Martin La­casse bri­gue­ra la mai­rie de Saint-charles

Il af­fron­te­ra Do­mi­nic Roy

La Voix du Sud - - CERCLE DE FERMIÈRES : DÉCÈS DE YOLANDE FRADETTE-LA - SERGE LA­MON­TAGNE re­dac­tion_­la­cet­che­min@tc.tc

MU­NI­CI­PAL. Conseiller mu­ni­ci­pal de­puis 12 ans, Martin La­casse bri­gue­ra la mai­rie de Saint-charles. Il af­fron­te­ra Do­mi­nic Roy qui oc­cupe ce siège de­puis 2013.

Le prin­ci­pal in­té­res­sé a fait part de ses in­ten­tions lors d’une as­sem­blée pour le moins hou­leuse qui s’est te­nue le mer­cre­di 23 août der­nier. Près de 80 per­sonnes étaient pré­sentes à cette as­sem­blée et ont ap­plau­di le prin­ci­pal in­té­res­sé lors de son an­nonce.

Celles-ci ont aus­si pro­fi­té de la pé­riode de ques­tions pour dé­non­cer l’at­ti­tude de ce der­nier qui, ont-ils ré­pé­té à plu­sieurs re­prises, ne ré­pond pas à leurs ques­tions sur plu­sieurs dos­siers épi­neux. Cer­tains ci­toyens sont al­lés plus loin, qua­li­fiant de dic­ta­ture sa fa­çon de gé­rer les as­sem­blées et de me­ner les af­faires de la mu­ni­ci­pa­li­té.

Membre du con­seil mu­ni­ci­pal, Fran­çois Au­det a an­non­cé qu’il sou­te­nait la can­di­da­ture du conseiller La­casse. Il a éga­le­ment pro­fi­té de l’as­sem­blée du 23 août pour lire, de­vant les ci­toyens pré­sents, une lettre dans la­quelle il a si­gni­fié sa dé­cep­tion en­vers le com­por­te­ment de M. Roy qui, lors d’une as­sem­blée te­nue le 30 juillet, lui au­rait re­ti­ré son droit de pa­role au dé­but de la pé­riode de ques­tions.

M. Au­det sou­hai­tait, se­lon ses dires, faire bais­ser la ten­sion qui ré­gnait à ce mo­ment en of­frant de ré­pondre à cer­taines in­ter­ro­ga­tions du pu­blic qui était, se­lon lui, in­sa­tis­fait de cer­taines ré­ponses four­nies par M. Roy. Le conseiller, qui est en poste de­puis huit ans, ajoute que le maire n’avait ni le pou­voir ni le droit de prendre cette dé­ci­sion qui, a-t-il ajou­té, était une pre­mière dans les an­nales de la mu­ni­ci­pa­li­té.

RA­ME­NER L’HAR­MO­NIE À SAINT-CHARLES

Martin La­casse sou­ligne que s’il est élu le 5 no­vembre pro­chain, il en­ten­dait ra­me­ner l’har­mo­nie et sur­tout la chi­mie qui, dit-il, ont dis­pa­ru de­puis quatre ans entre le con­seil, les pom­piers et les em­ployés mu­ni­ci­paux.

Il ajoute que la dé­ci­sion du maire Do­mi­nic Roy d’en­le­ver le droit pa­role au conseiller Fran­çois Au­det était l’évé­ne­ment qui l’avait convain­cu d’al­ler de l’avant et confir­mer sa can­di­da­ture. « J’y pen­sais de­puis un cer­tain temps. Je n’aime pas que les ci­toyens n’ob­tiennent pas les ré­ponses aux­quelles ils ont droit. Le maire leur ré­pond de fa­çon ar­ro­gante et ce n’est cer­tai­ne­ment pas comme ce­la qu’on fait les choses. S’il y a quelque chose qui ne fait pas son af­faire, M. Roy re­fuse de ré­pondre aux ques­tions et met un terme à la pé­riode de ques­tions, comme il l’a fait le 23 août. Ça ne fait qu’at­ti­ser les ten­sions», pré­cise M. La­casse qui ajoute que du temps des maires Martin La­pierre, Charles-eu­gène Blan­chet et Pierre Du­gal, ces si­tua­tions n’ar­ri­vaient pas puisque les élus pre­naient le temps né­ces­saire pour vi­der chaque dos­sier ou ques­tion.

