Les re­li­gieuses quit­te­ront-elles Saint-da­mien?

La Voix du Sud - - LA UNE - ÉRIC GOURDE re­dac­tion_­la­cet­che­min@tc.tc

SAINT-DA­MIEN. La Con­gré­ga­tion des Soeurs de Notre-dame du Per­pé­tuel Se­cours (NDPS) a dé­bu­té, en mars der­nier, un pro­ces­sus de ré­flexion por­tant sur l’ave­nir de la com­mu­nau­té re­li­gieuse à Saint-da­mien.

Sans par­ler d’un dé­mé­na­ge­ment à tout prix, la con­gré­ga­tion es­time que de de­meu­rer pro­prié­taire des lieux, en as­su­rer le main­tien et gé­rer le per­son­nel est de­ve­nu une tâche trop lourde à por­ter in­dique Soeur Ma­de­leine Fil­lion, Su­pé­rieure gé­né­rale de la Con­gré­ga­tion. «On est en étude. Lorsque les conver­sa­tions ont dé­bu­té, nous avons dit au gens de ne pas s’in­quié­ter, que ce­la né­ces­si­te­rait au moins trois ans. C’est long et c’est bien­tôt en même temps. Qu’on dé­mé­nage est une pos­si­bi­li­té, qu’on reste aus­si. On sait ce­pen­dant que le sta­tu quo n’est plus pos­sible.» Le sta­tu quo est im­pos­sible, mais nous se­rons trans­pa­rentes pour la suite.

Soeur Ma­de­leine Fil­lion

En plus des tâches à ac­com­plir, la Con­gré­ga­tion a peu de re­ve­nus, ceux-ci se ré­su­mant aux pen­sions des re­li­gieuses, ajoute Soeur Mo­nique Cha­bot, Éco­nome gé­né­rale de la con­gré­ga­tion. «Notre po­si­tion est d’être trans­pa­rentes. On in­forme les re­li­gieuses et les em­ployés au fur et à me­sure qu’il y a une avan­cée», in­diquent les deux di­ri­geantes.

C’est vé­ri­ta­ble­ment en mars der­nier que la ré­flexion s’est amor­cée in­dique Soeur Fil­lion qui ajoute que les re­li­gieuses consultent dif­fé­rentes sources dans leurs dé­marches. «Ça fait 125 ans qu’on est ici. Une chose est cer­taine, nous vieillis­sons et le temps qu’il nous reste ici n’est pas long, même si nous ne dé­mé­na­geons pas. Notre moyenne d’âge est de 83 ans. La plus jeune a 56 ans et la plus vieille, 106 ans. Nous ne se­rons pas en­core vingt ans ac­tives ici à Saint-da­mien, c’est évident. »

Soeur Fil­lion ajoute que la trans­pa­rence se­ra né­ces­saire à l’évo­lu­tion des choses, sur­tout qu’une éven­tuelle dé­ci­sion au­ra un im­pact in­évi­table sur la com­mu­nau­té de Saint-da­mien. «Les em­ployés s’at­ten­daient à quelque chose éven­tuel­le­ment. L’en­semble de notre mes­sage a sem­blé en ras­su­rer plu­sieurs, car nous avons été trans­pa­rentes. Lors­qu’il y au­ra des échéan­ciers pré­cis, tout notre per­son­nel sait qu’ils se­ront pré­sen­tés. Ce­la n’ar­ri­ve­ra pas comme un coup de ton­nerre qui sur­pren­dra tout le monde.»

SAINT-DA­MIEN AU COEUR DES RÉ­FLEXIONS

Soeur Ma­de­leine Fil­lion in­dique avoir ra­pi­de­ment pris contact avec les au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales afin qu’elles soient au fait de la dé­marche. La con­gré­ga­tion a non seule­ment une his­toire, mais une pré­sence vi­sible au coeur de la com­mu­nau­té. «Nous avons in­for­mé les au­to­ri­tés lo­cales, car il y a les re­li­gieuses et les bâ­ti­ments. En vieillis­sant, il faut trou­ver une nou­velle vo­ca­tion à ces bâ­ti­ments. Nous n’oc­cu­pons plus tous les es­paces. Nous avons be­soin de re­gar­der tout ça avec les gens du mi­lieu pour voir quels sont les be­soins de la col­lec­ti­vi­té dans une pers­pec­tive d’ave­nir, un peu comme nous l’avons fait pour le Col­lège.»

Soeur Cha­bot confirme que la com­mu­nau­té re­li­gieuse en­tend adop­ter une at­ti­tude d’ou­ver­ture. «On ne veut pas se van­ter, mais nous avons fait vivre plu­sieurs fa­milles à Saint-da­mien à tra­vers les an­nées alors oui, on connait l’im­por­tance que ce­la re­pré­sente pour les gens d’ici. »

« Comme in­di­vi­dus, nous al­lons par­tir un jour, sauf que l’on sou­haite aus­si as­su­rer une pé­ren­ni­té à tout ce­la. Comme ins­ti­tu­tion, la fin n’est pas pour de­main, car nous avons une re­lève ailleurs dans le monde. Saint-da­mien de­meu­re­ra tou­jours le ber­ceau de la con­gré­ga­tion et c’est im­por­tant », ajoute Soeur Fil­lion.

Les re­li­gieuses ont tou­jours été gé­né­reuses au­près de la com­mu­nau­té de Saint-da­mien. Après maintes im­pli­ca­tions dans le pas­sé, dont celle de dé­frayer une par­tie de l’achat d’un ca­mion pour le ser­vice in­cen­die de la lo­ca­li­té, elles se sont éga­le­ment im­pli­quées dans la cam­pagne de fi­nan­ce­ment de la Coo­pé­ra­tive de san­té des Monts de Bel­le­chasse. «On est nés en­semble, donc on s’en­traide. On a tou­jours pré­fé­ré sou­te­nir des oeuvres du mi­lieu. C’est ici que sont nos ra­cines.»

La Con­gré­ga­tion des Soeurs de Notre-dame du Per­pé­tuel Se­cours (NDPS) compte 332 re­li­gieuses dans 9 pays à tra­vers le monde. À Saint-da­mien de­puis 1892, elle compte 110 em­ployés sur trois quarts de tra­vail pour ses 188 re­li­gieuses, dont la grande ma­jo­ri­té de­meure à Saint-da­mien. Le pa­tri­moine de la con­gré­ga­tion est im­po­sant et quelques bâ­ti­ments sont ci­tés pa­tri­mo­niaux. Par­mi ceux-ci, pen­sons à la cha­pelle Sainte-anne, à la mai­son-mère et la mai­son-sou­ve­nir.

(Pho­to TC Me­dia – Éric Gourde)

Soeur Ma­de­leine Fil­lion, Su­pé­rieure gé­né­rale de la Con­gré­ga­tion NDPS et Soeur Mo­nique Cha­bot, Éco­nome gé­né­rale, ont in­sis­té sur la trans­pa­rence que l’or­ga­ni­sa­tion en­tend af­fi­cher dans ses dé­marches.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.