Le mi­nistre Hus­sen mis en de­meure par leurs avo­cats

Les pro­tec­teurs d’Ed­ward Snow­den craignent pour leur vie

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - LOUIS-SA­MUEL PER­RON La Presse

Les trois fa­milles qui ont hé­ber­gé le lan­ceur d’alerte Ed­ward Snow­den pen­dant sa fuite à Hong Kong en 2013 ont de «très sé­rieuses» rai­sons de craindre pour leur vie, puis­qu’ils se­ront dé­te­nus in­ces­sam­ment,puis­pro­ba­ble­ment ex­pul­sés, s’alarment leurs avo­cats mon­tréa­lais. C’est pour­quoi ceux­ci viennent de mettre en de­meure le mi­nistre fé­dé­ral de l’Im­mi­gra­tion Ah­med Hus­sen de trai­ter d’ur­gence leur de­mande d’asile au Ca­na­da. « Si le risque pour leur vie était sé­rieu­se­ment éle­vé le mois der­nier, il est main­te­nant hors de pro­por­tion », s’in­quiètent-ils dans une mise en de­meure en­voyée mer­cre­di au mi­nistre et ob­te­nue par La Presse. Les avo­cats qué­bé­cois de­mandent au mi­nistre d’ac­cueillir au pays d’ici le 1er août ces sept ré­fu­giés sri­lan­kais et phi­lip­pins éta­blis à Hong Kong. Ceux-ci s’éta­bli­raient pro­ba­ble­ment à Mon­tréal.

Si le mi­nistre ne ré­pond pas fa­vo­ra­ble­ment à cette de­mande lun­di, les avo­cats en­tendent dé­po­ser une re­quête en man­da­mus en Cour fé­dé­rale, une pro­cé­dure ex­cep­tion­nelle, an­non­ce­ront-ils lun­di lors d’un point de presse à Ot­ta­wa. « C’est comme une in­jonc­tion en­vers le gou­ver­ne­ment », ex­plique l’avo­cat Marc-An­dré Sé­guin du ca­bi­net Exeo. Elle vise à obli­ger le Bu­reau ca­na­dien des vi­sas à ac­cé­lé­rer le trai­te­ment de de­mandes d’asile, dé­po­sées il y a trois mois.

En 2013, ces trois fa­milles de ré­fu­giés avaient ca­ché pen­dant deux se­maines l’ex-con­sul­tant de la NSA Ed­ward Snow­den, tra­qué par le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain pour avoir vo­lé des do­cu­ments se­crets, à la de­mande de Ro­bert Tib­bo, son avo­cat mon­tréa­lais. C’est la sor­tie du film hol­ly­woo­dien Snow­den l’an der­nier qui a mis au jour le rôle joué par ces bons Sa­ma­ri­tains. Or, cette sou­daine no­to­rié­té in­ter­na­tio­nale a mis ces ré­fu­giés dans le col­li­ma­teur des au­to­ri­tés hong­kon­gaises, qui ont re­je­té leur de­mande d’asile ce prin­temps.

AC­CEN­TUER LA PRES­SION

En mai, Ed­ward Snow­den lui­même avait ex­hor­té l’opi­nion pu­blique à ac­cen­tuer la pres­sion sur le mi­nistre Hus­sen pour ai­der ces « bonnes per­sonnes ». « N’ayez pas peur d’ap­pe­ler [le mi­nistre]. Parce que si on at­tend, qu’on ne soit pas cer­tain, on va tous se de­man­der pour­quoi nous n’en avons pas fait da­van­tage », avait-il dit dans une vi­déo.

Le gou­ver­ne­ment ca­na­dien doit agir dès main­te­nant, mar­tèle Me Sé­guin, puisque dans les der­niers jours, les Sri­lan­kais Ajith Pu­sh­pa­ku­ma­ra, Su­pun Hi­li­na Kel­la­pa­tha, sa f emme Na­dee­ka Dil­ruk­shi No­nis et leurs deux en­fants, ain­si que la Phi­lip­pine Va­nes­sa Mae Bon­da­lian et sa fille ont été in­for­més qu’ils de­vraient se rendre dans un centre de dé­ten­tion d’im­mi­gra­tion au dé­but du mois d’août, un pré­lude à leur ex­pul­sion. « Il y a de très fortes chances qu’on ne puisse plus les joindre, craint Me Sé­guin. De plus, des or­ga­nismes ont do­cu­men­té des cas de vio­lences, d’abus de pou­voir et de vio­la­tions de droits fon­da­men­taux dans ce centre de dé­ten­tion. »

« Ce sont des gens qui ont des rai­sons très sé­rieuses de craindre pour leur vie s’ils sont ren­voyés dans leur pays », sou­tient l’avo­cat mon­tréa­lais. Les quatre adultes du groupe s’étaient ré­fu­giés à Hong Kong pour fuir de vé­ri­tables his­toires d’hor­reur. « Un a été tor­tu­ré par l’ar­mée sri­lan­kaise, un autre a été bat­tu et lais­sé pour mort par des proches de po­li­ti­ciens lo­caux, une autre a été vio­lée et ex­trê­me­ment mal­me­née par des fa­milles proches du pou­voir po­li­tique. Aux Phi­lip­pines, une femme a été kid­nap­pée, vio­lée et même em­pa­lée », dé­taille Me Sé­guin.

Même si ces fa­milles n’ont au­cun lien avec le Ca­na­da, le gou­ver­ne­ment a le de­voir de les ac­cueillir au pays, à l’ins­tar des ré­fu­giés sy­riens, plaide l’avo­cat. « Le Ca­na­da a ré­ité­ré à plu­sieurs re­prises son en­ga­ge­ment en fa­veur des ré­fu­giés. Il n’y a pas de meilleur en­droit sur la pla­nète pour pro­té­ger ces gens-là », dit-il. De plus, leur avo­cat à Hong Kong, le Qué­bé­cois Ro­bert Tib­bo est leur unique « point d’an­crage », ajoute-t-il. Et ici, au Qué­bec, des gens sont dé­jà prêts à les ac­cueillir. L’or­ga­nisme mon­tréa­lais For the Re­fu­gees, d’ailleurs pré­si­dé par Marc-An­dré Sé­guin, a dé­po­sé une de­mande de par­rai­nage pri­vée col­lec­tive. « Il y a une terre d’ac­cueil ici, prête à les re­ce­voir», as­sure l’avo­cat.

Le ca­bi­net du mi­nistre Hus­sen n’a pas rap­pe­lé La Presse en fin de se­maine. Le mi­nis­tère de l’Im­mi­gra­tion n’a pas com­men­té le dos­sier pour des « rai­sons de pro­tec­tion des ren­sei­gne­ments per­son­nels ».

AR­CHIVES LA PRESSE — PHO­TO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE,

Le lan­ceur d’alerte Ed­ward Snow­den, an­cien em­ployé de la NSA amé­ri­caine, pro­non­çant une al­lo­cu­tion par vi­déo­con­fé­rence dans le cadre d’un évé­ne­ment or­ga­ni­sé par l’Uni­ver­site McGill, en 2016.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.