La Haute-Ya­mas­ka fait une de­mande of­fi­cielle

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - ISA­BEL AU­THIER isa­bel.au­thier@la­voix­de­lest.ca

La vo­lon­té des maires de la Haute-Ya­mas­ka de quit­ter la Mon­té­ré­gie pour joindre l’Es­trie prend une tour­nure plus concrète. Réunis cette se­maine en as­sem­blée or­di­naire, les élus ont conve­nu à l’una­ni­mi­té de faire une de­mande for­melle de trans­fert de ré­gion ad­mi­nis­tra­tive.

En mai der­nier, le pré­fet de la MRC de La Haute-Ya­mas­ka, Paul Sar­ra­zin, avait fait une sor­tie pu­blique dans La Voix de l’Est pour dé­non­cer le fait que la Haute-Ya­mas­ka était désa­van­ta­gée dans cer­tains dos­siers en rai­son de sa po­si­tion « entre deux chaises ». « Le sta­tu quo n’est plus en­vi­sa­geable. Es­ton Es­triens ou Mon­té­ré­giens ? Il faut cor­ri­ger cette si­tua­tion », avait-il dé­cla­ré, en prô­nant l’ap­par­te­nance à un seul ter­ri­toire. Se­lon lui, l’Es­trie sem­blait la so­lu­tion la plus na­tu­relle « pour le bien de la po­pu­la­tion et des or­ga­nismes de la Haute-Ya­mas­ka ».

À l’époque, le dé­pu­té ca­quiste de Gran­by, Fran­çois Bon­nar­del, lui avait don­né rai­son et as­su­ré qu’il sou­hai­tait ré­pondre aux in­quié­tudes des maires et trou­ver une piste de so­lu­tion.

La ré­élec­tion de M. Bon­nar­del, mais aus­si celle du ca­quiste An­dré Lamon­tagne dans John­son et l’ar­ri­vée en poste d’Isa­belle Cha­rest, aus­si pour la CAQ, dans la cir­cons­crip­tion de Brome-Mis­sis­quoi de­vrait « fa­ci­li­ter les choses », croit Paul Sar­ra­zin, étant don­né que les mu­ni­ci­pa­li­tés de la Haute-Ya­mas­ka se trouvent dans l’une ou l’autre de ces trois cir­cons­crip­tions main­te­nant au pou­voir.

La de­mande, adop­tée par voie de ré­so­lu­tion mer­cre­di soir, se­ra dé­po­sée au mi­nis­tère des Af­faires mu­ni­ci­pales et de l’Oc­cu­pa­tion du ter­ri­toire du Qué­bec, mais elle se­ra aus­si trans­mise au pré­sident de la Table des pré­fets de la Mon­té­ré­gie, à ce­lui de la Table des pré­fets de l’Es­trie, aux trois dé­pu­tés concer­nés et au nou­veau pre­mier mi­nistre du Qué­bec, Fran­çois Le­gault.

CE­LA N’A RIEN D’ANO­DIN

« Il s’agit d’une de­mande im­por­tante; on veut mon­trer à la classe po­li­tique que ce­la n’a rien d’ano­din », ex­plique Paul Sar­ra­zin.

Ce­lui-ci in­siste : la Haute-Ya­mas­ka n’ob­tient pas « son juste dû » en Mon­té­ré­gie, par rap­port à sa den­si­té de po­pu­la­tion. « Notre poids po­li­tique est de 7 % en Mon­té­ré­gie, alors qu’elle se­rait d’en­vi­ron 33 % en Es­trie. Ça au­rait des im­pacts ma­jeurs sur les ser­vices. On au­rait une voix beau­coup plus forte en Es­trie. »

Se­lon lui, le dos­sier de­vra être éva­lué, mais les chances sont bonnes que le gou­ver­ne­ment ac­cepte ce chan­ge­ment. « Je n’ai pas d’élé­ments qui me font croire le contraire... Si la Mon­té­ré­gie est prête à nous lais­ser par­tir et que l’Es­trie est prête à nous ac­cueillir, je ne vois pas pour­quoi ça ne fonc­tion­ne­rait pas. La vo­lon­té po­li­tique est là. »

— P⋆OTO ARC⋆IVES LA VOIX DE L’EST

Le pré­fet de la Haute-Ya­mas­ka, Paul Sar­ra­zin

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.