UN CHAN­TIER IM­PRES­SION­NANT

La Voix de l'Est - - LA UNE - MA­RIE-FRANCE LÉTOURNEAU ma­rie-france.le­tour­neau@la­voix­de­lest.ca

GRANBY — Les chan­tiers se sont mul­ti­pliés au cours des der­niers mois à Granby, mais le plus im­pres­sion­nant d’entre eux passe un peu in­aper­çu, bien qu’il batte son plein au centre-ville. Le bar­rage du lac Boi­vin a été dé­mo­li et est en voie d’être re­cons­truit. Il suf­fit de s’aven­tu­rer près de la piste cy­clable et du pont Pa­tri­ckHa­ckett pour consta­ter l’am­pleur des tra­vaux. Le flot de la ri­vière a été dé­tour­né dans un étroit ca­nal de dé­ri­va­tion. Deux digues tem­po­raires ont été amé­na­gées pour per­mettre aux tra­vailleurs de Construc­tion In­jec­tion EDM de Qué­bec d’oeu­vrer au sec. La ma­chi­ne­rie lourde a en­va­hi le site, a pu consta­ter La Voix de l’Est, lors d’une vi­site du chan­tier. Dif­fi­cile d’ima­gi­ner que la ri­vière Ya­mas­ka prend ha­bi­tuel­le­ment toute la place.

« À date, ça va bien. Il n’y a pas de gros im­pré­vus. J’avais des craintes, parce qu’on se rap­pelle que c’est notre prise d’eau ici. Pas moins de 93 % de notre eau est pris avec le ni­veau du lac (Boi­vin). Tout ce qui tou­chait le contour­ne­ment de la ri­vière était dé­li­cat », a sou­li­gné le di­rec­teur du Bu­reau de pro­jets à la Ville, Da­niel Sur­pre­nant. Les ges­tion­naires du bar­rage Choi­nière, de com­pé­tence pro­vin­ciale, et l’équipe de la Cen­trale de trai­te­ment d’eau sont aus­si mis à pro­fit.

L’es­pace de tra­vail res­treint a re­pré­sen­té un dé­fi dans ce pro­jet qui en­traîne une fac­ture de 4,3 mil­lions $, avant taxes, et dont 83 % des coûts ad­mis­sibles sont as­su­més par le Fonds pour l’eau po­table et le trai­te­ment des eaux usées (FEPTEU), re­lève M. Sur­pre­nant

La piste cy­clable a dû être dé­pla­cée. Mais l’in­gé­nieur et char­gé de pro­jets à la Ville, Ma­nuel Ca­ba­na, sou­ligne qu’un nombre plus im­por­tant que pré­vu d’arbres a pu être pré­ser­vé. Ceux qui ont été cou­pés se­ront rem­pla­cés.

PLUSAUXNORMES

Les tra­vaux s’im­po­saient, car le bar­rage, d’une lar­geur de 42 mètres, ne ré­pon­dait plus à cer­taines exi­gences gou­ver­ne­men­tales. La ca­pa­ci­té d’éva­cua­tion de l’ou­vrage était in­suf­fi­sante et son an­crage in­adé­quat, sou­ligne entre autres Ma­nuel Ca­ba­na.

« Il n’était pas construit di­rec­te­ment sur le roc. Il a été fait en cais­sons de bois, rem­plis de roches, dans les an­nées 1900. Un ta­blier de bé­ton a plus tard été ajou­té par des­sus. Quand on le re­gar­dait, on avait l’im­pres­sion

que c ’é t a i t u n gros bar­rage as­sez ré­cent, mais il était en bois en des­sous et ses ca­pa­ci­tés de ré­sis­tance n’étaient plus suf­fi­santes », pré­cise l’in­gé­nieur.

L’ou­vrage a ain­si été dé­mo­li et les ma­té­riaux, éva­cués du site pour per­mettre aux tra­vailleurs de construire les cof­frages et de cou­ler le bé­ton des pi­liers du nou­veau bar­rage, une étape en cours ac­tuel­le­ment.

