Bru­no Ju­nior St-Amand en ré­flexion

La Voix de l'Est - - LA UNE - MAI­RIE DE GRAN­BY MA­RIE-FRANCE LÉTOURNEAU ma­rie-france.le­tour­neau@la­voix­de­lest.ca

GRAN­BY— Un troi­sième can­di­dat pour­rait-il en­trer dans la course à la mai­rie de Gran­by ? Bru­no Ju­nior St-Amand a confir­mé lun­di à La Voix de l’Est y ré­flé­chir.

En fait, son coeur ba­lance entre le dis­trict six, où il a ten­té de se faire élire dans le cadre d’une élec­tion par­tielle en 2016, et la mai­rie. Bru­no Ju­nior St-Amand, qui oeuvre de­puis 2005 comme conseiller en fi­nances per­son­nelles dans une ins­ti­tu­tion fi­nan­cière de la ré­gion, se donne en réa­li­té la se­maine pour dé­ci­der à quel poste il dé­po­se­ra sa can­di­da­ture.

« Si la mai­rie m’in­té­resse, c’est parce que j’ai une vi­sion d’y al­ler. Je vi­sais 2021, mais les gens m’en parlent tel­le­ment que je n’ai pas le choix d’y pen­ser », a fait va­loir le Gran­byen de 36 ans.

Ce­lui-ci sait bien qu’il a dé­jà es­suyé deux re­vers élec­to­raux — le pre­mier en 2013 dans le dis­trict huit et le deuxième en 2016 dans le dis­trict six —, mais il se dit per­sé­vé­rant. Et il es­time ga­gner en ma­tu­ri­té au fil des ans.

Chose cer­taine, l’as­pi­rant can­di­dat est fort en verve et il ne manque pas d’idées, que ce soit pour ra­vir le siège de maire ou ce­lui de conseiller mu­ni­ci­pal. Il a une idée bien pré­cise de la ville qu’il ai­me­rait avoir et du rayon­ne­ment qu’elle de­vrait exer­cer.

AC­TIONS

Par exemple, Bru­no Ju­nior StA­mand est d’avis qu’il est « im­pé­ra­tif » de mettre les bou­chées « doubles et triples » afin que la route 139 soit élar­gie et fasse l’ob­jet de ré­fec­tion.

Les bou­chons de cir­cu­la­tion ob­ser­vés en pé­riode d’acha­lan­dage du Zoo de Gran­by ne rendent ser­vice à per­sonne, y com­pris au sec­teur in­dus­triel, fait-il va­loir. « Oui, le centre-ville, c’est im­por­tant, mais si ton pou­mon ne marche pas et que tu n’es pas ca­pable d’ame­ner le monde dans ta ville, quand ça at­tend jusque sur l’au­to­route 10, je pense qu’on a des choses à tra­vailler », croit-il.

M. St-Amand croit en outre que la Ville de Gran­by au­rait dû faire preuve de plus d’ou­ver­ture en­vers les mu­ni­ci­pa­li­tés voi­sines pour le re­nou­vel­le­ment de l’en­tente de loi­sirs, alors que cer­taines ont dé­ci­dé de cla­quer la porte cet été, les coûts étant ju­gés trop éle­vés.

Le coeur com­mer­cial de la ville est un autre de ses su­jets de pré­di­lec­tion. L’état de san­té de la rue Prin­ci­pale n’est pas au mieux, se­lon lui. Plu­sieurs lo­caux sont va­cants. Il jette donc un re­gard cri­tique sur le pro­jet de ré­amé­na­ge­ment du centre-ville en cours. « Il ne faut pas juste mettre des mil­lions et des places pu­bliques », croit-il.

La so­lu­tion pas­se­ra, se­lon lui, par la mul­ti­pli­ca­tion d’ac­ti­vi­tés et d’évé­ne­ments qui, à leur tour, gé­né­re­ront de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique. Une idée par­mi d’autres, dit-il : pour­quoi ne pas pen­ser à avoir un mar­ché pu­blic per­ma­nent ? Il mise aus­si sur une glace ex­té­rieure ré­fri­gé­rée et l’amé­na­ge­ment d’une scène per­ma­nente, au parc Mi­ner, par exemple.

SIM­PLI­FIER

Bru­no Ju­nior St-Amand sou­haite qu’il soit « simple » de vivre et de faire des af­faires à Gran­by. À cet ef­fet, le « livre de rè­gle­ments » su­bi­rait une cure de min­ceur.

Ce­lui qui est in­ter­ve­nu au cours des der­nières an­nées de fa­çon ponc­tuelle aux séances du conseil mu­ni­ci­pal dit ain­si être pré­oc­cu­pé par la sé­cu­ri­té des tran­sports, ain­si que par les sec­teurs com­mer­cial et in­dus­triel.

Même si son dis­cours semble vi­ser da­van­tage la mai­rie que ce­lui de conseiller du dis­trict six, le conseiller en fi­nances per­son­nelles as­sure ne pas avoir pris de dé­ci­sion et se don­ner en­core quelques jours pour ré­flé­chir. Peu im­porte le poste qu’il bri­gue­ra, il dit ce­pen­dant croire en ses moyens. « C’est un gros move, mais je crois que je peux faire avan­cer la ville », laisse-t-il tom­ber.

— PHO­TO ALAIN DION

Le coeur de Bru­no Ju­nior St-Amand, 36 ans, ba­lance entre le siège de conseiller du dis­trict six ou ce­lui de maire. Il se donne en­core quelques jours pour y ré­flé­chir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.