À la ren­contre des ar­ti­sans d’ici

La Voix de l'Est - - ACTUALITÉS - ROXANNE CARON roxanne.caron@la­voix­de­lest.ca

BROMONT — On blâme sou­vent le monde vir­tuel de sa­per les re­la­tions hu­maines. Pour le groupe Et­sy Can­tons-de-l’Est, il n’en est rien. Le pre­mier Mar­ché créa­tif de Noël, qui au­ra lieu ce week-end, est une oc­ca­sion pour les ar­ti­sans des Can­tons-de-l’Est qui vendent leurs créa­tions sur la bou­tique en ligne Et­sy d’al­ler à la ren­contre de leurs clients ac­tuels et fu­turs.

« L’idée der­rière les mar­chés, c’est de ras­sem­bler le plus d’ar­ti­sans pos­sible pour que le pu­blic puisse ve­nir nous voir en per­sonne. C’est tou­jours plai­sant de pou­voir tou­cher, voir et sen­tir nos pro­duits », a ex­pli­qué Ve­ra Stroe­bele-Trudeau, la ca­pi­taine de la di­vi­sion des Can­tons-de-l’Est.

Cette der­nière a lan­cé, en no­vembre 2016, une page Fa­ce­book où les ar­ti­sans du coin peuvent échan­ger entre eux et faire connaître leur en­tre­prise. L’im­pact n’a pas tar­dé à se faire sen­tir. Au­jourd’hui, plus de 2700 per­sonnes sont abon­nées à la page.

« [Les ar­ti­sans qui vendent sur Es­ty sont] tous un peu épar­pillés dans la ré­gion et je vou­lais créer un sys­tème où il y a de l’aide pour eux », a men­tion­né celle qui est de­ve­nue une pro­fes­sion­nelle des ventes sur Et­sy avec sa com­pa­gnie de bi­joux faits main, BVSJ.

Son équipe, qui compte pour l’ins­tant 220 créa­teurs, a vo­té pour la te­nue d’un mar­ché de Noël cette an­née. « On n’a pas fait de mar­ché cet au­tomne. C’est tel­le­ment d’ou­vrage or­ga­ni­ser un mar­ché que je ne pou­vais pas faire les deux. Ça fait dé­jà cinq mois que j’or­ga­nise ce­lui-ci et je mets toute mon éner­gie là-de­dans », re­lève Mme Stroe­bele-Trudeau.

Sur place, on pour­ra évi­dem­ment se pro­cu­rer des ar­ticles ori­gi­naux de Noël. Il y au­ra aus­si « des idées­ca­deaux, comme des chan­delles, des tasses, des sa­coches, des bi­joux qui sortent de l’or­di­naire », énu­mère l’or­ga­ni­sa­trice.

Fait in­té­res­sant : les ar­ti­sans confec­tionnent leurs pro­duits de A à Z. « Même pour les em­bal­lages, on se force pour avoir des boîtes de com­pa­gnies qué­bé­coises. C’est vrai­ment im­por­tant pour nous », es­time Mme Stroe­bele-Trudeau.

CONTACT HUMAIN

Bien que la vente de leurs pro­duits s’ef­fec­tue en­tiè­re­ment sur le web, les ar­ti­sans sont heu­reux de ren­con­trer en per­sonne leurs clients.

« Sou­vent on est tout seuls dans nos ate­liers, donc ça fait du bien de voir des gens », sou­tient Mme Stroe­bele-Trudeau.

Les sug­ges­tions des vi­si­teurs qui prennent part au mar­ché sont d’ailleurs les bien­ve­nues. « Ça nous aide à créer en­core plus, on change nos mo­dèles et on s’ajuste aux [be­soins des] clients », lance-t-elle.

Sor­tir du monde vir­tuel aide, entre autres, a at­ti­ré une clien­tèle qui n’achète pas né­ces­sai­re­ment sur la pla­te­forme en ligne Et­sy. « 50 % des gens qu’on at­tire ne connaissent vrai­ment pas Et­sy et ils viennent voir. L’autre 50 % c’est les gens qui achètent en ligne et qui veulent ve­nir voir les nou­veau­tés et ve­nir ja­ser avec nous », ex­plique la joaillière.

SÉLECTION

Par­mi l’équipe, une cin­quante d’ex­po­sants a été sé­lec­tion­née à l’aide de cri­tères pré­cis.

« Si j’ai deux per­sonnes qui m’en­voient leur can­di­da­ture et que les deux font des chan­delles, je vais al­ler exa­mi­ner leur bou­tique Et­sy », ex­plique Mme Stroe­bele-Trudeau.

La bou­tique en ques­tion doit ré­pondre à une pa­no­plie de cri­tères pour ob­te­nir sa place au Mar­ché créa­tif de Noël : est-ce que l’ar­tiste prend sa bou­tique au sé­rieux ? Est-ce que sa bou­tique contient seule­ment quelques ar­ticles ou une gamme de pro­duits ? L’ar­tiste a-t-il une belle pré­sence en ligne ? A-t-il un lo­go ? « On exa­mine chaque fa­cette de l’en­tre­prise », sou­tient la ca­pi­taine d’Et­sy Can­tons-de l’Est qui prend cette tâche très au sé­rieux.

Lors de la te­nue des trois mar­chés — Salon prin­temps 2017, Mar­ché fait au Qué­bec et le Salon de la fête des Mères —, en­vi­ron 50 % des ar­ti­sans n’avaient ja­mais par­ti­ci­pé à un mar­ché avant. « J’es­saie de don­ner une chance à de nou­veaux ar­ti­sans », jus­ti­fie Mme Stroe­bele-Trudeau.

UNE GRANDE COM­MU­NAU­TÉ

Ve­ra Stroe­bele-Trudeau vend ses bi­joux sur Et­sy de­puis jan­vier 2017. En étant la ca­pi­taine de la ré­gion, elle a l’oc­ca­sion d’al­ler ren­con­trer la gé­rance d’Et­sy. « Chaque an­née, on se ren­contre à To­ron­to. On est 43 ca­pi­taines à tra­vers le Ca­na­da. On se ren­contre tous et on s’échange des idées sur les meilleures fa­çons de vendre sur la bou­tique », ex­plique-t-elle.

Vé­ri­table phé­no­mène in­ter­na­tio­nal, Et­sy gagne en po­pu­la­ri­té au­près des ar­tistes. « De deux à trois ar­ti­sans par se­maine s’ajoutent à mon groupe », re­lève Mme Stroe­bele-Trudeau.

« C’est le fun pour les ar­ti­sans parce que si on avait notre propre site in­ter­net on n’au­rait pas au­tant de gens [qui nous connaissent]. Et­sy amène de la vi­si­bi­li­té et des clients po­ten­tiels qui sont à tra­vers le monde », pour­suit-elle.

Fon­dé en 2005 à New York, Et­sy est une pla­te­forme mon­diale de com­merce en ligne où on ne trouve que des ar­ticles faits à la main.

Le mo­dèle éco­no­mique d’Et­sy per­met aux créa­teurs et aux col­lec­tion­neurs de faire des af­faires à leur rythme. La bou­tique at­ti­re­rait 1,8 mil­lion de ven­deurs et 29 mil­lions d’ache­teurs à tra­vers la pla­nète.

— P⋆OTO ARC⋆IVES LA VOIX DE L’EST

Ve­ra Stroe­bele-Trudeau est l’ar­tiste à l’ori­gine du pre­mier Mar­ché créa­tif de Noël.

— IMAGE 123RF

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.