For­tin prêt à re­voir les ra­tios

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - CA­MILLE DAU­PHI­NAIS-PEL­LE­TIER cdau­phin@la­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE— La­bais­se­de­ra­tio re­dou­tée par les pro­prié­taires de ser­vices de garde pri­vés en mi­lieu fa­mi­lial, pré­vue dans le pro­jet de loi 143, pour­rait bien être lais­sée de cô­té par le gou­ver­ne­ment.

C’est du moins ce qu’a lais­sé en­tendre le nou­veau mi­nistre de la Fa­mille Luc For­tin, di­manche, après la ma­ni­fes­ta­tion qui s’est dé­rou­lée de­vant son bu­reau. Les édu­ca­trices pré­sentes ont sou­li­gné que si le ra­tio pas­sait de 6 en­fants par adulte (ex­cluant les en­fants de la pro­prié­taire) à 4 en­fants par adulte (in­cluant ses propres en­fants), les ser­vices de garde pri­vés per­draient tout es­poir de ren­ta­bi­li­té et de­vraient fer­mer leurs portes.

« J’en­tends dé­po­ser un amen­de­ment qui va tou­cher de ma­nière très spé­ci­fique cette ques­tion-là, et je leur ai dit éga­le­ment que ce se­rait en échange d’autres obli­ga­tions à leur égard», a an­non­cé M. For­tin après avoir dis­cu­té avec la re­pré­sen­tante des ma­ni­fes­tantes, Au­drey Blouin.

Le mi­nistre a ré­pé­té qu’il était ferme sur les ob­jec­tifs du pro­jet de loi, soit as­su­rer la sé­cu­ri­té et la réus­site édu­ca­tive des en­fants, mais souple sur la forme. Il a d’ailleurs as­su­ré que le but du gou­ver­ne­ment n’était pas de faire fer­mer ces ser­vices de garde. « Je pense d’abord et avant tout aux pa­rents dont les en­fants vont dans ces ser­vices de garde là et y sont heu­reux. On ne veut pas dé­sta­bi­li­ser ces en­fants-là, on ne veut pas non plus cau­ser de pé­pins à ces pa­rents qui de­vront trou­ver une op­tion. Dans ce sens-là, l’amen­de­ment que je vais dé­po­ser au pro­jet de loi va faire en sorte que, jus­te­ment, on ne puisse pas uti­li­ser cet ar­gu­ment pour fer­mer un ser­vice de garde. Alors, s’il y a un ser­vice de garde qui ferme à la suite de ça, ce ne se­ra pas à cause du pro­jet de loi 143, ça je peux vous le dire.»

Luc For­tin ai­me­rait dé­po­ser les amen­de­ments au cours des pro­chaines se­maines, pour ten­ter de faire adop­ter le pro­jet de loi avant les Fêtes.

REN­CONTRE PO­SI­TIVE

« Je crois que la ren­contre a été très po­si­tive. Le mi­nistre For­tin nous a bien écou­tées, il est ou­vert à dis­cu­ter avec nous et je crois que la ren­contre s’est bien pas­sée et qu’il ne va en sor­tir que du po­si­tif pour tous les mi­lieux fa­mi­liaux», a dé­cla­ré Au­drey Blouin, res­pon­sable d’un ser­vice de garde, qui s’est en­tre­te­nue avec M. For­tin en marge de la ma­ni­fes­ta­tion.

Comme plu­sieurs de ses col­lègues, Mme Blouin a men­tion­né être d’ac­cord avec la ma­jo­ri­té du pro­jet de loi, mis à part bien sûr l’épi­neuse ques­tion des ra­tios. « Du cô­té des bases du pro­jet de loi, no­tam­ment concer­nant la ques­tion de la sé­cu­ri­té, on est ab­so­lu­ment d’ac­cord. On en a dis­cu­té avec le mi­nistre: on ac­cepte de don­ner nos ab­sences et em­pê­che­ments, on ac­cepte d’avoir une as­su­rance res­pon­sa­bi­li­té, on ac­cepte d’avoir un cours de RCR à jour... »

Quelques di­zaines de per­sonnes s’étaient réunies de­vant le bu­reau du mi­nistre sur la rue King Ouest à Sher­brooke di­manche mi­di. Un ras­sem­ble­ment de plus grande am­pleur avait éga­le­ment lieu à Qué­bec de­vant l’As­sem­blée na­tio­nale.

— PHO­TO SPECTRE MÉ­DIA, MAXIME PI­CARD

Quelques di­zaines de pro­prié­taires de ser­vices de garde pri­vés se sont réunies di­manche de­vant le bu­reau du mi­nistre de la Fa­mille Luc For­tin à Sher­brooke.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.