La dé­pu­tée Ca­the­rine Four­nier lance un livre

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - VI­CKY FRA­GAS­SO-MAR­QUIS La Presse ca­na­dienne L’au­dace d’agir, CA­RO­LINE BEAUCHEMIN PEGGY DU­GUAY CA­RO­LINE VEILLEUX MA­RIE-JO­SÉE HA­MEL

MONT­RÉAL — La plus jeune dé­pu­tée de l’As­sem­blée na­tio­nale, Ca­the­rine Four­nier, a lan­cé un livre di­manche pour in­ci­ter les jeunes de la gé­né­ra­tion Y à prendre leur place dans la so­cié­té afin de contri­buer aux dé­ci­sions qui les af­fec­te­ront de toute fa­çon dans les an­nées à ve­nir.

«Les jeunes, on a un poids dé­mo­gra­phique qui est im­por­tant, alors il faut qu’on soit re­pré­sen­tés dans les ins­tances. On a un point de vue sur le monde qui est dif­fé­rent, pas meilleur, mais qui mé­rite quand même d’être en­ten­du », a dé­cla­ré Ca­the­rine Four­nier en en­tre­vue té­lé­pho­nique quelques heures avant le lan­ce­ment of­fi­ciel de son ou­vrage pu­blié par la mai­son d’édi­tion Somme toute.

La dé­pu­tée de Ma­rie-Vic­to­rin, âgée de 25 ans, a pro­fi­té de ses pre­mières va­cances d’élue l’été der­nier pour mettre par écrit son ap­pel à l’en­ga­ge­ment aux jeunes qu’elle avait lan­cé lors de son élec­tion, il y a près d’un an.

La­dé­pu­tée­pé­quis­te­com­pren­dune bonne par­tie des jeunes, chez qui il y a du cy­nisme face à la po­li­tique.

« On a gran­di dans un contexte un peu mo­rose. Il n’y a pas eu de grands dé­bats, de grands pro­jets de so­cié­té de­puis les 15-20 der­nières an­nées, alors c’est un peu dif­fi­cile de vou­loir s’ins­pi­rer par la classe po­li­tique », a-t-elle sou­te­nu.

Elle concède aus­si que la po­li­tique ac­tive n’est pas pour tout le monde, mais elle in­vite les jeunes à s’im­pli­quer dans toutes les sphères de la so­cié­té.

« Si on prend un mou­ve­ment so­cial, comme en 2012, le mou­ve­ment étu­diant: les jeunes qui y ont par­ti­ci­pé en ont fait de la po­li­tique. Ils n’avaient pas be­soin de leur carte de membre pour faire chan­ger les choses», a-t-elle illus­tré.

Et sa fraîche ex­pé­rience en po­li­tique lui a dé­mon­tré que les jeunes ne de­vraient pas se sen­tir in­ti­mi­dés de s’en­ga­ger. Avant de faire le saut, elle ap­pré­hen­dait les com­men­taires des ob­ser­va­teurs et de ses col­lègues sur son manque d’ex­pé­rience. Mais ce ne fut pas le cas. «Au contraire, j’ai eu un ac­cueil ex­trê­me­ment cha­leu­reux de la part des gens de tous les par­tis po­li­tiques», a-t-elle in­di­qué.

« Dans la po­pu­la­tion, c’est ex­trê­me­ment rare que quel­qu’un me dise que ce n’est pas sé­rieux, ma can­di­da­ture, en rai­son de mon âge. Au contraire, les gens sont en­thou­siastes, jus­te­ment, de voir une jeune qui s’im­plique et qui prend sa place. »

Dans son livre, Ca­the­rine Four­nier ne re­jette pas pour au­tant les « ou­tils » lais­sés par les gé­né­ra­tions pré­cé­dentes et dont peuvent pro­fi­ter les plus jeunes.

«Je tiens à sou­li­gner toutes les réus­sites qui ont fait le Qué­bec qu’on connaît au­jourd’hui et com­ment on peut s’ins­pi­rer de ces réus­sites col­lec­tives-là, nous, comme gé­né­ra­tions, pour ré­pondre aux dé­fis aux­quels on se­ra confron­tés», a-t-elle pré­ci­sé.

« Je vou­lais en­voyer un mes­sage d’es­poir, de dire que les choses ne sont pas né­ces­sai­re­ment sta­tiques.»

— PHO­TO AR­CHIVES LA PRESSE

La dé­pu­tée de Ma­rie-Vic­to­rin Ca­the­rine Four­nier, âgée de 25 ans, a pro­fi­té de ses pre­mières va­cances d’élue l’été der­nier pour mettre par écrit son ap­pel à l’en­ga­ge­ment aux jeunes qu’elle avait lan­cé lors de son élec­tion, il y a près d’un an.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.