Non au pro­jet de ci­me­tière mu­sul­man

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS -

Le pro­jet de ci­me­tière mu­sul­man à Saint-Apollinaire, près de Lé­vis, a été re­je­té di­manche par les élec­teurs consul­tés par ré­fé­ren­dum. Dix-neuf des élec­teurs ont vo­té pour le « non », seule­ment trois de plus que ceux qui ap­prou­vaient le pro­jet. Un autre bulletin a été re­je­té.

Qua­rante-neuf per­sonnes de Saint-Apollinaire étaient ap­pe­lées à se pro­non­cer pour per­mettre ou non la créa­tion de ce ci­me­tière dans cette ville de 6000 ha­bi­tants, à 35 ki­lo­mètres au sud-ouest de Qué­bec. Il s’agit de ré­si­dants et de « per­sonnes mo­rales » vi­vant à proxi­mi­té de l’en­droit sug­gé­ré.

Ce ré­fé­ren­dum sur­vient six mois après l’at­ten­tat contre une mosquée de Qué­bec au cours du­quel six mu­sul­mans avaient été tués.

Les ré­sul­tats ont été an­non­cés 15 mi­nutes après la fer­me­ture du bu­reau de vote.

LE MAIRE DÉ­ÇU

Le maire de Saint-Apollinaire, Ber­nard Ouel­let, a re­con­nu sa dé­cep­tion après l’an­nonce des ré­sul­tats. « Je suis dé­çu. On ne sa­vait pas quel se­rait le ré­sult at , a - t- i l dé c l a ré. J’es­pé­rais hon­nê­te­ment que ce­la passe. »

M. Ouel­let a dé­plo­ré que ceux qui se sont op­po­sés au pro­jet se soient lais­sé gui­der par la peur et la mau­vaise in­for­ma­tion. « Ils n’en ont pas as­sez par­lé. Ils ne sont pas au cou­rant. Ils ne connaissent pas ces gens (les mu­sul­mans). » Il a ré­ité­ré ce qu’il avait ré­cem­ment dé­plo­ré : les élec­teurs n’ont pas re­je­té un ci­me­tière, ils ont re­je­té un ci­me­tière mu­sul­man.

Le maire ignore ce que ré­serve l’ave­nir pour le mo­ment. « Je n’ai pas de pro­chaine étape en vue. On va faire un ré­su­mé au cours de la se­maine pro­chaine avec les gens de la mosquée », a-t-il dit.

La se­maine der­nière, le prin­ci­pal dé­fen­deur du pro­jet et se­cré­taire du Centre cultu­rel is­la­mique de Qué­bec, Mo­ha­med Kes­ri, avait ex­pri­mé le sou­hait que l’ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale ne tienne pas compte des ré­sul­tats si ceux­ci étaient né­ga­tifs. « On ne peut

pas cé­der pour une poi­gnée. Ils ont le pou­voir de ne pas al­ler en ré­fé­ren­dum, donc si ce­la on peut le faire ap­pli­quer, pour­quoi ne pas le faire ? », avait-il dé­cla­ré à La Presse ca­na­dienne.

Di­manche, il re­te­nait son in­di­gna­tion avec peine.

« Je suis un peu dé­çu, c’est nor­mal. Com­ment vou­lez-vous que 19 (per­sonnes) viennent ar­rê­ter un pro­jet pour plu­sieurs mil­liers de per­sonnes ? Ce n’est pas une consul­ta­tion pour dire si on va ra­mas­ser les or­dures le ma­tin ou l’après-mi­di, quand même. C’est une de­mande im­por­tante. On ne peut pas se ba­ser sur un re­fus de 19 (per­sonnes). C’est in­sen­sé. C’est in­croyable. »

Ber­nard Ouel­let s’est conso­lé en se di­sant qu’au moins, le ré­fé­ren­dum était un point de dé­part pour par­ler des mu­sul­mans au Qué­bec et mieux s’in­for­mer de leur mode de vie.

On ne peut pas se ba­ser sur un re­fus de 19 (per­sonnes). C’est in­sen­sé. C’est in­croyable. — Mo­ha­med Kes­ri, se­cré­taire du Centre cultu­rel is­la­mique de Qué­bec

LE SO­LEIL PHO­TO PAS­CAL RATHÉ,

Le pro­jet de ci­me­tière mu­sul­man à Saint-Apollinaire, près de Lé­vis, a été re­je­té di­manche par les élec­teurs consul­tés par ré­fé­ren­dum.—

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.