Une mère étu­diante pu­blie un pre­mier ro­man en France et au Qué­bec

La Voix du Sud - - CERCLE DE FERMIÈRES : DÉCÈS DE YOLANDE FRADETTE-LA - FRÉ­DÉ­RIC DES­JAR­DINS fre­de­ric.des­jar­dins@tc.tc

CULTURE. In­ti­tu­lé «Un don du coeur», le pre­mier ro­man d’alexan­dra Four­nier est dis­po­nible en France de­puis la mi-juillet. Les li­brai­ries qué­bé­coises le met­tront en vente dès la mi-sep­tembre.

Cette femme de 25 ans pos­sède un par­cours peu com­mun. Elle a trou­vé le temps d’écrire son ro­man alors qu’elle est mère de trois en­fants de moins de quatre ans, tout en étant étu­diante en Créa­tion et médias au Cé­gep Beauce-ap­pa­laches. Elle est éga­le­ment re­pré­sen­tante en dé­ve­lop­pe­ment des af­faires à rai­son de 25 heures par se­maine.

Alexan­dra Four­nier s’est ins­pi­rée d’évé­ne­ments sur­ve­nus dans sa propre vie ou celle de ses propres pour don­ner vie à So­fia. Sa­chant qu’elle mour­ra bien­tôt, cette femme dresse un bi­lan sans filtre de sa vie dans une lettre des­ti­née à Élé­na, une en­fant ma­lade en at­tente d’un mi­racle qu’elle a croi­sée dans un hô­pi­tal. Élé­na re­ce­vra la lettre de So­fia, un vé­ri­table don du coeur.

«J’ai eu des en­nuis de san­té qui ont bou­le­ver­sé ma vie. Je me suis plon­gée dans l’écri­ture en me rap­pe­lant que ce n’est pas tout le monde qui a cette chance. Je me suis de­man­dé comment ré­agir face à la mort. Don­ner vie à So­fia a été li­bé­ra­teur pour moi», ex­plique l’au­teure de Saint-ca­mille ré­si­dant main­te­nant à Saint-martin.

Le ro­man aborde le thème de la mort avec un mes­sage d’es­poir. «Il n’est pas seule­ment ques­tion de la mort de So­fia, mais des beaux et moins beaux mo­ments de sa vie et de celle de ses proches. J’es­père que les lec­teurs ap­pré­cie­ront l’his­toire, mais je sou­haite aus­si qu’elle sus­cite une ré­flexion sur des thèmes comme la fa­mille, l’ami­tié, l’amour, les épreuves, les choses es­sen­tielles de la vie et les fu­ti­li­tés aux­quelles on ac­corde trop d’im­por­tance», d’ajou­ter Alexan­dra Four­nier.

Cette der­nière a dé­jà en tête une idée pour la suite du ro­man. « Il me reste à trou­ver le temps pour le faire. Je pense que j’ai quelques nuits blanches en pers­pec­tives, puisque l’ins­pi­ra­tion me vient à des mo­ments étranges. J’ai tou­jours un car­net sur ma table de nuit et je dois sou­vent m’ar­rê­ter en voi­ture lorsque des idées me viennent », avoue-t-elle.

PAR­COURS INS­PI­RANT

Alexan­dra Four­nier a ces­sé ses études en Sciences de la na­ture en 2009 à cause de la ma­la­die. De­vant re­non­cer à son rêve de de­ve­nir mé­de­cin, on lui a fait com­prendre que si elle dé­si­rait avoir des en­fants, elle de­vait le faire ra­pi­de­ment.

Avec deux jeunes en­fants à la mai­son et un autre dans son ventre, Alexan­dra a re­pris les études en Créa­tion et médias, un pro­gramme où elle met en va­leur sa pas­sion pour l’écri­ture. Elle a conser­vé des notes de 95% et plus dans cha­cun de ses cours à la ses­sion d’hi­ver.

Alexan­dra éla­bore pré­sen­te­ment un blogue lit­té­raire qu’on peut consul­ter à aux­li­gnes­du­temps.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.