Des mé­di­ca­ments moins chers

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - NI­CO­LAS BÉRUBÉ CA­RO­LINE BEAU­CHE­MIN PEG­GY DU­GUAY CA­RO­LINE VEILLEUX MA­RIE-JO­SÉE HA­MEL

Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec a conclu, ven­dre­di soir, une en­tente qui fe­ra éco­no­mi­ser aux Qué­bé­cois­plusde1,5mil­liard­de­dol­lar­sen frais de mé­di­ca­ments gé­né­riques au cours des cinq pro­chaines an­nées,aan­non­cé­di­man­che­ma­tinle mi­nis­tre­de­laSan­téet­desSer­vices so­ciaux, Gaé­tan Bar­rette. « Au Qué­bec, comme à bien des en­droits au Ca­na­da et ailleurs dans le monde, les mé­di­ca­ments gé­né­riques sont trop chers, a dit M. Bar­rette en point de presse au centre-ville de Mon­tréal. Avec cette en­tente, les prix vont di­mi­nuer de l’ordre de 300 mil­lions de dol­lars par an­née. »

Le mi­nistre a dit s’être en­ten­du ven­dre­di soir avec l’As­so­cia­tion ca­na­dienne du mé­di­ca­ment gé­né­rique (ACMG), soit la veille du jour où le mé­ca­nisme d’ap­pel d’offres dans le sec­teur des mé­di­ca­ments gé­né­riques de­vait en­trer en fonc­tion.

« Nous nous étions don­né un le­vier [avec le mé­ca­nisme d’ap­pel d’offres], et ça nous a per­mis d’en ar­ri­ver à cette en­tente. Il s’agis­sait de trou­ver le point d’équilibre, le point rai­son­nable, afin de pro­té­ger l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique et les em­plois, et pour payer moins cher », a in­di­qué le mi­nistre.

Qué­bec paie en­vi­ron 790 mil­lions par an pour l’achat de mé­di­ca­ments gé­né­riques, somme qui va bais­ser à 490 mil­lions lorsque l’en­tente en­tre­ra en vi­gueur cet au­tomne. « On parle d’une éco­no­mie de 40 %. C’est énorme. Dans notre sys­tème, c’est du ja­mais-vu », a-t-il sou­li­gné.

Les sommes éco­no­mi­sées se­ront « ré­in­ves­ties dans le sys­tème de san­té » dans des pro­jets dont les dé­tails se­ront an­non­cés ul­té­rieu­re­ment, a dit le mi­nistre Bar­rette.

NOU­VELLE-ZÉ­LANDE?

Le gou­ver­ne­ment ne laisse-t-il pas de l’ar­gent sur la table en choi­sis­sant de s’en­tendre avec les fa­bri­cants ca­na­diens de mé­di­ca­ments plu­tôt que de lais­ser le mé­ca­nisme d’ap­pel d’offres jouer son rôle ?

Pour le mi­nistre Bar­rette, Qué­bec doit aus­si s’as­su­rer de main­te­nir les em­plois dans le sec­teur de l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique.

« En Nou­velle-Zé­lande, par exemple, les prix des mé­di­ca­ments sont en­core plus bas qu’au Qué­bec, mais les mé­di­ca­ments viennent tous de pays comme l’Inde, comme la Chine. Il n’y a au­cune in­dus­trie phar­ma­ceu­tique en Nou­velle-Zé­lande. [...] Est-ce que c’est le prix le plus bas que nous pour­rions payer ? Peut-être que non, mais le prix à payer pour avoir le prix le plus bas au­rait pu être une perte d’em­plois. Nous pen­sons que nous avons bien agi. »

BAISSE DES PRIMES D’AS­SU­RANCE?

En plus de faire bais­ser les prix des mé­di­ca­ments ache­tés par l’État, l’en­tente doit faire bais­ser ceux des mé­di­ca­ments qu’achètent les ci­toyens via leur as­su­rance pri­vée.

Ce­la de­vrait avoir donc une in­ci­dence sur les coûts des assurances, qui de­vraient en prin­cipe di­mi­nuer pour re­flé­ter cette baisse, croit le mi­nistre.

« Te chni­que­ment, oui, ça de­vrait avoir un im­pact sur les primes char­gées aux pa­tients [par les as­su­reurs pri­vés]. Main­te­nant, est-ce qu’ils vont le faire ? Il fau­drait leur po­ser la ques­tion. »

Jim Keon, pré­sident de l’ACMG, s’est fé­li­ci­té di­manche de l’en­tente avec le gou­ver­ne­ment qué­bé­cois.

« Avec cette en­tente de prin­cipe, le Gou­ver­ne­ment du Qué­bec re­con­naît clai­re­ment la va­leur de la contri­bu­tion de l’in­dus­trie du mé­di­ca­ment gé­né­rique au sys­tème de san­té et à l’éco­no­mie du Qué­bec ain­si que l’im­por­tance de s’as­su­rer que des in­ci­ta­tifs existent pour en­cou­ra­ger les fa­bri­cants de mé­di­ca­ments gé­né­riques à in­ves­tir pour ap­por­ter de nou­veaux pro­duits gé­né­riques à moindre coût au Qué­bec et au Ca­na­da », a dé­cla­ré M. Keon par voie de com­mu­ni­qué.

L’en­tente doit du­rer cinq ans. Elle en­tre­ra en vi­gueur le 1er oc­tobre pro­chain.

Qué­bec paie en­vi­ron 790 mil­lions par an pour l’achat de mé­di­ca­ments gé­né­riques, somme qui va bais­ser à 490 mil­lions lorsque l’en­tente en­tre­ra en vi­gueur cet au­tomne

— PHO­TO RO­BERT SKIN­NER, LA PRESSE

«On parle d’une éco­no­mie de 40 %. C’est énorme. Dans notre sys­tème, c’est du ja­mais-vu», a pré­ci­sé le mi­nistre de la San­té du Qué­bec, Gaé­tan Bar­rette.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.