Mas­sif du Sud: Alain Con­tant sou­lève plu­sieurs ques­tions

La Voix du Sud - - ACTUALITÉS - ÉRIC GOURDE re­dac­tion_­la­cet­che­min@tc.tc

AF­FAIRES. Mal­gré le ver­se­ment d’une bonne par­tie des taxes mu­ni­ci­pales dues à la mu­ni­ci­pa­li­té de Saint-phi­lé­mon par la Sta­tion tou­ris­tique Mas­sif du Sud, le bras de fer entre les deux en­ti­tés semble vou­loir se pour­suivre.

Dans un com­mu­ni­qué de presse, le pré­sident des Com­pa­gnies du Mas­sif du Sud, Alain Con­tant, dit vou­loir ob­te­nir des ré­ponses claires du maire Da­niel Pou­liot à plu­sieurs de­mandes, ques­tions et pro­jets dé­po­sés au cours des der­nières an­nées. Il es­time que l’image et la ré­pu­ta­tion de ses en­tre­prises ont su­bi de graves contre­coups avec le temps.

«Nous sommes main­te­nant dans le doute sur les réelles in­ten­tions du maire Pou­liot à notre égard, lui qui n’a ja­mais don­né suite à nos ini­tia­tives mal­gré la col­la­bo­ra­tion, la bonne foi et la re­cherche de so­lu­tions dé­mon­trées par dans cette sa­ga. Nous sommes le plus im­por­tant em­ployeur tou­ris­tique de la Chau­dière-ap­pa­laches. Pour l’ave­nir de nos en­tre­prises, nous te­nons à ob­te­nir des ré­ponses pour que la po­pu­la­tion de Bel­le­chasse et la clien­tèle de par­tout au Qué­bec sachent de quoi il en re­tourne, tout comme nos em­ployés », ex­prime Alain Con­tant.

Par­mi les ques­tions qu’il sou­lève, il se de­mande quelle est la ré­ponse de la mu­ni­ci­pa­li­té sur les so­lu­tions pro­po­sées dans l’op­tion de vente dé­po­sée en juin 2017, comment in­ter­pré­ter les ap­pels à la col­la­bo­ra­tion du maire Pou­liot qui se sont trans­for­més en pro­cé­dures lé­gales et pour­quoi de nom­breuses de­mandes de ren­contre ont été lais­sées sans ré­ponses. Il ques­tionne aus­si l’at­ti­tude de la Cor­po­ra­tion d’amé­na­ge­ment et de dé­ve­lop­pe­ment du Mas­sif du Sud (CADMS) dans le dos­sier et juge dif­fi­cile d’opé­rer ses en­tre­prises dans sa mu­ni­ci­pa­li­té.

PO­SI­TIF VER­SUS NÉ­GA­TIF

Re­joint par le jour­nal, l’homme d’af­faires se montre plus po­sé. « Je de­meure le gars qui sou­haite avoir des ré­ponses à cer­taines choses. Je de­meure tou­te­fois la même per­sonne avec le même ob­jec­tif, que ça fonc­tionne, qu’il y ait des choses qui changent dans la cul­ture, la fa­çon de tra­vailler et que ça aille pour le mieux », men­tionne-t-il.

Les évé­ne­ments des der­niers mois ont tou­te­fois lais­sé des traces. « On passe pour des mau­vais payeurs alors que nos taxes sur la sta­tion sont à jour, tout comme celles sur nos autres bâ­ti­ments. C’est uni­que­ment l’as­pect des ter­rains qui était li­ti­gieux. Les gens du Vil­lage de mon­tagnes sont in­quiets pour leur va­leur fon­cière et d’autres rai­sons. Eux aus­si ont des ques­tions. »

Mal­gré les in­ter­ro­ga­tions, Alain Con­tant tend la perche au maire Da­niel Pou­liot et au mi­lieu. « Le maire Pou­liot est tou­jours le di­ri­geant de son cô­té et moi de même. Si on fonc­tionne à vi­sage dé­cou­vert, pour­quoi pas? Nous avons dé­jà tra­vaillé en­semble dans la mise en place du Vil­lage de mon­tagnes et ce fut un suc­cès. On l’a fait en équipe à ce mo­ment-là. »

Il es­père main­te­nant que le ver­se­ment de lun­di der­nier se­ra vu po­si­ti­ve­ment, par­ti­cu­liè­re­ment par la mu­ni­ci­pa­li­té. «Nous avons fait un gros ef­fort, mais ça n’a pas été fa­cile dans les cir­cons­tances. On com­prend que ce n’est pas 100 % du mon­tant, on le sait très bien, mais la pre­mière chose était d’en­le­ver les sai­sies et les hy­po­thèques et payer la base du ju­ge­ment et voir quelles se­ront les op­tions main­te­nant de­vant nous. Nous vou­lons re­com­men­cer à vendre des ter­rains, sauf que ça va prendre des bonnes nou­velles. Pour ça, il fau­dra ré­pondre à cer­taines ques­tions pour que l’on sache où on s’en va. »

QUELQUES SIGNES EN­COU­RA­GEANTS

Si la mo­ro­si­té a pris beau­coup de place dans les dis­cus­sions et l’ac­tua­li­té des der­niers mois, plu­sieurs sont à la re­cherche d’élé­ments po­si­tifs. « On en voit un peu de­puis le dé­noue­ment de notre cô­té, à l’in­terne, que ce soit au sein la di­rec­tion et chez nos em­ployés. Il est vrai aus­si que les CV pour des em­plois ont com­men­cé à en­trer, on a vu un re­gain in­té­res­sant sur les ventes en ligne éga­le­ment », convient M. Con­tant pour qui la suite est tou­jours rem­plie d’in­cer­ti­tudes.

Des an­nonces à l’in­té­rieur du plus ré­cent bud­get pro­vin­cial où les sta­tions de ski peuvent avoir ac­cès à dif­fé­rents pro­grammes, ain­si que l’an­nonce d’un Club Med au Mas­sif de Char­le­voix, sont pro­met­teuses à son avis. « D’autres groupes du genre existent ailleurs avec qui nous avons eu des dis­cus­sions et cer­tains doivent ve­nir chez nous au cours de l’hi­ver. Nous avons de beaux pro­duits sur la Rive-sud et avec l’ex­pan­sion de Lé­vis, c’est une belle oc­ca­sion », illustre l’homme d’af­faires.

«Tout est sur la table. On ver­ra comment la mu­ni­ci­pa­li­té vou­dra avan­cer. La ré­sul­tante est qu’il reste tout de même un mon­tant à dé­frayer. On en­vi­sage dif­fé­rentes op­tions. Des groupes doivent ve­nir au cours de l’hi­ver, il y a des ache­teurs de ter­rains po­ten­tiels. À par­tir du mo­ment où les chi­canes et les in­quié­tudes se­ront ter­mi­nées, ce se­ra plus simple. »

(Pho­to TC Me­dia - Ar­chives)

Alain Con­tant a fi­na­le­ment ré­agi après que son en­tre­prise ait pu rem­bour­ser une bonne par­tie des taxes mu­ni­ci­pales dues à la lo­ca­li­té de Saint-phi­lé­mon.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.