Dé­pous­sié­rer la Grande Guerre

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - MICKAEL LAMBERT mickael.lambert@la­voix­de­lest.ca

Pour re­don­ner une voix aux dis­pa­rus et per­mettre aux ama­teurs d’his­toire de re­vivre l’ac­tion mi­li­taire du siècle pas­sé, la So­cié­té his­to­rique du com­té de Brome or­ga­nise Une toute nou­velle ex­po­si­tion sur l’un des épi­sodes les plus mar­quants de la Grande Guerre: l’Of­fen­sive des cent jours.

Le che­min de la paix. « C’est vrai­ment un mo­ment pas­sion­nant de la guerre, c’est là où l’on sort des tran­chées et que l’avan­cée se fait de plus en plus ra­pi­de­ment », sou­ligne le spé­cia­liste de l’his­toire mi­li­taire du mu­sée de Lac-Brome, Je­re­my Reeves. C’est aus­si à par­tir de ce mo­ment que les forces ca­na­diennes ont com­men­cé à être plus uti­li­sées et à s’illus­trer da­van­tage. »

SURPRENANT

L’ex­po­si­tion com­prend des fu­sils d’époque, des tro­phées de guerre ou en­core des casques pris aux vain­cus. Le champ de ba­taille est dé­pous­sié­ré au mu­sée du com­té de Brome.

Plu­sieurs ar­ticles sur­pre­nants de la col­lec­tion du mu­sée ont été sé­lec­tion­nés avec soin, comme ce livre of­fi­ciel de l’ar­mée ca­na­dienne re­la­tant la der­nière ba­taille de ce qui de­vait être la der­nière guerre, soit l’of­fen­sive Meuse-Ar­gonne.

« C’est vrai­ment un ob­jet par­ti­cu­lier parce que sa cou­ver­ture est faite d’une toile de ca­mou­flage qui re­cou­vrait un avion al­le­mand. Il n’en existe que 18 exem­plaires, dont la plu­part ont été don­nés à des membres de la royau­té bri­tan­nique », sou­ligne l’his­to­rien.

L’exem­plaire ex­po­sé a été lé­gué à la so­cié­té his­to­rique au même mo­ment que d’autres ob­jets ayant ap­par­te­nu au bri­ga­dier gé­né­ral Den­nis C. Dra­per, le Bro­mois le plus dé­co­ré de la guerre.

Le cen­te­naire de la si­gna­ture de l’Ar­mis­tice est éga­le­ment l’oc­ca­sion d’ex­plo­rer l’his­toire mi­li­taire ré­gio­nale, qui a peu été do­cu­men­tée jus­qu’à pré­sent. Se­lon le spé­cia­liste Je­re­my Reeves, une soixan­taine d’ha­bi­tants du com­té au­raient fait face aux troupes de Guillaume II.

« C’est dif­fi­cile à dé­ter­mi­ner avec exac­ti­tude puis­qu’il y a des gens qui se sont en­ga­gés ici, mais qui étaient nés en Grande-Bre­tagne », ex­plique-t-il.

Quelques lettres tou­chantes de ces mi­li­taires se re­trouvent dans l’ex­po­si­tion.

« Le cour­rier était une fa­çon pour eux de s’échap­per du quo­ti­dien et de conti­nuer à faire par­tie de leur com­mu­nau­té. Ils ques­tion­naient leurs proches sur le temps qu’il fai­sait ici, sur la pêche ou le Brome Fair », pré­cise Je­re­my Reeves.

LA POINTE DE L’ICEBERG

Le che­min de la paix est en fait un des quatre vo­lets que la So­cié­té his­to­rique consacre à la cé­lé­bra­tion du cen­te­naire de l’Ar­mis­tice. Grâce aux sub­ven­tions de plu­sieurs par­te­naires lo­caux, le mu­sée du com­té de Brome a pu in­ven­to­rier pour une pre­mière fois les cen­taines d’ar­ticles qui com­posent sa col­lec­tion. L’équipe a éga­le­ment mis sur pied une tour­née dans les écoles de la ré­gion, per­met­tant ain­si à 350 élèves d’as­sis­ter à une confé­rence sur la Grande Guerre. Une somme a éga­le­ment été ré­ser­vée pour la créa­tion d’un site web.

L’ex­po­si­tion Le che­min de la paix se­ra pré­sen­tée au mu­sée du com­té de Brome jus­qu’au 3 mars. Je­re­my Reeves glisse qu’il se­ra pré­sent en se­maine ain­si que deux sa­me­dis par mois et qu’il se­ra « très heu­reux de ré­pondre aux ques­tions des ama­teurs d’his­toire ».

— P⋆OTO C⋆RISTOP⋆E BOISSEAU

L’ex­po­si­tion Le che­min de la paix se concentre sur les der­niers mois de la Grande Guerre, ex­plique l’his­to­rien Je­re­my Reeves.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.