Les re­la­tions entre le con­seil mu­ni­ci­pal et les pom­piers ne sont pas au beau fixe de­puis l’ar­ri­vée de M. Roy à la mai­rie et à cet égard, il rap­pelle que les pom­piers jouent un rôle im­por­tant à Saint-charles. «Ceux-ci fai­saient beau­coup de bé­né­vo­lat, mais ont ces­sé d’en faire de­puis quatre ans», si­gnale-t-il.

Pre­nant écho sur les pro­pos de plu­sieurs pré­sentes à la ren­contre du 23 août, Martin La­casse a dit s’in­ter­ro­ger sur la po­si­tion du maire qui, à ses dires, a pris plu­sieurs membres de la fa­mille La­brie en grippe, que ce soit son op­po­sant à la mai­rie en 2013, Mi­chel La­brie, le di­rec­teur du ser­vice in­cen­die, Ray­nald La­brie, ou en­core le di­rec­teur des tra­vaux pu­blics, Gilles La­brie, qui a été congé­dié pour quelques épi­sodes de double fac­tu­ra­tion alors qu’il in­ter­ve­nait sur les lieux d’un in­cen­die à titre de pom­pier vo­lon­taire, tout en étant payé comme of­fi­cier mu­ni­ci­pal. Cette si­tua­tion a coû­té 80000$ à la mu­ni­ci­pa­li­té qui au­rait pu, se­lon lui, s’en ti­rer pour 400 $. Le maire Roy ré­plique

In­vi­té à com­men­ter le dé­rou­le­ment de la ren­contre et la dé­ci­sion de Martin La­casse de bri­guer la mai­rie, le maire Do­mi­nic Roy dit ne pas avoir ap­pré­cié, outre me­sure, cette nou­velle dé­mons­tra­tion hos­tile à son égard, bien que celle-ci ne l’ait pas sur­pris. Il dit n’avoir rien contre le fait que Martin La­casse se pré­sente à la mai­rie, ajou­tant qu’il s’agit d’un geste dé­mo­cra­tique. «Tout ce­la a com­men­cé avec le congé­die­ment de Gilles La­brie qui était di­rec­teur des tra­vaux pu­blics et pom­pier vo­lon­taire. Il a eu des aver­tis­se­ments, mais en a fait à sa tête. On ne l’a ja­mais rem­pla­cé et le tra­vail se fait pa­reil. Tous nos em­ployés ma­nuels ont été ren­con­trés au dé­part et ils connais­saient notre orien­ta­tion», si­gnale le maire.

En ré­ponse à d’autres cri­tiques qui lui ont été adres­sées le même soir, il a men­tion­né qu’il n’avait rien contre les membres de la fa­mille La­brie. « J’ai une ligne de conduite et je l’ai tou­jours main­te­nue pour tout le monde, que ce soit pour mon frère ou n’im­porte qui.»

Quant à la sor­tie du conseiller Fran­çois Au­det, il a sou­li­gné que lors de la ren­contre du 30 juillet, il avait de­man­dé à chaque conseiller s’ils avaient de quoi à dire avant la pé­riode de ques­tions. Après un épi­sode de si­lence, la vo­lon­té de M. Au­det d’in­ter­ve­nir au dé­but de la pé­riode de ques­tions n’était pas la bien­ve­nue, d’où sa dé­ci­sion. « S’il avait at­ten­du que la dis­cus­sion soit en­ta­mée, il au­rait été plus fa­cile pour lui d’in­ter­ve­nir et je l’au­rais per­mis, même si je ne sa­vais pas ce qu’il sou­hai­tait dire», s’est-il jus­ti­fié. En ce qui a trait aux élec­tions qui ap­prochent, M. Roy a dit vou­loir me­ner une «cam­pagne propre» et d’idées comme celle de 2013, de la­quelle 14 de ses 15 prio­ri­tés au­raient été réa­li­sées.

(Pho­to TC Me­dia – Serge La­mon­tagne)

Le maire Do­mi­nic Roy a es­suyé bien des cri­tiques lors de la ren­contre du 23 août.

Serge La­mon­tagne) (Pho­to TC Me­dia –

Martin La­casse se­ra can­di­dat à la mai­rie de Saint-charles, cet au­tomne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.