Gar­bine Mu­gu­ru­za: l’hé­ri­tière des soeurs Williams?

La Voix de l'Est - - SPORTS -

LONDRES — Peu de temps après avoir vain­cu l’Amé­ri­caine Ve­nus Williams en fi­nale du simple fé­mi­nin des In­ter­na­tio­naux de ten­nis de Wim­ble­don, Gar­bine Mu­gu­ru­za s’est vu re­mettre un écus­son mauve et or qui confirme qu’elle est main­te­nant membre du All En­gland Club, un sta­tut ho­no­ri­fique ac­cor­dé aux vain­queurs du tour­noi.

« Je me suis dit, “Je vais le por­ter im­mé­dia­te­ment” », a lan­cé l’Es­pa­gnole.

Ain­si, Mu­gu­ru­za a at­ta­ché à sa veste blanche cet écus­son si dif­fi­cile à mé­ri­ter, tout juste au­des­sus de son coeur, et ne ces­sait d’y tou­cher pen­dant qu’elle par­lait à un groupe res­treint de jour­na­listes sa­me­di soir.

Mu­gu­ru­za a no­tam­ment fait re­mar­quer qu’après sa dé­faite contre la soeur de Ve­nus, Se­re­na, lors de la fi­nale de Wim­ble­don en 2015, elle n’avait évi­dem­ment pas eu droit à un trai­te­ment iden­tique : les fi­na­listes n’ont pas droit au sta­tut de membre ho­no­ri­fique ni à ses pri­vi­lèges.

« C’est tout ou rien, a dé­cla­ré Mu­gu­ru­za. Je me dis, “Ouf, cette an­née, j’y suis en­fin ar­ri­vée.” »

Ce triomphe par un score de 7-5, 6-0 contre Ve­nus, com­bi­née à sa vic­toire face à Se­re­na en fi­nale des In­ter­na­tio­naux de France en 2016 font de l’ath­lète de 23 ans la seule femme à avoir vain­cu cha­cune des fran­gines lors d’une fi­nale d’un tour­noi du Grand Che­lem. Ce simple fait d’armes fait de Mu­gu­ru­za une hé­ri­tière po­ten­tielle aux deux femmes qui ont chan­gé leur sport.

Ajou­tez à ce­la le style au­da­cieux et com­ba­tif de Mu­gu­ru­za et son at­trait pour les scènes de pres­tige, et elle donne cer­tai­ne­ment l’im­pres­sion qui pour­rait conti­nuer de faire ce qu’elle tient à ac­com­plir plus que tout : ga­gner des tour­nois ma­jeurs.

C’est un as­pect au­quel elle ac­corde plus d’im­por­tance que sa po­si­tion au clas­se­ment de la WTA, par exemple. Elle a amor­cé Wim­ble­don en 15e place et lun­di, elle oc­cu­pe­ra le cin­quième rang.

Elle s’est ren­due jus­qu’au deuxième éche­lon du clas­se­ment, mais ça ne semble pas trop pré­oc­cu­per Mu­gu­ru­za.

« Je ne sais pas ce que sait que d’être nu­mé­ro 1 au monde. Peu­têtre que je pour­rai un jour, et là, je pour­rai com­pa­rer. Mais pour l’ins­tant, je pré­fé­re­rais être nu­mé­ro 10 et ga­gner des tour­nois du Grand Che­lem que d’être nu­mé­ro 1. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.