Pas pour tout le monde

La Voix de l'Est - - SECTION SANTÉ - ISA­BEL AUTHIER isa­bel.authier@la­voix­de­lest.ca

Barres éner­gé­tiques, bois­sons, poudre, cap­sules... Les sub­sti­tuts ali­men­taires ont-ils vrai­ment leur rai­son d’être? Pas tou­jours...

À ce su­jet, la nu­tri­tion­niste Ju­dith Pel­le­tier ap­porte mille et une nuances. « Je le vois dans l’op­tique sui­vante : quand les vrais ali­ments ne conviennent pas, c’est cor­rect. »

Les bois­sons de type En­sure ou Boost peuvent, par exemple, ai­der les per­sonnes sans ap­pé­tit, ma­lades, celles qui ont de la dif­fi­cul­té à ava­ler ou qui ont des pro­blèmes de gorge, dit-elle, en re­com­man­dant aux per­sonnes ma­lades ou aux aî­nés dé­nu­tris de consul­ter pour ob­te­nir de bons conseils.

« Je le vois dans l’op­tique sui­vante : quand les vrais ali­ments ne conviennent pas, c’est cor­rect. »

— Ju­dith Pel­le­tier, nu­tri­tion­niste

Là où les sub­sti­tuts peuvent être utiles — sans en abu­ser —, c’est lorsque les gens manquent de temps pour man­ger. « Ce n’est pas une bonne idée de man­ger des barres ou des shakes chaque jour. Si on parle d’un shake mai­son ou d’un smoo­thie do­té de bonnes va­leurs nu­tri­tives, ce­la peut être cor­rect pour les ma­tins où les gens ont moins d’ap­pé­tit. »

Pour perdre du poids, ce­pen­dant, Mme Pel­le­tier ne re­com­mande par l’usage de sub­sti­tuts. « Une fois tan­née des barres et des shakes, la per­sonne va re­prendre tout le poids per­du. Avec cette mé­thode, tu n’as pas une ali­men­ta­tion équi­li­brée et c’est in­te­nable », as­sure-t-elle.

Et pour les gens qui s’en­traînent ? « Ça peut être per­ti­nent pour les ath­lètes qui s’en­traînent plu­sieurs heures par jour et qui ont des be­soins im­por­tants. Ça vient alors com­plé­ter leur ali­men­ta­tion, pas comme sub­sti­tut de re­pas, comme col­la­tion ! » Quand on lui de­mande si cer­tains types de sub­sti­tuts sont meilleurs que d’autres, Ju­dith Pel­le­tier se montre pru­dente. « Si on manque d’ap­pé­tit, mieux vaut se di­ri­ger vers les sub­sti­tuts li­quides. Dans le cas d’un rem­pla­ce­ment de re­pas, les barres peuvent don­ner une meilleure sen­sa­tion de sa­tié­té, même si c’est ra­re­ment suf­fi­sant. »

PEU PER­TI­NENT

Alors, bons ou mau­vais les sup­plé­ments ali­men­taires ? « Je di­rais que pour M. et Mme Toutle-Monde, ce n’est pas vrai­ment per­ti­nent. »

Pour évi­ter d’y avoir re­cours, la spé­cia­liste sug­gère plu­tôt d’autres op­tions.

« Si c’est pour perdre du poids, ça prend un sui­vi pro­fes­sion­nel. Si les sub­sti­tuts de­viennent des ‘‘dé­pan­neurs’’ fré­quents, je sug­gère plu­tôt aux gens de se pré­pa­rer des cru­di­tés, d’avoir des fruits sous la main, mais aus­si des noix, des yo­gourts, du fro­mage... Il y a moyen d’ache­ter des op­tions plus équi­li­brées que les sub­sti­tuts de re­pas. »

Se­lon elle, ceux-ci sont sou­vent trop su­crés. Et bien que cer­taines com­pa­gnies pro­posent des pro­duits « pas pires », les sub­sti­tuts offrent ra­re­ment l’équi­valent en vi­ta­mines et mi­né­raux d’un bon re­pas. « Ça prend des ca­lo­ries et la bonne dose de pro­téines, de glu­cides, de fibres. Il est rare qu’on trouve quelque chose de vrai­ment com­plet. »

En consul­tant la liste d’in­gré­dients, il im­porte de se po­ser quelques ques­tions fon­da­men­tales. « Est-ce que je com­prends les in­gré­dients ? Est-ce que ce sont des sucres na­tu­rels ? Estce que ça contient de bonnes huiles vé­gé­tales ? Des noix ? Y a-t-il des ad­di­tifs ? »

Sans ou­blier que les sub­sti­tuts de re­pas de­meurent des ali­ments trans­for­més, rap­pelle la nu­tri­tion­niste, alors que la clé d’une saine ali­men­ta­tion est de fa­vo­ri­ser les pro­duits frais et non trans­for­més.

— P⋆OTO ARC⋆IVES LA VOIX DE L’EST

La nu­tri­tion­niste Ju­dith Pel­le­tier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.