Des pré­ju­gés à abattre

La Voix de l'Est - - ZONE UNE FORÊT À CONNAZÎOTNRE - JOHANNE FOURNIER (COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE)

MATANE — Trop de gens croient à tort que «tout ce que veulent les chas­seurs et les pê­cheurs, c’est plus de gi­bier, plus de pois­son et au diable le reste, dé­plore Mi­chel Ba­ril de la Fé­dé­ra­tion des chas­seurs et pê­cheurs du Qué­bec. De com­prendre l’éco­lo­gie, c’est as­sez in­né chez la plu­part des chas­seurs et pê­cheurs.»

Pour le bio­lo­giste, c’est une évi­dence pour un chas­seur ou un pê­cheur de sa­voir qu’il est tout à son avan­tage de comp­ter sur un en­vi­ron­ne­ment et un mi­lieu na­tu­rel en san­té. Dans ses ou­tils de com­mu­ni­ca­tions, l’or­ga­nisme dresse d’ailleurs des por­traits fau­niques sur dif­fé­rentes es­pèces comme le lynx, le lièvre ou même l’opos­sum. «C’est seule­ment pour faire de l’édu­ca­tion et de la sen­si­bi­li­sa­tion au­près des ci­toyens», in­dique M. Ba­ril.

La connais­sance de l’éco­lo­gie est un avan­tage pour les chas­seurs et les pê­cheurs. «Un chas­seur ou un pê­cheur qui a des no­tions d’éco­lo­gie va avoir plus de fa­ci­li­té à ré­col­ter, sou­tient le porte-pa­role de la Fé­dé­ra­tion. Il com­prend très bien que s’il veut conti­nuer à chas­ser ou à pê­cher, il doit res­pec­ter les mi­lieux na­tu­rels et que ceux-ci doivent être en san­té. Il faut donc faire at­ten­tion dans les at­taques contre les chas­seurs. Ils sont res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment et de leur gi­bier. Ils savent très bien que s’ils exa­gèrent, ils vont perdre tout le ca­pi­tal dont ils ont be­soin!»

Mi­chel Ba­ril donne comme exemple les chas­seurs qui se rendent à l’île d’An­ti­cos­ti pour ob­ser­ver les cerfs de Vir­gi­nie sans né­ces­sai­re­ment en tuer. «Au Qué­bec, on a une très belle nature, es­time le bio­lo­giste. On est choyés! On a des belles fo­rêts, on a des res­sources fau­niques. C’est un beau pa­tri­moine. Les chas­seurs et pê­cheurs s’en rendent compte. Ils le res­pectent beau­coup. Il ne faut pas nier que la chasse et la pêche font par­tie de notre pa­tri­moine. Ça nous re­pré­sente comme Qué­bé­cois. Il y a une grosse part de notre his­toire qui est liée à ça.»

De plus, M. Ba­ril sou­ligne que les chas­seurs sont der­rière plu­sieurs ini­tia­tives vi­sant à pro­té­ger la fo­rêt et sa faune, par exemple l’or­ga­nisme Ca­nards illi­mi­tés, qui oeuvre à la gran­deur de l’Amérique. «Les in­ves­tis­se­ments to­taux de Ca­nards illi­mi­tés, de­puis une di­zaine d’an­nées, ça re­pré­sente plu­sieurs cen­taines de mil­lions $. Les fonds de Ca­nards illi­mi­tés sont four­nis par des chas­seurs. L’idée en ar­rière de ça, c’est de pro­té­ger la bio­di­ver­si­té et l’en­vi­ron­ne­ment.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.