L’arche le prin­temps: une illus­tra­tion de la co­opé­ra­tion

La Voix du Sud - - LA UNE - ÉRIC GOURDE re­dac­tion_­la­cet­che­min@tc.tc

SAINT-MA­LA­CHIE. Quatre or­ga­ni­sa­tions bel­le­chas­soises se sont ré­cem­ment réunies, le temps de quelques heures, dans le but de pro­mou­voir la co­opé­ra­tion et mettre en va­leur la mis­sion d’un or­ga­nisme de la ré­gion.

Des di­ri­geants du Ma­ga­sin COOP-IGA de Saint-an­selme, des caisses Des­jar­dins de Bel­le­chasse et d’ex­cel­dor de Saint-an­selme se sont dé­pla­cés dans les lo­caux de l’arche le prin­temps à Saint-ma­la­chie. Ceux-ci ont été té­moins de l’im­por­tante contri­bu­tion de l’or­ga­nisme au bien-être des per­sonnes at­teintes de dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle.

«La co­opé­ra­tion, pour un monde meilleur» étant le thème de la Se­maine de la co­opé­ra­tion cette an­née, l’iden­ti­té de l’arche cor­res­pon­dait bien à celle des co­opé­ra­tives en gé­né­ral es­time l’ini­tia­teur de l’ac­ti­vi­té et di­rec­teur du ma­ga­sin COOP-IGA de Saint-an­selme, Jean-fran­çois Car­rier. Ce­lui-ci croit même que l’ini­tia­tive pour­rait de­ve­nir ré­cur­rente.

«On cher­chait une fa­çon de pro­mou­voir notre vi­ta­li­té co­opé­ra­tive et mon­trer qu’elles sont bien vi­vantes dans leur mi­lieu. On voit sou­vent les co­opé­ra­tives comme des en­tre­prises, mais leur vo­ca­tion pre­mière est de s’im­pli­quer dans leur mi­lieu. Nous sommes quelques-unes à Saint-an­selme et avons pen­sé que l’arche était un bon exemple à mettre en va­leur. On en en­tend par­ler, mais on la connait peu. »

La pré­si­dente du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’or­ga­ni­sa­tion, France Thé­berge, s’est dite re­con­nais­sante de la dé­marche. « S’il n’y avait pas de co­opé­ra­tion dans l’arche, nous n’exis­te­rions pas. L’arche de Saint-ma­la­chie est la pre­mière de tout le groupe et il y en a 139 main­te­nant à tra­vers le monde. C’est rare que des gens viennent à l’ate­lier voir com­ment ça se passe. C’est sti­mu­lant pour tout le monde. »

RÉ­PIT ET PLA­TEAU DE TRA­VAIL

Les bé­né­fi­ciaires de l’arche ont un ate­lier qui leur per­met de faire quelques me­nus tra­vaux et ain­si dé­ve­lop­per des ha­bi­le­tés avant, dans cer­tains cas, de pou­voir in­té­grer le mar­ché du tra­vail, mal­gré leur han­di­cap. Si­gna­li­sa­tion pour les clubs de VTT et de mo­to­neige, tra­vaux ma­nuels pour quelques en­tre­prises de la ré­gion en font par­tie. L’or­ga­nisme ré­flé­chit à la pos­si­bi­li­té de dé­ve­lop­per da­van­tage cet as­pect pour al­ler cher­cher une par­tie de son fi­nan­ce­ment.

Avec près d’une ving­taine de bé­né­fi­ciaires qui oeuvrent ré­gu­liè­re­ment à l’ate­lier, il est de plus en plus évident pour l’or­ga­ni­sa­tion qu’elle de­vra cher­cher une so­lu­tion et se don­ner da­van­tage d’es­pace si elle sou­haite bo­ni­fier ses ser­vices et son pla­teau de tra­vail, sug­gère Mme Thé­berge. « Il n’y a pas de but lu­cra­tif à notre ac­tion et c’est peut-être ce qui nous rend plus hu­mains. Il y a tou­te­fois cer­tains de nos clients qui pour­raient être en ap­par­te­ment su­per­vi­sé, sauf que l’on a be­soin d’un lieu physique. On com­mence aus­si à pen­ser élar­gir nos cadres à l’en­semble de la ré­gion Chau­dière-ap­pa­laches, car la de­mande est là. Des per­sonnes gardent les membres de leur fa­mille le plus long­temps pos­sible à la mai­son, mais il y a tou­te­fois une li­mite à cette pos­si­bi­li­té. »

L’idée d’éven­tuel­le­ment dé­ve­lop­per une res­source de ré­pit dé­diée à ces per­sonnes est dé­jà sur la table. «Ce­la de­vien­drait une porte d’en­trée pour nous faire connaitre. C’est une belle in­té­gra­tion gra­duelle. Il faut pen­ser di­ver­si­fier nos ser­vices pour qu’ils de­viennent da­van­tage in­té­grés dans la com­mu­nau­té. Les de­mandes d’aide que l’on re­çoit nous par­viennent tou­jours à la der­nière mi­nute et on ne peut ré­pondre po­si­ti­ve­ment chaque fois pour l’ins­tant. »

L’or­ga­nisme s’af­faire ain­si à pré­pa­rer un plan quin­quen­nal qui de­vrait per­mettre de ci­bler da­van­tage ses be­soins et ses in­ten­tions fu­turs. « On a be­soin d’es­pace et un peu d’aide aus­si. Par exemple, si nous avions une per­sonne ha­bile en in­for­ma­tique pour nous ai­der à pro­mou­voir les pro­duits fa­bri­qués par nos clients et nous faire connaitre da­van­tage, ce se­rait aus­si un gros plus. Le bâ­ti­ment qui abrite notre ate­lier peut-il être agran­di? Est-il adé­quat ? Se­rait-il pré­fé­rable de se lo­ger ailleurs ? On se doit de le sa­voir et nous cher­che­rons des ré­ponses bien­tôt », in­dique Mme Thé­berge en ter­mi­nant.

(Pho­to TC Me­dia – Éric Gourde)

Les bé­né­fi­ciaires de l’arche ont sem­blé ap­pré­cier le mo­ment pas­sé en com­pa­gnie des di­ri­geants des trois or­ga­ni­sa­tions co­opé­ra­tives pré­sentes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.