui ad­ja­cent, avaient de­puis plu­sieurs an­nées été ache­tés par le mi­nis­tère des Trans­ports du Qué­bec (MTQ). Le pro­jet : élar­gir l’in­ter­sec­tion pour fa­ci­li­ter le pas­sage des poids lourds et ain­si rendre le coin plus sé­cu­ri­taire.

De nom­breux ci­toyens s’op­po­saient tou­te­fois à la dé­mo­li­tion, prô­nant l’im­por­tance de la conser­va­tion du pa­tri­moine, et avaient par­ti­ci­pé aux as­sem­blées du con­seil de ville pour pro­po­ser d’autres so­lu­tions, comme celle de dé­pla­cer le bâ­ti­ment.

Le co­mi­té de dé­mo­li­tion de la Ville de Bed­ford es­ti­mait les coûts de dé­pla­ce­ment à 700 000 $, ce qui, à la lu­mière des évé­ne­ments sur­ve­nus ven­dre­di, a été ju­gé trop cher payé pour conser­ver le ves­tige du pas­sé. Les op­po­sants avaient 30 jours pour contes­ter la dé­ci­sion de dé­mo­lir le bâ­ti­ment à la suite du feu vert du co­mi­té de dé­mo­li­tion ayant eu lieu en mars der­nier.

QUES­TION DE PA­TRI­MOINE

La dis­pa­ri­tion du bâ­ti­ment dé­sole Hé­lène Pa­quette. En com­pa­gnie d’autres ci­toyens, elle ten­tait de­puis quelques mois de convaincre le MTQ et la Ville de re­non­cer à la dé­mo­li­tion de la banque Molson. Une al­ter­na­tive de­vait être trou­vée, se­lon elle, pour sau­ver ce mor­ceau de pa­tri­moine.

« Je suis pas mal à l’en­vers. Ils de­vaient com­men­cer la dé­mo­li­tion seule­ment lun­di. Je ne com­prends pas qu’ils aient fait ça au­jourd’hui (ven­dre­di) », s’in­ter­ro­geait-elle lorsque nous lui avons par­lé.

Mme Pa­quette es­time que la Ville de Bed­ford a ra­té une belle oc­ca­sion de pro­té­ger son pa­tri­moine. Elle évoque un manque de vi­sion. « On au­rait cer­tai­ne­ment pu lui trou­ver un autre usage. Des com­merces au­raient pu s’ins­tal­ler là. La bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale. Un mu­sée re­la­tant les ac­ti­vi­tés de la banque Molson.»

Le bâ­ti­ment au­rait éga­le­ment pu être dé­pla­cé, sou­tient-elle.

La dame dé­plore l’at­ti­tude du MTQ et de la Ville dans cette af­faire. Per­sonne ne l’a rap­pe­lée au MTQ, dit-elle, mal­gré ses nom­breux mes­sages. De la mu­ni­ci­pa­li­té, elle dé­nonce un manque d’in­té­rêt. «On s’est fait rou­ler dans la fa­rine pour être bien do­rés », illustre-t-elle.

QUES­TION DE SÉ­CU­RI­TÉ

L’in­té­rêt du MTQ pour cette in­ter­sec­tion prend ra­cine en fé­vrier 2016 alors qu’une dame de 84 ans a pé­ri sous les roues d’un poids lourd à cet en­droit. Le rap­port du co­ro­ner Alexandre Crich re­com­man­dait alors au mi­nis­tère de prendre des me­sures pour ga­ran­tir la sé­cu­ri­té des pié­tons.

Le maire de Bed­ford, Yves Lé­vesque, n’a pas rap­pe­lé La Voix de l’Est. Il avait dé­jà men­tion­né, plus tôt dans cette af­faire, que la dé­ci­sion d’au­to­ri­ser la dé­mo­li­tion n’avait pas été prise sans dif­fi­cul­té, et que la réa­li­sa­tion du pro­jet al­lait per­mettre d’em­bel­lir le coin et de le rendre plus fonc­tion­nel et sé­cu­ri­taire.

L’or­ga­nisme Ac­tion Pa­tri­moine condamne l’in­ter­ven­tion ir­ré­ver­sible. Se­lon lui, il au­rait été pos­sible d’amé­lio­rer la sé­cu­ri­té de l’in­ter­sec­tion et de mettre en va­leur le bâ­ti­ment d’époque, avec une ré­flexion plus pro­fonde des mi­nis­tères concer­nés.

— PHO­TO JANICK MAROIS

L’an­cienne banque Molson du centre-ville de Bed­ford a été dé­mo­lie, pour des rai­sons de sé­cu­ri­té, au dé­plai­sir des dé­fen­seurs du pa­tri­moine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.