Au cours des der­nières se­maines, le chan­tier, sui­vi par plu­sieurs cu­rieux, a été ac­tif sept jours sur sept. Mais d’ici la fin des tra­vaux, il se­ra en pause une fin de se­maine sur deux. Une quin­zaine de tra­vailleurs s’y ac­tivent de 10 à 12 heures par jour. Le site est même par­fois éclai­ré en soi­rée pour per­mettre la pour­suite de cer­tains tra­vaux de bé­ton, a ex­pli­qué le res­pon­sable du chan­tier pour EDM, Martin La­chance.

IM­PRES­SION­NANT

Le nou­veau bar­rage de­vrait en­trer en ser­vice pour la pé­riode des Fêtes, avance M. La­chance. Cer­tains tra­vaux d’amé­na­ge­ment res­te­ront à com­plé­ter au prin­temps.

L’ i n s t a l l a t i o n , vers la fin no­vembre, de la vanne à bas­cule, construite par l’en­tre­prise gran­byenne Me can-Hy­dro, de­vrait d ’a i l l e u r s s ’a v é r e r im­pres­sion­nante, alors que de longues pièces mé­tal­liques de 12 mètres de large se­ront ache­mi­nées sur le site, pré­cise Da­niel Sur­pre­nant.

Au fi­nal, le nou­veau bar­rage per­met­tra no­tam­ment de « gé­rer le risque to­tal du bas­sin ver­sant, in­cluant le bar­rage Choi­nière », re­lève Ma­nuel Ca­ba­na. « S’il y avait une rup­ture du bar­rage (Choi­nière) en amont, notre ca­pa­ci­té d’éva­cua­tion est beau­coup plus grande », dit-il.

Se­lon lui, un ou­vrage se­ra par ailleurs amé­na­gé pour me­su­rer de fa­çon plus pré­cise le dé­bit d’eau, plus faible, du­rant les pé­riodes es­ti­vales d’étiage (le plus bas ni­veau d’un cours d’eau). Un bâ­ti­ment de s e rvices se­ra aus­si ajou­té près du sta­tion­ne­ment, ad­ja­cent au parc de la Tan­ne­rie, pour gé­rer et opé­rer le bar­rage, sou­ligne l’in­gé­nieur.

Autre dé­tail : l’es­thé­tique du bar­rage se­ra mo­di­fiée, avance M. Ca­ba­na. Le po­si­tion­ne­ment de la vanne fe­ra en sorte que l’eau cou­le­ra de fa­çon uni­forme et re­pro­dui­ra l’ef­fet d’une chute.

Des tra­vaux si­mi­laires, bien que de moindre am­pleur, se dé­roulent éga­le­ment au bar­rage du lac sur la Mon­tagne (lac Cou­pland). La Ville de Granby a ac­cor­dé en juin un contrat de 1,9 mil­lion $ à Ber­trand Os­ti­guy pour ce pro­jet, aus­si sub­ven­tion­né par le FEPTEU. L’en­semble de ces tra­vaux s’ins­crit dans le cadre de l’im­por­tant pro­jet « Eau po­table », qui per­met­tra à moyen et long terme de mo­der­ni­ser les in­fra­struc­tures d’eau po­table.

Les tra­vaux se dé­roulent ron­de­ment, se­lon Ma­nuel Ca­ba­na, in­gé­nieur et char­gé de pro­jets à la Ville, Martin La­chance de Construc­tion In­jec­tion EDM et Da­niel Sur­pre­nant, di­rec­teur du Bu­reau de pro­jets.

Le chan­tier d’en­ver­gure a été ac­tif sept jours sur sept au cours des der­nières se­maines.

— PHO­TOS ALAIN DION

La ma­chi­ne­rie lourde a en­va­hi le lit de la ri­vière Ya­mas­ka pour per­mettre la dé­mo­li­tion et la re­cons­truc­tion du bar­rage du lac Boi­vin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.